S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Une sculpture de Dany Laferrière érigée à Montréal



Une fois de plus, l’écrivain haitiano-canadien Dany Laferrière est à l’honneur. Tandis que son œuvre eut été couronnée de plusieurs prix, dont le prix Médicis 2009 pour son roman « l’Énigme du retour », Dany Laferrière qui a démarré sa carrière littéraire avec « Comment faire l’amour avec un nègre sans se faire fatiguer » au début des années 80, n’a cessé d’être sur les feux de la rampe. En plus de siéger à l’Académie française, voilà que maintenant, la Grande bibliothèque de Montréal accueille désormais dans son jardin d’art une sculpture de l’écrivain Dany Laferrière.

L’œuvre sculptée, de l’auteur de « Autoportrait de Paris avec Chat », est signée de l’artiste québécois Roger Langevin. Selon les informations relayées dans la presse canadienne, c’est le sculpteur lui-même qui a offert de prêter son œuvre à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BanQ), dont fait partie la Grande bibliothèque. Cette sculpture a été baptisée « L’exil vaut le voyage », qui est aussi le nom d’un des romans de Dany Laferrière. Elle montre l’écrivain et membre de l’Académie française assis en haut d’un escalier. L’artiste Roger Langevin a fait ressentir les émotions qui l’ont traversé pour sculpter cette œuvre qui rend non seulement hommage à Dany, l’aura qui transpire de son être et son humilité aussi. « J’ai voulu rendre à la fois cette gravité et la joie intrinsèque de Dany. Sa grande humilité aussi », affirme l’artiste.

Jean Louis Roy, président directeur général de la BanQ, a salué cette œuvre en des termes élogieux et a, lui aussi, dans ses propos, campé Dany Laferrière, sa carrière littéraire et son parcours inentamés. « Nous vivons en ce moment un véritable siège sur le plan culturel. À l’air libre, l’art public permet aux gens d’entrer en relation avec un propos plastique, bien sûr, mais aussi, dans le cas d’une œuvre comme celle-ci, avec un écrivain marquant et tout ce qu’il peut représenter au-delà de la littérature. »

Prêtée jusqu’au mois de mai, l’œuvre est exposée à deux pas du Quartier des spectacles, où se tient, jusqu’au 1er novembre, une exposition en plein air consacrée aux 35 ans de carrière d’écrivain de Dany Laferrière.

Schultz Laurent Junior

Avec la collaboration de la presse canadienne.




Articles connexes


Afficher plus [5029]