S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Tanya St-Val : trempée dans la musique du monde en passant par Haïti !



Depuis l’année 1986, cette année majeure qui a marqué l’histoire d’Haïti, une étoile est née dans la musique antillaise à travers le « Tambou », l’une des premières compositions de Tanya Saint-Val, qui sort à la même année son premier album qui porte son nom. Et depuis, cette chanteuse française, née le 15 décembre 1965, à Basse-Terre sur l’île de la Guadeloupe, allait marquer à jamais l’histoire «créolisante » de la musique des Antilles, en passant par Haïti.


Déjà trente quatre ans qu’elle chante, qu’elle danse, qu’elle inspire et console des cœurs et des esprits, des nerfs et des âmes, par sa charmante voix qui se confondent à l’eau de rose. Entre des vers et des proses, des rimes et des cris profonds Tanya St-Val nous invite dans des voyages romantiques, aux couleurs de presque tous les rythmes de la musique des Antilles, du zouk, en premier, en passant par le compas direct, des tendances occidentales, asiatiques, hispaniques, exotiques, électroniques, aux couleurs de la modernité et de la mondialisation.

Deux artistes haïtiens, des voix masculines parmi les meilleurs ont déjà collaboré avec la chanteuse Tanya St Val sur des titres à succès. Avec Dadou Pasquet dans : «Se Verite » et Alan Cavé avec « VyeFrè ».

Dans le premier projet en duo, ce sont les sentiments qui sont à l’honneur, dans ce dialogue sentimental. « Se verite. Nap ale pi lwen » fut l’un des meilleurs refrains des années 90 dans les Antilles. Avec une telle invitation : « Viv pou mwen, m a viv pou ou. Na fè pi bèllanmou ! », les amoureux de l’époque ne pouvaient demander mieux.

Dialogue interculturel et promotion de la diversité culturelle et de la paix, entre une Guadeloupéenne et un Haïtien, dans les rues de New York. « Vyéfrè », est un hymne à l’harmonisation des cultures, au rassemblement pour le vivre ensemble sur le planétaire. « Lèw gade nan glas paw, se pòtrepaw mwenwè. Si w gade nan miwa w, wawè jan mwensanblew! ».

D’autres collaborations aussi importantes, avec « Dédé Saint Prix, Smiley, Jamadom, Dj Fano, Nelo Carvalho, Victor O, et SaïnaManotte, sont à retenir.

De la douce musique sentimentale, sensuelle et socialisante, Tanya St Val a fait son cheval de bataille pour traverser toutes les frontières, avec un lot de dix albums studio déjà réalisés en trente ans, de 1986 à 2016. « Tanya St Val », à « Chalè », « Poukitou sa », « Zouk à gogo », « Soul zouk », « Mi », « Amethyste en 1996 », « Secret », pour atteindre les trois derniers pour le millénaire : «Ansanm, 2002», « Soleil, 2008 », « Voyage, 2016 ».

Depuis le premier album de Tanya St-Val, on pouvait déjà observé cette dimension multiculturelle de l’artiste, qui veut toucher non seulement les mélomanescréolophones, francophones en second lieu, mais aussi, et surtout le reste du monde, à travers l’anglais. Elle ne chante pratiquement et surtout qu’en créole et en français, mais les titres de ses compositions sont traversés par le créole, le français et l’anglais, ou des termes qui traversent ces trois langues.

De « Mete w cool », « Mister love », « Stop », « Lovmajik », «Physical», on est invité à découvrir un album baptisé « Soul zouK », en 1989, pour confirmer cette démarche à la fois mercantile et mosaïque, comportant le titre : « Sexy dous », « I Mis You », « Ginesta ».

Dans l’album « Amethyste », l’aventure avec les tendances multicolores aux titres anglophones, avec « An Lov », « Boogie Zouk », « Dalin », « Break U Down », et « Jah Love ». Avec l’album « Secret », sorti en 1998, Tanya St-Val, nous emmène dans : « So Good », « You and Me », « Shy », « New Calin », et « Secret ». Enfin depuis 2002, on peut retenir d’autres titres qui confirment cette incursion dans la culture anglophone comme : « Only pou mwen », « What’s up », « Let me love you », « Blues mende », et « For love ».

Des chansons qui ne vieillissent pas malgré le temps. On peut retenir : « Mi taw mi tan mwen », « Mwen », « Lwen », « Misye Pierrot », « On ti pawòl », « Lanmoukreyol », entre autres.

Dans une sorte de passerelle antillaise, aux couleurs de la mondialisation, Tanya Saint-Val demeure comme l’une des voix les plus affirmatives et ouvertes sur la diversité interculturelle.

Danschacun de ses albums, cette quête de renouveau et cette tendance mosaïque prennent place entre les titres, les refrains, les vers et les vidéos.

« Darlin » est vraiment de la tendance « world music », avec toute l’artillerie que l’on pourrait retrouver chez LowDeep T. Définitivement, elle est une valeur sûre pour la mondialisation de la culture caribéenne.

Dédé Saint-Prix, est bien ce nom incontournable dans la musique antillaise avec qui elle a déjà entretenu une collaboration en 1995, dans la chanson « Balansèy lala». Et plusieurs autres grands noms antillais.

Des couleurs africaines sont aussi présentes dans les chansons de cette dame qui ne chôme pas dans la pièce : «Viniwèmwen ». Comme la chanson : « Te kevle » qui nous fait voyager dans une ballade inédite, avec le vent tellement présent qui fait bouger nos voiles depuis la sortie du quatrième album de l’artiste « Zouk à gogo » en 1989.

Dans la chanson « Lwen », Tanya renouvelle depuis 1994, dans l’album titré : « Mi », sa volonté de proposer une musique qui coule savoureuse, qui nous fait avancer entre deux pas en avant, et un pas en arrière, quand la dance se met de la partie.

« Dis-moi tout », est une chanson qui change de registre. C’est la femme qui promet de rendre l’autre heureux. « Mais je n’en peux plus de me taire et de te voir souffrir. Elle a brisé tous tes rêves. Elle est partie elle t’a planté, toi tu crèves. Et moi j’ai mal quand je te vois la pleurer. » « Viens avec moi.» Après, Tanya est aussi l’une des plus belles ambassadrices de la musique francophone.

Douce est le qualificatif le mieux approprié pour décrire la chanson « Carole ». Un morceau qui ne vieillit pas des années après sa sortie en 1987, dans l’album « Chalè ». « Poukitou sa ? poukinou rive la ? ». Un bel hommage rempli de messages forts, dans ce métissage culturel musical, semble affirmer le verbe de TSV.

Dans une démarche objective, les artistes haïtiens, et particulièrement les voix féminines haïtiennes qui se recherchent sur la carte mondiale de la musique, devraient prendre le temps d’évaluer tant les créations que la démarche de ces artistes avant-gardistes de la région qui se sont imposées sans se dénaturer, encore moins, en se lançant dans la chasse des scandales. Avec leurs talents et leurs créativités, associés à une forme d’intelligence culturelle tournée vers les besoins et la diversité du marché international, elles se réinventent de façon continue, de nouvelles places.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [5039]