S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Des ambassadrices du patrimoine à Saint-Louis du Sud

Des ambassadrices du patrimoine à Saint-Louis du Sud



La Commission nationale haïtienne de coopération avec l‘UNESCO a clôturé,ce vendredi 20 mars, deux semaines de formation sur le patrimoine à la Mairie de Saint Louis du Sud, au bénéfice de plus d’une vingtaine de saint-louisiennes.

Cette formation est un outil efficace devant contribuer à la promotion du patrimoine culturel et naturel de la municipalité de Saint-Louis du Sud selon les prescrits des articles 2 et 3 de la Convention 1972 de l’UNESCO. Elle devait également réduire la vulnérabilité des jeunes filles de Saint-Louis du Sud. Entre autres, la formation avait pour objectifs de renforcer la capacité d’une cinquantaine de jeunes femmes locales dans la promotion du patrimoine culturel via des services de guidages naturels et patrimoniaux de production et de vente de produits artisanaux. En guise de finalité, les jeunes saint-louisiennes seront aptes à monter un réseau de femmes guides du patrimoine culturel à Saint-Louis du Sud.

Avec beaucoup d’intérêts, ces femmes issues de plusieurs quartiers et localités de Saint-Louis du Sud ont fait le déplacement pour acquérir des connaissances sur différentesthématiques, dont « l’initiation au patrimoine naturel » présenté par le formateur Jean Sergo Louis. Des documentaires autour du patrimoine de Saint-Louis du Sud ont été projetés par la même occasion.

Luvanie Pierre Louis a présenté les techniques et services nécessaires pour faire le guidage ; ainsi que l’organisation des produits et services touristiques accompagnés de séances de pratiques.

Les participantes ont pu également avoir une idée du marché de l’artisanat,l’interprétation des fortifications (Fort Saint-Louis et Fort des Oliviers) avec Kesler Bien Aimé.

Des séances sur le langage approprié (savoir vivre et savoir-faire,gros plan sur l’hôtellerie et l’animation touristique) suivies d’une restitution de plus d’une trentaine de pièces artisanales ont été proposées par l’intervenante Ketia Jean Baptiste. Les saint-louisiennnes ont été éduquées sur l’importance de l’évaluation des matières premières locales, techniques de coloriage, travaux d’art avec galets, cordes, coquilles et matières recyclées avec Jimmy Raphael. Les techniques de géolocalisation des sites ont été présentées par Lesly Lalanne.

Marie Moïse a sensibilisé les participantes sur l’importance de la mutuelle de solidarité, l’estime de soi lors de sa présentation.Un groupe mutuel de solidarité ainsi qu’un comité de gestion de groupe. Les mécanismes de cotisation ont été également enseignés aux participantes par la spécialiste en montage de mutuelle solidarité.

Comme Haïti est un pays à hautrisquenaturel, il était tout à fait nécessaire qu’un cours de risques naturels et humains sur les sites ait été proposé. Cette présentation a été assurée par le formateur Edric Richemond.

Quant à ce qui avait rapport aux techniques de vulgarisation du patrimoine via les réseaux sociaux,les médias traditionnels,notamment avec les brèves.Elles ont été proposées par Eguens Renéus.

Intervenant à la clôture de la formation, le maire principal de Saint-Louis du Sud, Luc Edwin Ceide, a sensibilisé chaque participante sur l’importance de cette formation qui fera d’elles des dignes ambassadrices de Saint Louis du Sud. Ainsi le Premier citoyen de la ville a recommandé à chaque participante d’être partouune promotrice de Saint Louis du Sud« nou se imaj vil la, pòtpawòl vil la. Kounye a, ann mete men pou Saint-Louis du Sud ka resevwa plis touris » a martelé l’édile.

Au cours d’une entrevue accordée au journal, le responsable Culture à la Commission nationale haïtienne de coopération avec L’UNESCO, s’est réjoui de l’intérêt affiché par les participantes à cette formation qui dit-il devait avoir lieu quelques mois avant,mais les troubles politiques ont constitué un frein à sa réalisation. D’un autre côté, Kesler Bien Aimé a déclaré que le message est passé à première vue. Aussi des mécanismes de suivi seront mis en place pour évaluer l’application de ces notions fournies par les différents formateurs.

Eguens Renéus




Articles connexes


Afficher plus [4523]