S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

« Les éternelles confinées de la société » un concours de textes pour dénoncer les violences faites aux femmes

« Les éternelles confinées de la société » un concours de textes pour dénoncer les violences faites aux femmes



Dans le but de dénoncer les violences faites aux femmes l’organisation féministe Zantray’O organise un concours de textes sur ce thème. L’idée, selon les responsables, est de mettre en place une mobilisation collective par le biais de l’écriture contre toutes les formes de violence (sexuelles, psychologiques, conjugales) faites aux femmes. Le National a rencontré Kerlande Fleurio, responsable de cette organisation. Elle en profite pour parler de Zantray’O et ce concours de textes. Entretien.


Le National : Parlez-nous de l’organisation Zantray’ O

Kerlande Fleurio : Zantray’O, est une organisation féministe qui promeut les valeurs d’égalité de genre et de justice sociale. Nous misons sur la solidarité féminine et l’autonomie financière des femmes. Pour cela, dans le cadre de notre travail, en tant qu’organisation de défense des droits de la femme, nous nous accrochons fortement aux principes du respect de la dignité humaine et de la non-discrimination énoncés par la Déclaration universelle des droits de l’homme. À cet effet, l’éradication de la violence faite aux femmes est l’un des points sur lequel Zantray’O, se donne la mission d’agir. Car conformément aux prescrits de la convention de Belem do para, il est inadmissible que les femmes continuent de subir des actes de violence dans la société.

L. N. : Pourriez-vous élaborer autour des objectifs du concours de textes qui se déroule sous le thème « Les éternelles confinées de la société »?

K. F. : Ce concours vise à sensibiliser la communauté haïtienne sur les différentes formes de violences dont, sont victimes les femmes dans la société. Et ce, particulièrement pendant cette période de confinement. En ce sens, nous avons voulu, à travers des écrits, retranscrire cette réalité viscérale qui ronge notre société.

L. N. : Ce concours est ouvert à quelle catégorie de personne ?

K. F. : Nous voulons prioriser deux catégories de personnes. A ce titre, la première catégorie regroupe les écoliers âgés entre 15 et 18 ans et la deuxième catégorie comprendra des universitaires et professionnels âgés entre 19-24 ans.

L. N. : Qui supporte cette initiative ?

K. F. : Zantray’O, utilise ce concours comme un prétexte pour lever le voile sur les violences faites aux femmes avant et pendant cette période de confinement. De ce fait, à l’issue de ce concours dont le thème est : « Les éternelles confinées de la société ». Nous voulons que la société comprenne les maux, les douleurs des femmes victimes de violences conjugales, physiques, sexuelles et verbales au sein de leur ménage. Nous devons rappeler que la violence sous quelques formes qu’elle soit commise est atteinte à l’intégrité physique et à la dignité de la personne. En ce sens, ce concours est un illustre moyen pour dire stop à la violence faite aux femmes. Cette initiative est supportée par des organisations partenaires telles Rapha Alternative, Bel Tifi de Stéphanie Madjiny Vital, etc.

L. N. : Est-ce qu’il y a une adresse où l’on peut envoyer les textes ?

K. F. : Le concours est entièrement réalisé en ligne, nous recevons les textes sur notre e-mail de travail qui est : zantrayoa@gmail.com

L. N. : Quels genres littéraires priorisez-vous ?

KF : En ce qui a trait aux genres littéraires, nous avons voulu laisser parler la plume des participants. Toutefois nous avons opté pour l’écriture prosaïque.

L. N. : Comment l’organisation Zantray’O voit la littérature haïtienne contemporaine ?

K. F. : Zantray’O, croit que la littérature contemporaine doit être au service de la société. Comme ce fut le cas avec la Génération de la Ronde, qui usait de leurs plumes pour dénoncer les maux qui gangrenaient la société. Je veux parler de « Zoune chez sa ninnaine » avec Justin Lhérisson qui peignait la réalité des enfants placés en domesticité, il y a « Masques et Visages » de Fernand Hibbert etc. Ce sont autant d’écrits, autant de romans qui ont présenté la réalité haïtienne et les vices cachés de la société. Zantray’O, croit qu’une plume engagée peut occasionner une douce révolution vers le changement des mentalités.

Le National : Quelle est la date butoir pour le dépôt des textes ?

Kerlande Fleurio : La date limite pour la soumission des textes est le 25 mai 2020.

Propos recueillis par :
Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4681]