S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Projection du film « Twa fèy » de Éléonore Coyette au Centre d’art



Après cette longue et dure période de confinement due à la crise inédite de Covid-19, la vie culturelle reprend peu à peu en Haïti. Plusieurs activités culturelles sont programmées un peu partout dans le pays comme la grande première du film « Twa fèy » de Éléonore Coyette à l’Institut français en Haïti le 7 septembre dernier. Le public est maintenant invité à regarder ce film au Centre d’art le jeudi 17 septembre 2020 à 18 heures.


En collaboration avec le Bureau des droits humains en Haïti et Cokah Production le Centre d’art invite le public à la projection du film « Twa fèy » d’Éléonore Coyette qui porte à l’écran le travail quotidien de l’équipe juridique du Bureau des droits humains en Haïti et la voix des victimes de violences et de détention arbitraire. Ce film questionne le rapport entre les femmes et les hommes. Il met aussi sur les feux des projecteurs les traces que peuvent laisser les violences conjugales, les viols et les agressions dans la vie des femmes. Esther a six ans. Elle avait sa vie insouciante de petite fille jusqu’à ce que son père abuse d’elle. Une petite boite apparait alors dans sa vie et ne la quitte plus. Alors qu’elle tente de s’en débarrasser, elle découvre celle de sa mère, mais celle-ci ne les voit pas jusqu’à sa rencontre avec Farah. Trois feuilles. Trois récits de femmes qui explorent les racines de l’identité, de la résilience et de la sororité.

Pour rappel, Éléonore Coyette a été l’une des boursières des résidences de recherches de l’Association quatre chemins pour une création vidéo à partir du texte « Danser jusqu’à saigner le ciel » de Darline Gilles (Manzè Da). Réalisatrice d’origine belge, elle est captivée par les images, les lumières, les couleurs, les rencontres. Elle s’est spécialisée dans l’exploration du format court tel que ; les clips musicaux, les portraits d’artistes, les captations de concerts, les « aftermovies », ou encore les courts-métrages qu’elle écrit et réalise lit-on sur la page Facebook du Festival quatre chemins.

Schultz Laurent Junior




Articles connexes


Afficher plus [4969]