S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Vers l’achèvement du projet « Préservation du patrimoine et appui au secteur touristique (PAST)



Lancé en décembre 2014, en présence des autorités étatiques du pays et des bailleurs de fonds, le projet Préservation du patrimoine et appui au secteur touristique (PAST) avait pour objectif de contribuer au développement exclusif du Nord d’Haïti en mettant l’emphase sur les sites culturels. Ce projet cofinancé par le Gouvernement d’Haïti (GdH) et la Banque mondiale et exécuté par le ministère de l’Économie et des Finances à travers son unité technique d’exécution vise à améliorer l’accès, la conservation et la gestion du patrimoine culturel au Parc national historique et du Centre historique du Cap Haïtien.


Ce projet s’articule autour de cinq composantes qui ont les objectifs suivants : accroitre l’attractivité des sites culturels du Nord d’Haïti pour les touristes ; améliorer le cadre de vie pour les résidents vivant dans le Nord d’Haïti ; renforcer la capacité du Gouvernement à répondre rapidement et efficacement en situation d’urgence et en cas de nécessité. Un des objectifs spécifiques majeurs de la convention du PAST s’inscrit dans la composante A : valoriser le potentiel culturel et touristique du Nord et en particulier le Centre historique du Cap-Haitien et le Parc national historique- Citadelle, Sans-Souci, Ramiers (PNH-CSSR) trois monuments symboles universels de liberté pour avoir été les premiers ouvrages construits par des esclaves ayant conquis leur liberté et inscrit sur la liste du Patrimoine mondial. Il a été fait appel à l’assistance technique de l’UNESCO pour accompagner l’ISPAN dans la mise en œuvre de cette composante A du PAST, dont l’une des activités vise un volet de la restauration du Centre historique du Cap-Haitien. Le budget du Projet d’assistance technique de l’UNESCO au PAST (PAST/UNESCO) s’élève à 2,432,753 millions USD.

A quelques jours de l’achèvement de cette période de cinq ans, la composante A d’un projet PAST qui consiste notamment en restauration, conservation et mise en valeur du PNH-CSSR se trouve à l’heure des constats, des bilans, mais aussi des résultats. Plusieurs facteurs liés au contexte difficile du moment ont entravé l’évolution du PAST/UNESCO selon les prévisions. Cependant, le projet s’est appliqué à créer les outils qui permettront de mieux protéger le Parc, notamment : les inventaires de la biodiversité faunique et floristique ; la zone tampon ; un plan de gestion qui permettra, entre autres : de planifier les interventions sur les monuments, d’organiser la promotion, la découverte, l’interprétation et la conservation de ces fleurons du patrimoine haïtien et du patrimoine de l’humanité, dans leur environnement naturel et tenant compte des communautés qui y vivent. Plusieurs produits destinés à donner une plus grande visibilité au PNH-CSSR et à le valoriser seront disponibles dès la fin du projet : une carte et une application de découverte du Parc, un site internet, des panneaux d’exposition didactique.

Quelques obstacles ont été rencontrés dans l’exécution du projet. Il a été signé en 2014 et démarré en 2015, mais l’assistance technique de l’UNESCO s’est interrompue de 2017 à 2019. Depuis, un certain nombre d’obstacles ont empêché l’avancement des activités du PAST/UNESCO à plein régime. Ces difficultés tiennent du contexte : le « peyi lòk » a considérablement ralenti le recrutement… Les premiers consultants n’ont pu être recrutés qu’en février, et en mars a surgi la crise Covid-19 qui a également hypothéqué le projet. La mission d’interprétation du Parc, par exemple, qui consiste à concevoir les activités d’animation et les aménagements capables d’aider le visiteur à comprendre l’esprit des lieux, son histoire, etc., n’a pu débuter qu’à la mi-juillet et devrait pouvoir être finalisée fin août. Par ailleurs, à cause de la Covid-19, il a été difficile de trouver des consultants disposés à aller dans le Nord pour réaliser l’inventaire du Centre historique du Cap Haïtien et la requalification des fronts bâtis.

Créé par un décret présidentiel en 1978, afin de préserver le splendide cadre naturel de pics montagneux couverts d’une végétation luxuriante, le Parc national historique Citadelle, Sans-Souci, Ramiers ou PHH-CSSR couvre une superficie de 25 km2. « De nos jours, [le Parc] Sans-Souci, Ramiers, limitrophe à deux agglomérations urbaines en pleine expansion, Milot et Dondon, est soumis à une forte pression démographique. Le Parc est localisé dans une zone définie par le Plan directeur du tourisme comme un pôle touristique prioritaire. Ce qui crée potentiellement des intérêts financiers dont les revers non contrôlés peuvent constituer de graves menaces. Vingt-cinq années après son inscription sur la liste du Patrimoine de l’humanité, le Parc national historique Citadelle, Sans-Souci, Ramiers fait face à de nouveaux défis d’envergure qui décideront de son avenir » note l’ISPAN dans son Bulletin #11.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4969]