S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le groupe racine Boukan Ginen fait la fête au PapJazz 14

Le groupe racine Boukan Ginen fait la fête au PapJazz 14



Only relatives and intimate friends will enter a lakou without first requesting permission by saying "Lonè !" (honor) and receiving it through the response "Rèspé !", (respect) from someone inside. Drexel Woodson, Tout Mounn se mounn, men tout mounn pa menm, p.197


Proposé dans le cadre de la quatorzième édition du Festival international de jazz de Port-au-Prince (PapJazz) le groupe racine Boukan Ginen de Eddy François était à l’affiche le vendredi 24 janvier 2020 à l’université Quisqueya (Uniq). Ce fut un moment de pur bonheur pour les fans du jazz et de la musique racine.

Le concert du groupe racine Boukan Ginen, emmené par le chanteur à la voix chaude Eddy François, fera tache d’huile dans le cœur des mélomanes. Accompagné d’un chœur de trois personnes, de Fabrice Rouzier au clavier, Vladimir Jean-Felix à la guitare et d’autres instrumentistes talentueux et motivés, Eddy François, l’ex-chanteur vedette de la fin des années 80 du groupe mythique Boukman Eksperyans, plus de trente ans plus tard, n’a perdu ni sa fougue et son talent. Il est resté toujours jeune, ave une énergie folle. Il a gardé durant tout son récital à l’Uniq l’élégance de sa musique. Virile et époustouflante. Sur le podium de l’Uniq, Eddy François était une véritable bête de scène. Avec ses lunettes noires, vêtu d’un pantalon blanc, tee-shirt noir, veste aux multiples couleurs, il avait tout au moins illuminé la soirée par son aura. Il a enchainé un bon nombre de titres de son répertoire.

Le premier morceau interprète fut un hommage à nos ancêtres. D’autres chansons telles « Freedom », « Nèg anwo », « Limyè » etc. sont de ces compositions qui ont permis à l’artiste de clamer son amour pour Haïti son pays, sa patrie bien-aimée. L’interprétation de la chanson « Tribilasyon » un « hit » du groupe Boukman Eksperyans qui garde toujours sa fraicheur, et des extraits de la meringue carnavalesque « Kè m pa sote » a ramené le public trente ans en arrière pour revoir les exploits du chanteur et son premier groupe Boukman Eksperyans .Tout au long du concert, le public n’a cessé de demandé « Mucho Woulo » une chanson fétiche dans toute la carrière de l’artiste. Chanson engagée, les mélomanes s’attachent surtout au discours que véhicule le texte. Lequel dégage un parfum d’humanisme et de patriotisme véritable réminiscence.

La musique des instrumentistes a fait chavirer les cœurs. Les solos de Vladimir Jean Félix et Fabrice Rouzier et de l’autre claviériste étaient tout aussi remarquables. C’était un plaisir fou. Chacun en avait pour son compte. Une musique de jazz chantée en anglais retenait aussi l’attention. C’est qu’avec Boukan Ginen, il y a toujours quelque chose à en tirer. Depuis la scène, Eddy François a pu voir les mouvements de la foule. Il arrivait à voir certains visages et en reconnaitre d’autres derrière ses lunettes noires. Il en a profité pour rendre hommage à tous ceux qui l’ont accompagné à ses débuts. Les esprits, les loas, les Ginen, les mécènes. Pour rappel, Boukan Ginen est un groupe de mizik rasin de la ville de Port-au-Prince fondé au début des années 90. Boukan est le mot créole haïtien pour « feu de joie » ou « foyer », Ginen est un nom haïtien spécifique pour la maison ancestrale des Africains asservis. Le groupe a remporté le prix de la meilleure chanson de carnaval au carnaval de 1991 à Port-au-Prince avec « Pale Pale w » une chanson publiée plus tard sur l’album « Jou a rive ». La musique du groupe a été supprimée par l’autorité militaire de la junte dirigée par le général Raoul Cédras des Forces armées d’Haïti qui a dirigé le pays de 1991 à 1994. En 1994, Boukan Ginen est devenu le troisième groupe haïtien à recevoir le Prix Découverte de Radio France International.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [5029]