S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Musée des relations entre Haïti et la République dominicaine

Musée des relations entre Haïti et la République dominicaine



Diplomatiquement conçu pour harmoniser les relations entre la République d’Haïti et la République dominicaine à tous les points de vue diplomatiques et environnementaux, économiques et culturels, éducatifs et scientifiques, géostratégiques et militaires, pour ne citer que ces angles.


Depuis la date du 13 janvier 2010, au lendemain du séisme du 12 janvier 2010 qui a fait des milliers de morts en Haïti, la République dominicaine a été le premier pays a ouvrir ses frontières pour apporter de l’aide humanitaire et des médicaments à de nombreuses familles haïtiennes et aux blessés, tout en recevant sur son territoire à l’inverse des dizaines et des centaines de blessés sauvés sur les décombres et les traumatisés. Même la première dame de la République dominicaine à l’école avait supporté l’initiative de son homologue Élisabeth Préval dans le projet « Plas Timoun », qui assistait les enfants survivants du séisme dans un programme d’assistance psychosociale, en dehors du campus universitaire inauguré quelque temps après.

Dans la perspective de marquer un nouveau tournant, dix ans après, dans les relations entre ces deux États frères-siamois, ce nouveau aura la grande mission de construire de nouvelles frontières dans l’insularité qui réuni et uni ces deux nations sœurs, dans le respect de leurs valeurs respectives et de leurs visions partagées du monde.

Des expositions à visiter dans ce premier temple symbolique qui sera pratiquement dédié aux premiers habitants de l’île (Anacaona, Guacanaguaric, Caonabo, etc.) avant l’arrivée de Christophe Colomb, parmi lesquelles on peut retenir les thèmes suivants : « Les grandes dates et les faits qui rapprochent Haïti et la République dominicaine », « Conventions en les deux pays », « Mémoire d’Ayiti », « Des colonisations et des occupations partagées », « Ciment insulaire », « Secrets et recettes de l’île », « Histoire et mémoire de l’île d’Ayiti ».

Des objectifs clairement définis, qui se porteront sur les principales fonctions des musées dans le monde, qui permettront aux responsables de l’une des plus importantes institutions culturelles de l’île : de constituer et de conserver à des fin préventives, la première grande collection permanente des œuvres qui illustrent l’existence des deux peuples partageant l’île d’Haïti ; d’exposer des collections, des documents et des publications, et des produits dérivés qui encouragent et valorisent l’harmonie entre les deux populations.

Dans la première salle du musée, les visiteurs pourront découvrir les grandes périodes dans les relations entre la République d’Haïti et la République dominicaine. De la pré-indépendance, en passant par la courte période de l’unification de 1821 à 1804, suivie par la guerre d’indépendance dominicaine de 1844 à 1856.

Dans cette collection on retrouvera également les différents massacres qui illustrent tristement l’histoire et l’évolution des deux peuples. D’autres dimensions encore plus importantes comme la migration, les déportations, l’exploitation dans les Batay, les communautés et les étudiants haïtiens chez le voisin, les importations des produits dominicains en Haïti, la communauté des dominicains et des dominicaines en Haïti, les relations interculturelles, les produits haïtiens interdits chez le voisin, les villes frontalières, les organisations régionales et les institutions internationales, la diaspora des deux pays, le nationalisme, l’influence parallèle entre les deux pays lors des élections, ainsi que les contrats des entreprises dominicaines dans la reconstruction d’Haïti. Un véritable laboratoire qui prendre tout en compte dans les relations entre les deux pays.

Dans les expositions permanentes sur les relations entre Haïti et la République dominicaine !

Dans le premier musée des relations entre Haïti et la République dominicaine, toutes les conditions seront réunies pour éduquer les enfants et sensibiliser les familles, sur l’importance de pratiquer la culture du vivre ensemble dans les relations entre les deux pays.

Des ouvrages, des rapports et des productions académiques sur les relations entre la République dominicaine et Haïti, présentés dans les langues toutes les langues seront conservés et présentés dans des vitrines, appuyés par des projections et des catalogues pour synthétiser la pertinence des connaissances, des savoirs, des secrets et des stratégies pouvant concilier de manière intelligente la vision de ces deux pays, dans leur diversité culturelle et leur complémentarité géopolitique.

Dans le cadre de la commémoration du séisme du 12 janvier 2010, ce musée présentera la première grande exposition baptisée : « Les cartes de la République d’Haïti et de la République dominicaine ». Dans cette collection, seront présentées les plus anciennes aux plus récentes cartes géographiques, aériennes et maritimes des deux pays. Des cartes relatant la période amérindienne, coloniale, révolutionnaire et jusqu'à l’indépendance respective des deux États, vont aborder toutes les dimensions sur le plan : historique, géographique, environnemental, géologique, cyclonique, sismique, agricole, économique, minier touristique, religieux, diplomatique, maritime, géopolitique, énergétique, artistique, culturel, etc.

Délimitation frontalière sera le thème qui va compléter cette exposition riche en informations des plus pertinentes et indispensables pour comprendre l’espace physique et symbolique partagé entre ces deux pays.

Des produits dérivés et de l’animation pour harmoniser les relations et rentabiliser le musée !

Désormais sera officiellement créée entre les autorités des deux pays, la journée des relations harmonieuses entre la République d’Haïti et la République dominicaine. Au cours de cette journée qui va s’étendre sur une semaine ou spécialement durant le premier weekend de l’année, en signe de reconnaissance à la solidarité dominicaine au peuple au lendemain du séisme du 12 janvier 2010. Ce qui va rendre obligatoire la visite annuelle du musée par le plus grand nombre des écoliers haïtiens et dominicains. Une belle recette tant dans la vente des tickets même avec des réductions considérables pour les moins jeunes, les frais de transport entre les deux pays, la nourriture, les parents et les produits dérivés.

Dans les lignes frontalières partagées entre les deux pays, tous les écoliers lauréats des examens officiels dans les deux pays pourront voyager librement avec les membres de leurs familles. Des milliers de cahiers de dessins invitant les enfants à colorier les drapeaux et d’autres symboles valorisant les deux pays seront offerts aux enfants, qui pourront profiter de l’apprentissage intensif sur place, des langues officielles parlées dans ces deux pays.

Des maillots comme des portes-clés, des cahiers et des ouvrages illustrés par les symboles qui rapprochent les deux pays seront vendus et distribués dans les écoles. Des championnats sportifs et d’autres activités culturelles seront réalisés par les différentes fédérations, ainsi que des journalistes haïtiens seront invités à collaborer dans les médias dominicains et vice versa.

Deux choix s’imposent pour la localisation du musée. Le pays qui va accueillir l’aménagement du musée sur son territoire va devoir céder la production pour l’exploitation des produits dérivés à l’autre pays.

Des ressources importantes à consulter pour créer le premier musée insulaire dans le monde !

Des initiatives multiples, inspirées par le rapprochement des deux peuples trouveront certainement une place importante dans les archives et les collections, les expositions et l’animation qui feront de cette institution, l’un des musées les plus visités dans la Caraïbe et sur le continent. On peut citer à titre d’exemple : la foire binationale portée depuis plusieurs années par l’entrepreneur touristique Jean Camille Bissereth. D’autres noms comme : Watson Denis, Jean Marie Théodat, Edwin Paraison, Daniel Supplice, Colette Lespinasse, Sauveur Pierre-Etienne, Yves Michel Thomas, Raymond Lafontant, Ruben Silié, l’actuel ambassadeur de la République dominicaine en Haïti, Alberto Emilio Despradel Cabral, et plusieurs autres spécialistes haïtiens et dominicains, ou des haïtiano-dominicain comme le journaliste Alexander Galvez, auront leurs contributions à apporter dans la création de ce musée sur l’histoire de ces deux peuples pour une meilleure projection de leur avenir.

Difficile de lancer les chantiers de la création du musée des relations entre Haïti et la République dominicaine, sans profiter de la double expertise du Dr. Rachel Doucet, qui fait office de présidente du comité national haïtien du Conseil international des Musées (ICOM), membre du Laboratoire des Relations haïtiano-dominicaine (LAREHDO), invitée comme professeure au centre d’études caribéennes de la PUCMM en République dominicaine, et qui a également participé à la création et assurée le rôle de directrice de 2015 à 2016, de l’Observatoire binational sur la migration, l’éducation, l’environnement et le commerce (OBMEC).

Dans le couloir principal du musée, qui mènera aux différentes salles d’expositions, sera dressé le mémorial des gardiens de l’île. Un monument qui portera les noms des premiers et plus anciens habitants de l’île, issus de la civilisation amérindienne, suivi par d’autres noms comme ceux de : Sonia Pierre, Guy Alexandre, Michel Hector, parmi les grandies des savoirs.

Dans une démarche parallèle, équitable, scientifique et éthique, le comité scientifique du musée sera constitué des spécialistes et des universitaires haïtiens, dominicains, et des étrangers, qui seront invités à renforcer l’organisation muséologique de l’institution, sur la base des meilleures notions de conservation et de présentation des œuvres du musée, à partir des normes muséographiques.

Dans ce musée, tous les écoliers et les universitaires, les élites et les dirigeants, les familles et les professionnels Haïtiens et Dominicains, vont pouvoir visiter des expositions à la fois récréatives, instructives et inspirantes représentant le patrimoine conjoint et spécifique de deux pays, qui représentent les deux faces d’une même médaille.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [4661]