S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le spectacle « Dekonfinay » du chanteur Kébert Bastien, un moment de révolte

Le spectacle « Dekonfinay » du chanteur Kébert Bastien, un moment de révolte



Le vendredi 26 juin 2020, dans l’après-midi, le spectacle intitulé « Dekonfinay » s’est tenu en plein cœur du Champ-de-Mars, plus précisément dans les parages de la statue Jean Jacques Dessalines et à quelques mètres du Palais national. Le chanteur engagé et guitariste Kébert Bastien, accompagné du diseur Youyou,a craché leurs colères, leurs mépris et leurs indignations contre le pouvoir en place.


Alors qu’on croyait que les spectacles, les soirées dansantes, les rassemblements religieux et les manifestations populaires étaient interdis en Haïti en raison de la pandémie Covid 19, un spectacle en plein air a été organisé. Le chanteur engagé Kébert Bastien et son ami le diseur Youyou occupaient pendant un bon bout de temps une bretelle de l’avenue de La République pour chanter et déclamer des textes virulents en l’honneur des militants du Champ-de-Mars, cette place publique réduite comme une peau de chagrin. Sur fond de musiques protestataires et de textes poignants et dénonciateurs, les deux artistes ont exprimé leur ras-le-bol, déversé leurs trop-pleins, et montré leurs désapprobations contre le pouvoir exécutif représenté par Jovenel Moise. Sur un ton intimiste et personnel, mais plein de polémique, ils ont touché du doigt les plaies de la société haïtienne actuelle. Pour ces deux artistes qui se présentent comme les porteurs de paroles de leur génération, il est temps de sortir de l’état de confinement imposé par le pouvoir en place. Il faut gagner les rues pour dénoncer la misère, le chômage, la cherté de la vie, la corruption, la dépréciation de la gourde, l’irresponsabilité de nos dirigeants. Tout a été dit et chanté avec violence. Et le public, qui n’était pas trop nombreux, a repris en chœur les paroles de ces chansons auxquelles ils s’identifiaient.

« Vin n peye Blakawout.Jovenel ba nou lannwit pou lajounen, Vin n peye Blakawout » ont-ils scandé. Plus loin ce sont des cris déchirants exprimant une certaine amertume et de déception « Vin non pa gen moun isit ankò/ nou pa gen moun ankò/ Nou san manman nou san papa. Nou pèdi dwa… » Dans un entretien accordé au journal Le National, le chanteur Kébert Bastien a expliqué la portée de ce spectacle en pleine rue intitulé « Dekonfinay » « En tant qu’artistes nous n’étions jamais confinés. Notre objectif c’est d’investir les places publiques comme le Champ-de-Mars, la place Carl Brouard, la place Jérémie pour inviter le peuple à se révolter contre le pouvoir en place. D’autres artistes et groupes musicaux ont fait des spectacles en ligne. Nous autres, nous gagnons les rues pour dire non à cette situation socio politique délétère qui angoisse et révolte plus d’un.

On nous impose un confinement pour nous empêcher de manifester contre le pouvoir et la bourgeoisie haïtienne qui font leur beurre en préparant des élections bidon en contribuant à la cherté de la vie, et en s’alliant avec des bandits pour terroriser le peuple. C’est un cri de mobilisation qui va inaugurer toute une série de manifestations pour chambarder le pouvoir en place», a-t-il expliqué.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4788]