S'identifier Contact Avis
 
35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Rodney Saint-Éloi, produire du sens au lieu des livres

Rodney Saint-Éloi, produire du sens au lieu des livres



Derrière tout éditeur, il ne se cache pas que des farouches entrepreneurs, mais également des êtres qui croient que la vie n'est pas seulement destinée à vivre, mais également à être créé. D'où le rôle d'un éditeur d’aider les gens à voir la vie et le monde d'un autre oeil. C'est ce que fait, depuis plus de dix-sept ans, Rodney Saint-Éloi, directeur de la maison d'édition Mémoire d'encrier. Il réinvente et ranime la vie avec et autour du livre. « Être écrivain, être éditeur c'est une manière de regarder le monde », soutient Rodney Saint-Éloi. La secrétaire et le représentant permanent de l'Observatoire africain des professionnels de l'édition (OAPE) en Haïti l'ont rencontré.


Question : Bonjour Rodney Saint-Éloi ! Vous êtes directeur général des éditions Mémoire d’encrier, une maison qui a été fondée en 2003 et qui a fait un énorme travail au niveau de la production de la littérature caribéenne et africaine. Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir éditeur ?

Réponse : Je me suis toujours posé la question de ma place en tant que personne racisée dans les mouvements de pensée. Comment penser le monde en tant que citoyen noir d’un petit pays (Haïti) et depuis ces vingt dernières années, citoyen québécois et canadien d’origine diverse, qui a son mot à placer.

L’édition est une mise en circulation de la pensée. Il nous faut penser le monde. Sinon, d’autres vont le penser pour nous et souvent sans nous. L’édition est alors une nécessité pour construire un vivre ensemble. Les peuples existent et se renouvellent par la puissance des récits. Nous devons nous raconter des récits pour guérir les blessures que nous avons subies ou faites aux autres.

Q : Le rôle de l’OAPE c’est de promouvoir l’édition, ses produits, ses métiers et ses acteurs en Afrique et la Caraïbe. Nous menons des réflexions, des analyses, des publications, des enquêtes en rapport avec notre objectif. Selon les indices, la majorité des auteurs africains et haïtiens sont souvent dans l’incapacité de publier leur livre. Mais si l’Afrique et les Caraïbes, précisément Haïti, éditent un peu plus de livres, le livre sera plus accessible et coûte moins cher. En tant qu'ancien responsable des éditions Mémoire en Haïti, quelle piste de développement pour les éditions africaines et caribéennes ?

R : La seule piste réside dans l’autonomie.

Vu la démocratisation des moyens de production aujourd’hui tout le monde est à même d’utiliser les environnements technologiques pour produire.

L’idée n’est pas de produire des livres, mais plutôt de produire du sens.

Effectivement, il faut que les petits pays ou ce que l’on considère comme tels évitent la dépendance vis-à-vis des structures coloniales. Pourquoi dans nos librairies, il y a peu de place pour les productions locales. Il faut inciter par tous les moyens les jeunes à écrire, et à sensibiliser les structures d’accompagnement comme la librairie, le lectorat, les collectifs à répondre favorablement à ces offres.

Le plus urgent pour moi demeure la production de sens. Une société doit produire du sens, et de l’histoire. Ces sens et ces histoires doivent être transmis.

Par ailleurs, l’urgence aussi consiste à produire dans les langues nationales, souvent marginalisées.

Il nous faut développer l’édition en l’adaptant à nos milieux et à nos besoins. Car nous pouvons toujours faire mieux. J’ose espérer que c’est bien fini le temps où un jeune haïtien ou un jeune Sénégalais avait besoin, pour lire et penser le monde, d’une maison d’édition parisienne. Il y va de la dignité du pays de représenter sa pensée, comme dans le sport, les pays ont leur équipe de foot, et pourquoi pas, leurs éditeurs, leurs libraires, leurs penseurs.

Q : Pouvez-vous faire une petite histoire de l’édition en Haïti ?

R : Il y a divers moments. L’édition en Haïti a toujours été un besoin revendiqué par les intellectuels dès le 19e siècle. Car, il y a une grande demande intellectuelle en Haïti. Et cela se traduit par l’imprimeur-mécène, le compte d’auteur, les publications dans les revues et journaux, mais aussi par la mise en place de véritables structures d’édition qui, au cours du 20e siècle, ont aidé à l’émergence actuelle de l’espace littéraire. Nous devons dire qu’au cours de ces 50 dernières années, il y a eu un travail formidable, venu de toutes parts. On peut citer à titre indicatif les maisons d’édition : Fardin, Deschamps, Mémoire, C3, Legs, Tardieu, Caraïbe, Presses nationales, etc. Il y a aussi les revues qui ont beaucoup aidé, et les foires du livre, et un certain nombre d’initiatives littéraires qui ont contribué à faire de l’édition en Haïti une vraie pratique. Ceci dit : tout ceci est marqué par le sceau de la fragilité.

Q : Quel conseil pourriez-vous donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l’édition en Haïti ?

R : Qu’ils démarrent… et donnent simplement un sens à leur action éditoriale, une vraie mission.

Q : Que pensez-vous de l’édition numérique ? Pensez-vous que le livre numérique pourrait remplacer le papier ?

R : Le numérique est pour moi un complément au livre papier, et non un substitut. En Haïti, il nous manque du courant électrique, de l’eau potable, etc. Je vois très mal la circulation du livre numérique, dans un espace si fragile. L’édition numérique, paradoxalement, constitue une forme de démocratisation du fait littéraire. Alors, il nous faut (re)penser le modèle.

Question : Un dernier mot ?
Réponse : Simplement merci.

Propos recueillis par
Ricot Marc Sony et Dougenie Michelle Archille




Articles connexes


Afficher plus [4416]