S'identifier Contact Avis
 
26.01° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Kapi

Kapi



Dans l’histoire de la musique haïtienne, il existe ces chanteurs et musiciens qui tentent, de temps en temps, de sortir de l’ombre de leur groupe fétiche pour offrir au public, quelques perles de leur savoir-faire ou de leur savoir-être. «Ayiti sou kè m » est l’une des plus belles compositions qui célèbrent l’amour et la patrie à travers le souffle de l’une des figures célèbres du groupe musical haïtien, Tabou Combo, l’artiste Yvon André di « Kapi ».


Dommage que près de trois décennies après la sortie de la chanson « Mete Ayiti sou Kè m », de moins en moins de citoyennes et de citoyens haïtiens ressentent ces sentiments les plus nobles envers leur pays Haïti. Ce pays qui est pratiquement devenu invivable et traumatisant, dix ans après le séisme du 12 janvier 2020.

Dans l’un des derniers projets personnels en date de l’artiste Yvon André connu sous son pseudo « Kapi », une des figures emblématiques du groupe musical Tabou Combo, on retrouve une sélection de chansons les plus inspirées et rapatriées du répertoire des classiques haïtiennes. Il faut rappeler que le musicien « gongiste » de Tabou Combo, Yvon André n’est pas à son premier coup d’essai et coup de maître dans ces projets solos qui laissent des tâches sur la peau et dans les cerveaux des mélomanes les plus exigeants.

Dans l’album « Héritage », qui porte les marques de : « Afro Caribbean Project- Vol IV », nous retrouvons huit titres, qui visent à rendre hommage à plusieurs générations de pionniers de la musique haïtienne.

Des titres comme : « 18 mai », « Trezò lakay », « Brazil 2014 », « Seigneur, je viens vers toi », « Kyrie Eleison », « 21 juin fête de la musique », « Chapo m tonbe », et « Joyeux Noël », portent les contributions et les souffles de plusieurs autres artistes.
Derrière Kapi, on retient la collaboration de plusieurs musiciens professionnels qui se passent de présentation tels : Jimmy Jean Félix et Rixène Ulysse (guitare), Claudy « Klere » Augustin (Drums), Yvon Abel (Bass), Ti Wes (Congas).

Des voix se combinent entre les chansons. Avec les trois muses suivantes : Emeline Michel, Esther Surpris et Nia Pompilus. Nickenson Prudhomme, Alain Fleuriné, Carlo Germain, Gary Josama, Gregory Louis, Raynald Valmé, Michel Desgrottes, vont également apporter leurs touches dans ce projet musical signé Kapi.

Dans la première pièce de cet album solo de Kapi, nous sommes invités à découvrir la vivifiante voix de la chanteuse interprète Esther Surpris. Elle a très bien réussi le pari avec Kapi, et plusieurs autres artistes et musiciens, même si en dépit de tout nous déplorons le côté trop masculin du texte. En ces temps révolus, une femme ne peut pas s’amuser à chanter : « Nou se nèg vanyan… », sans faire référence aux femmes qui s’étaient battues par tous les moyens dans la Guerre de l’Indépendance d’Haïti.

D’un poème de Nancy L. Carson, est sortie une magnifique chanson de louange et de grâce au Seigneur. « Seigneur, je viens vers toi », est-ce cri de Kapi, qui reconnais ses pêchés et demande de la compassion dans cette prière bien accompagnée par des musiciens à talents comme Jorge L. Sosa.

Duo réussi dans la belle et magnifique chanson portée par Kapi et Frérot Jean Baptiste, dans « Kyrie Eleison ». Du compas direct aux couleurs de rose, qui porte certainement les empreintes de la bande à Hermann Nau et Shoubou, à travers le chœur.

Dans cet album peu connu et diffusé sur les ondes des stations de radios en Haïti pour toutes les raisons que nous savons tous. Notamment par le fait que l’artiste ne vit pas en Haïti. Et dans un autre sens, il faut reconnaître que l’artiste a voulu apporter sa contribution personnelle et symbolique dans l’industrie de la musique haïtienne.

Dans cette sélection très inspirée et inspirante, on sent une sorte de mystique au niveau du choix des textes choisis autour de l’air, l’eau, le feu et la terre qui illustrent ces compositions. On découvre les compositions qui traversent la vie spirituelle de l’être, le patriotisme, l’amour, la gaité, l’hommage aux immortels dans tous les secteurs confondus de la vie nationale, et la musique en elle-même.

Dans la chanson dédiée à la Fête de la musique, célébrée le 21 juin. En compagnie de la belle Emeline Michel, la diva nationale, on retient le refrain « Nou ka monte nan syèl ». Une chanson, un discours, une direction, une forme d’ascension dans cette célébration qui accompagne la date du 21 juin.

D’un autre côté, dans la septième pièce qui vient après, l’artiste Yvon André propose un autre élément de la nature qui n’est plus le ciel, mais la mer dans la chanson « Chapo m tonbe ». L’artiste dialogue et raconte ses mésaventures avec des personnages et animaux maritimes comme : la sirène et la baleine. Dans cette chanson, le mouvement va se faire dans le sens opposé à travers : « Chapo m tonbe nan lanmè ! ».

Durant les fêtes de fin d’année, particulièrement pendant la Noël, Yvon André qui ne chôme pas en ces saisons, n’a pas voulu manquer cette occasion pour conseiller et inviter son auditoire à la prudence face au risque d’accident, qui peuvent provoquer tous les dangers, liés aux éléments comme le feu ou les flammes, jusqu’à emmener les victimes à mille pieds sous terre, dans une courte et douce mélodie.

Déterminé à inscrire son nom et ses talents polyvalents dans la musique haïtienne, en tant que chanteur et interprète, arrangeur et compositeur, pianiste et choriste, percussionniste, ou lead vocal, Yvon André propose plus que son sourire, mais ce qui fait l’essence de son existence dans la musique haïtienne, sa créativité et sa constante dans la musique universelle, et son attachement fidèle à Haïti, à travers « Héritage ».

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [4962]