S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Un musée pour les marassas (jumeaux) en Haïti



Découvrir dans un seul et même espace, l’univers des connaissances et des valeurs, des mythes et des mystères qui accompagnent l’origine, l’histoire, l’évolution et les relations entre les enfants (filles et/ou garçons) jumeaux entre eux, entre ces derniers avec leurs parents, les membres de leurs familles et la société en général, entre les bancs de l’école, dans les rues, dans les institutions, et partout sur la planète pourrait bien nous relever un ensemble de secrets. Certains sont capables de nous faire sourire.

Des jumeaux et des jumelles anonymes et célèbres font la fierté de leurs familles partout en Haïti, et pourquoi en Haïti. Plus qu’une simple question d’au moins de deux enfants nés d’une même grossesse, ou des personnes qui se ressemblent énormément, ou des choses semblables, symétriques ou faites pour aller ensemble, comme les flèches de la cathédrale, pour reprendre le dictionnaire Larousse. Il y a plus que ces connaissances et ces valeurs dans la représentation du terme jumeau, dans le créole « marassa », à travers la culture populaire et l’imaginaire du peuple haïtien. D’où l’importance de la création du prochain musée des marassas en Haïti.

Des feuilles de palmier allaient pratiquement influencer l’architecture du bâtiment, et orner les plus importants et expressifs motifs qui participeront au décor du musée. Rappelons-le, en dehors des images relatives des deux saints catholiques : Saint Damien et Saint Côme, dans le syncrétisme catholique-vodou, c’est la feuille de palmier qui symbolise les marassas dans les traditions ancestrales en Haïti.

Dupont et Dupond du scénariste Hergé sont particulièrement deux célèbres jumeaux dans l’espace francophone. En Haïti, on retiendra les docteurs Jerry et Marlon Bitar, comme les plus célèbres jumeaux, en dehors des deux frères jumeaux Luderly Édouard Constant et Luderlove Édouard Constant qui s’investissent dans la mode et la publicité depuis quelques temps. Qui sont les autres frères jumeaux et sœurs jumelles qui font la une dans les sphères publiques ou qui évoluent dans l’ombre ? Combien de jumeaux sont nés en Haïti au cours de l’année 2020, ou combien sont-ils au total qui vivent en Haïti et dans la diaspora ?

Dans l’histoire des institutions culturelles haïtiennes, on retiendra certainement l’existence de la galerie marassa, créée en 1977, à Petion-Ville, par l’artiste peintre haïtienne de renommée internationale Marie-Josée Nadal, qui est née jumelle, pour ensuite passer l’institution à sa fille Michèle Frisch (elle aussi jumelle), et depuis quelque temps, c’est sa fille Stéphanie Frisch Coupet qui assure la relève. Un héritage culturel à la fois familial, mais également considéré comme un patrimoine national.

De la nécessité de créer le musée des jumeaux ou marassas en Haïti, qui va certainement beaucoup plus loin que les simples activités de promotion de l’art haïtien et dans la vente des œuvres d’art, des pièces d’artisanat et d’autres documents liés à l’art haïtien. Un musée dédié aux jumeaux, ouvrirait ainsi ses portes à des collections spécifiquement liées aux créations artistiques réalisées par les jumeaux d'origine haïtienne et d’autres pays, et permettrait parallèlement d’apprécier les créations, les inventions, les documents, et toutes les formes de productions humaines traversées par les dimensions confirmant une certaine similitude et la philosophie des jumeaux.

Des parents, notamment des papas et des mamans, rêvent souvent d’avoir des jumeaux, sans jamais disposer suffisamment des informations pour matérialiser leurs intentions. D'autres sans le vouloir, ont fini, au premier coup et après plusieurs grossesses, par mettre au monde que des jumeaux.

Dans un article de Laura Louis, publié sur le site de «Ayibopost », l’auteure a mis l'accent sur plusieurs points importants du sujet. « Jacqueny et Jacquener Étienne sont nés en 1979 à Terrier Rouge dans le département du Nord-Est d’Haïti. Ils ont grandi dans une famille catholique. Cependant, leurs parents ont toujours organisé des rituels vodou en leur nom », rapporte l'auteur dans l'introduction du texte.

Disposant des pouvoirs surnaturels, sans vraiment s’initier dans un temple mystique, les jumeaux peuvent jeter des sorts (avec des feuilles et des prières) sur des personnes qu’ils désirent (y compris leurs parents), surtout quand ces dernières ne respectent pas ses promesses, témoignent les deux jumeaux cités plus haut. Une sélection d’autres jumeaux et des jumelles comme : les frères James et Jeff Antoine qui vivent dans la commune de Pétion-Ville, les sœurs Samora Julmisse et Soraya Julmisse, ont partagé leurs témoignages sur le sujet en tant que sujet d’étude, en dehors des explications pertinentes fournies par les deux spécialistes, la psychologue clinicienne Jacqueline Baussan et la gynécologue obstétricienne Rodrine Janvier, dans ce même article de Laura Louis.

Des familles disposant des jumeaux en Haïti (morts ou vivants) allaient pouvoir disposer pour la première fois d’un espace somptueux, récréatif, instructif et valorisant notamment les entrailles et le courage de ces femmes porteuses d'au moins deux enfants pendant plusieurs mois, jusqu'à l'accouchement des vrais et faux jumeaux. Dans la cour, à l'entrée principale ou dans les jardins du musée, on allait voir l'érection du premier mémorial des jumeaux ou « marassas » en Haïti. Ce monument dans sa dimension symétrique et majestueuse n’allait pas offrir une expression solidaire des jumeaux uniquement, dans son voisinage le public allait pouvoir découvrir d’autres éléments ou les personnages représentant les enfants qui sont nés après les jumeaux, qu’on appelle les « dossou » pour les garçons, et «dossa », pour les filles. On rapporte même que ces enfants, nés après les jumeaux, sont plus puissants que leurs frères et/ou sœurs jumeaux.

Dans le vodou haïtien particulièrement, il existe toute une culture et des rituels associés à l’existence des jumeaux, considérée comme des esprits divins ou lwa très puissants et influents. Les familles qui possèdent des jumeaux dans leur lignée, sont souvent invitées à faire des offrandes une fois par an, à Noël, le 4 janvier ou le Samedi saint, témoigne un prêtre vodou. Il poursuit, pour nous rappeler que les esprits « marassas », sont très puissants.

Dans le protocole des invocations des lwa lors des rituels dans le vodou, les esprits « marassas » sont toujours interpellés tout de suite après l’esprit de « Papa Legba ». Comment les enfants ou les adultes jumeaux vivent-ils le deuil de l’un des deux « marassas » ?

Des expositions permanentes et itinérantes permettraient au pays d’apprécier les histoires merveilleuses et les portraits des plus célèbres jumeaux dans la société haïtienne, dans chaque génération.

Dans presque tous les domaines d’activités en Haïti, on retient des jumeaux qui font la fierté tant de leurs parents et de leurs familles respectives, tout en s’affirmant fièrement sur des scènes artistiques et dans des secteurs socioprofessionnels, techniques, artistiques, culturels, religieux et scientifiques.

Dans le système éducatif haïtien, il faudrait réaliser une enquête sur l’évolution des jumeaux (filles/garçons) dans leurs parcours préscolaire, scolaire, professionnel et universitaire. Plusieurs aspects sont ainsi à retenir, tels : la discipline et les performances académiques des jumeaux, les limites des parents, les doubles dimensions émotionnelles respectives ou/ou partagées par ces enfants, à la maison, à l’école, dans les rues, lors des les loisirs, et les choix d’études supérieures ou professionnelles, etc. N’est-ce pas un très beau champ d’études scientifiques, dont certains aspects des résultats allaient pratiquement alimenter la présentation des expositions thématiques sur le sujet. Dans quel établissement scolaire et universitaire, ou dans quelle institution comme des employés, retrouve-t-on le plus de jumeaux ?

Dans la dernière exposition en date du musée numismatique haïtien, on retient d’un auteur inconnu la citation suivante : « Une exposition est une source d’enrichissement et un couloir efficace pour la circulation d’un certain nombre de savoir ». Une telle affirmation nous porte ainsi à identifier et à classifier les principaux savoirs à retenir et à partager dans les couloirs du musée sur l’histoire et l’évolution des jumeaux en Haïti et dans le monde entier ? Comment le statut génétique et mystique des enfants jumeaux et de leurs successeurs les « Dossou et Dossa », en dehors des valeurs contribuent-ils à faire de ces êtres des personnalités ordinaires ou extraordinaires ? Avec le Musée haïtien des Marassa, on pourra espérer prochainement la publication du premier dictionnaire des jumeaux haïtiens, ou du catalogue de l’exposition autour des jumeaux célèbres haïtiens évoluant dans les différents domaines d’activités artistiques, culturelles, techniques et scientifiques.

Des jumeaux d’origine haïtienne évoluant dans le pays ou dans la diaspora vont au moins une fois visiter les expositions de ce musée, qui leurs serviront de miroir, pour mieux se regarder à travers les générations d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Qui sont ces jumeaux haïtiens que plus d’un aimerait voir et apprécier ? Comment les parents choisissent-ils les prénoms de leurs jumeaux et/ou de leurs jumelles? Quels sont les pouvoirs surnaturels et les limites sociologiques des jumeaux ? Quels sont les discriminations et les stéréotypes dont sont victimes les enfants jumeaux dans la société haïtienne ? Existe-t-il des sœurs ou frères jumeaux qui sont des ennemis jurés ou des complices pour la vie, dans quel cadre et pourquoi ? Quels sont les jumeaux ou les jumelles les plus influents dans toute l’histoire d’Haïti et jusqu'à nos jours ?

Dans les créations artistiques, la littérature, la musique, et sans oublier l'art culinaire, dans la mode, souvent avec les parents qui tentent d’habiller leurs enfants avec les mêmes couleurs et dans le même style, il existe toute une dynamique dans les relations, les productions et les choix autour des jumeaux.

Diemson’n et Mackenson Fremont, deux frères jumeaux se sont lancés dans la musique, en créant un groupe, après la sortie de leur première chanson en 2012. Une belle exposition sur la place des jumeaux dans le carnaval national s'impose.

Des choses intéressantes sur les «marassas », à voir au musée haïtien des jumeaux, sur le plan émotionnel et individuel, familial et éducatif, religieux et économique, culturels et gastronomique, et même politique. On se rappellera qu’il fut un temps, on pourrait entendre : « Aristide avèk Préval se marasa ! », dans les slogans de campagne électorale à deuxième moitié des années 90. A voir une exposition sur les « marassas » dans la politique !

Des questions parmi tant d’autres, des plus pertinentes, qui méritent bien évidemment des réponses qui serviront à satisfaire la curiosité de certains et à justifier certaines thèses et argumentaires sur l’histoire et la réalité des jumeaux dans l’histoire universelle, et particulièrement en Haïti. Qui sont les premiers jumeaux haïtiens ou étrangers qui vont contribuer à la réalisation de ce premier musée des marassas en Haïti ?

Des mythes comme des injures ou blagues à retenir sur les jumeaux, comme pour le couple indien qui avait décidé d'appeler leurs enfants jumeaux Corona et Covid. «Yo di se rasta k fimen zèb, gen de marasa k manje fèy », des propos de l’une des meringues à succès du groupe « Mizik Mizik», dans le carnaval national.

Des auteurs et chercheurs ont certainement écrit des choses sur ce sujet, d’autres témoignages pourraient bien les contredire ou s’aligner dans la même démarche. Voilà pourquoi l’aménagement d’un espace pour accueillir tous ces savoirs, afin de mieux découvrir tous les pouvoirs des jumelles et des jumeaux parait comme une initiative intelligente et durable, interactive et socialisante, éducative et culturelle, scientifique et médiatique, que seul un musée pourrait mieux offrir.

Dans l’attente de découvrir les collections marassas lors des prochaines expositions du musée, qui sera dédié aux jumeaux, et qui va bénéficier de l’implication soutenue et du soutien évident de tous les jumeaux haïtiens et étrangers, des célébrités et des anonymes, préparez-vous à découvrir prochainement une première manifestation qui portera, les touches et la signature des jumelles et des jumeaux, d’ici et d'ailleurs, à l’œuvre.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [5050]