S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Blaze one : plus loin que l’horizon



L’artiste Blaze one vient de publier son dernier opus. Il nous apporte ses dernières compositions sincères et imprégnées des problèmes douloureux auxquels le pays fait face. Les seize (16) titres gravés sur son troisième opus peuvent autant divertir que pousser à la réflexion.


Il est l’une des stars le plus engagées de sa génération. Ses compositions prennent le pari de défendre les plus faibles et de chanter l’espoir pour les jeunes.

Sur le track « 1806 à nos jours », il insiste sur le fait qu’après la mort de Jean Jacques Dessalines, nos dirigeants n’ont rien fait pour le peuple. À l’exception de Henri Chistophe, dit-il.

Dans la composition « Back to africa », il prône un retour à l’Alma mater pour retrouver enfin la liberté et la vie. Il croit qu’il n’y a plus d’espoir en Haïti, et ce depuis les premiers moments de la nation haïtienne.

Dans quasiment tous les titres gravés sur l’album intitulé « Pi lwen ke lorizon », Blaze one chante son ras le bol par rapport à la confusion sociale qui règne en Haïti. Il croit que nous avons sali notre histoire de premier peuple précurseur de la liberté des Noirs.

« Ou mèt pale ou pa panike m », c’est une métaphore du rejet de la personne abandonnée pour se lier avec quelqu’un d’autre. Et naturellement, la personne rejetée ne trouve mieux à faire que de salir sin ex.

Il suffit de quelques minutes consacrées à écouter des compositions sur l’opus pour découvrir la profondeur des textes que nous offre Blaze one.

Il a demandé à ses fans de regarder plus loin, car personne ne peut atteindre et toucher le firmament. Blaze one a fait choix d’un rap de revendication et social.

Il déclare qu’il n’a pas peur de dénoncer nos dirigeants, « … ce qui m’inquiète, je constate que d’autres rappeurs ne le font pas. »

Blaze one a dit que si rien ne change pas dans l’industrie de la musique haïtienne il changera de profession. L’auteur du titre « Federal la » explique comment il vit mal le piratage de ses albums.

Il promet un direct le 26 septembre, un «release party» en Floride les 15 et 16 septembre. L’opus est déjà disponible en Haïti.

Walcam




Articles connexes


Afficher plus [4969]