S'identifier Contact Avis
 
31° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Levoy Exil expose ses peintures à l’Ambassade d’Haïti en France

Levoy Exil expose ses peintures à l’Ambassade d’Haïti en France



Profitant du passage de l’artiste peintre du groupe Saint-Soleil, Levoy Exil, en France, l’Ambassade d’Haïti dans ce pays lui a rendu hommage vendredi 14 février dernier autour d’une exposition-vente d’une partie de ses œuvres. L’occasion pour le chargé d’affaires d’Haïti en France, Frisnel Azor,de mettre à l’honneur la peinture haïtienne pour ce public qui a fait le déplacement dans le salon de l’Ambassade.


« L’amour est un art ; vous qui le vivez devenez un artiste », dixit Catherine Bensaid. Quelle meilleure phrase pour illustrer cette exposition que l’Ambassade d’Haïti en France avait décidé de réaliser le 14 février dernier, le jour où l’on célèbre la fête des amoureux dans plusieurs pays dont la France et Haïti. Pour honorer l’un des plus grands peintres du mouvement Saint-Soleil, Levoy Exil, le corps diplomatique haïtien a voulu mettre à la disposition des Haïtiens de France et des amis d’Haïti l’œuvre de celui qui a rencontré Jean-Claude Garoute dite Tiga et Maudpour fonder le groupe Saint-Soleil en 1970.

« Il est l’un des pionniers et l’un des derniers du mouvement Saint-Soleil », a souligné tout de go le chargé d’Affaires, Frisnel Azor, pour essayer de parler de Levoy Exil. Frisnel Azor en a profité pour rappeler qu’à la suite de son voyage en Haïti en 1975, André Malraux, ministre de la Culture du général de Gaulle avait décidé de consacrer un chapitre de son livre l’Intemporel – la Métamorphose des Dieux - au mouvement Saint-Soleil. Il a rappelé une phrase de l’ancien ministre de la Culture qui disait que : « L’Afrique a trouvé son génie dans la couleur et la chétive et seule Haïti ».

Si le mouvement Saint-Soleil représente la peinture naïve haïtienne, Frisnel Azor souligne que cet art est une célébration de la spiritualité populaire d’Haïti, le vodou qui est l’âme du peuple haïtien. « L’œuvre de Leroy Exil frôle également l’histoire de l’époque précolombienne d’avant 1492 à travers la mémoire des indiens, les premiers habitants de l’Ile d’Haïti »,a en outre expliqué Frisnel Azor.

« Ce sont les esprits qui guident nos mains et non pas la raison », une phrase qui revient souvent quand il s’agit pour les membres du groupe Saint-Soleil d’expliquer leur inspiration. Quand on rapproche de plus près l’œuvre de Levoy Exil exposée au salon de l’Ambassade d’Haïti en France, cette idée d’un artiste qui peint ses tableaux de manière instinctive sans réfléchir semble avoir tout son sens avec des peinturesqui présentent des formes et des visages qui n’appartiennent pas à notre monde visible. Levoy Exil ne se se cache pas d’ailleurs pour affirmer qu’il était « impossible pour lui de produire 2 tableaux distincts ».

Lors de sa prise de parole devant ce public réuni à l’Ambassade d’Haïti en France, le peintre a expliqué sa rencontre avec TIGA et comment cette rencontre allait changer sa vie. Levoy Exil a repris certaines anecdotes sur sa source d’inspiration qui vient, dit-il, du monde invisible, avant de conter et chanter pour le public qui a fait le déplacement.

Levoy Exil qui est un habitué des grands salons du monde pour avoir exposé ses œuvres aux Etats-Unis, Japons, Israël et plusieurs pays européens, rappelle une anecdote sur Malraux qui était, dit-il, impressionné par la force et la qualité des œuvres de Saint-Soleil qu’il trouve très bruit.L’un des derniers du mouvement a déjà exposé ses œuvres dans plus de 59 pays dont certaines expositions en France où il a été reçu à Nancy puis à Paris dans les galeries nationales du Grand Palais à l’occasion de l’exposition « Art naïf, art vodou » en 1988 avant de recevoir le prix « Médaille du Millenium » en 2000 lors du salon d’Art plastique de la Rochelle.

Les tableaux de Levoy Exil sont encore exposés au Salon de l’ambassade pour encore une semaine. Les amoureux de la peinture peuvent encore passer pour admirer les tableaux de Levoy Exil, et pourquoi pas d’acheter son Saint-Soleil.

Jocelyn Belfort




Articles connexes


Afficher plus [4523]