S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Le drame Enposib!



La soirée dansante du groupe « Enposib », ce samedi 26 septembre, a du se terminer avant l’heure suite à un accident évitable n’était la gourmandise des organisateurs.


Plusieurs personnes en sont sorties blessées lors de cette soirée animée par le groupe musical Enposib dans le club Esquina Latina au niveau de la Route de Frères. Le drame s’est produit aux environs de minuit 45 pendant que des personnes s’amusaient au son de la musique.

Selon l’économiste Jean Junior Joseph, la salle de VIP du night-club a cédé sous le poids des clients. La structure, placée sur l’un des bars a cédé,affirme un témoin.

De plus, il y avait trop de fêtards dans le night-club qui a accueilli plus de gens dans son espace et, il n’y a pas de sorties de secours.

Pour l’animateur Carel Pedre : « Sa kipaseEskinayèreswaap rive ankònenpòtkotenouitilize pou fèpwogramki mal bati. Kigenyonsèlpòt antre aksoti. Epi nouamizenou pou fèyon 2-3 mil dola an plis boureyoakmoun. Mounyomenm pi mal reziyen yopil sou piltankousadin sou tètlajanyo ».

Il poursuit pour préciser pour le moment que seul « Le Manguier night-club » de la ville de Hinche, est l’un des rares espaces du pays qui pouvait accueillir le groupe musical qui est à son top niveau.

Pour le manager du groupe Enposib, Carl Philippe Desmornes, il y avait plus de 1500 fêtards dans la salle (l’espace a une capacité maximale de 600 personnes NDLR ).

Mais, le problème avec les espaces qui accueillent les groupes musicaux, c’est que les autorités ferment les yeux et font semblant de ne rien comprendre.

Après ce qui s’est passé dans la nuit du 26 au 27 septembre, d’ici le mois d’octobre, il n’y aura que les victimes et le propriétaire du night-club à se souvenir de l’accident.

Walcam




Articles connexes


Afficher plus [5039]