S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video


Facebook au féminin: « Ambassador Marli », ou l’art d’éduquer et d’inspirer !



De nombreuses personnes et institutions critiquent le plus souvent, de manière justifiée, légitime et moralisante, certains comportements dévalorisants et des communications, parmi les plus décevantes portées par des jeunes, incluant des figures féminines sur les réseaux sociaux les plus connus. Rares sont les initiatives qui visent à saluer et à encourager des initiatives éducatives, philanthropiques, bénévoles et parfois même lucratives qui visent pourtant à redresser la barque nationale, de plus en plus à la dérive, sous l’impulsion de la démocratisation démesurée des connaissances, des savoirs et des informations qui pleuvent sur les réseaux sociaux en Haïti et dans la diaspora.


Dans la présente publication, il est question de saluer certaines publications, certains messages et d’autres communications qui visent à contribuer à la sensibilisation de la collectivité, à l’éveil citoyen, et à l’entrepreneuriat solidaire en Haïti, dans un contexte de crise profonde et de criminalité persistante qui puisent leurs sources en grande partie, dans certaines dérives offertes gratuitement et à profusion par les réseaux sociaux, cette société de l’information sans normes et orpheline du respect des droits humains.

Dans la série « Facebook au féminin », je me proposerai de répertorier un ensemble d’acteurs et des initiatives sur les réseaux sociaux (Facebook en particulier), portées par des acteurs évoluant en Haïti et dans la diaspora. Notamment des figures féminines et d’autres leaders qui méritent un coup de projecteur dans la presse, via les médias traditionnels et en particulier la presse écrite, considérée comme l’une des meilleures gardiennes de la mémoire collective qualitative. D’où l’importance de saluer les actions positives, inspirantes et valorisantes qui accompagnent le discours de Marli !

Depuis plus de deux ans, on retient sur Facebook le nom « Ambassador Marli », comme une nouvelle adresse pour la conscientisation sociale, morale, mentale et globale. Avec une campagne de sensibilisation autour du thème : « Kanpay rekonsilyasyon nasyonal / Ouvè baryè yo / Rekiltire Ayiti », nombreuses sont les réactions qui félicitent et encouragent cette dernière dans ce combat qu’elle porte dans ces espaces virtuels. Qu’importe, qu’elle ait ou non d’éventuelles intensions voilées, des ambitions masquées, et de possibles projets politiques cachés dans sa démarche, on ne saurait ne pas reconnaître la pertinence et l’utilité du discours socialisant, en lisant les propos et en visualisant les vidéos de Marli. Des messages qui manquaient terriblement à la collectivité haïtienne, à travers les réseaux sociaux !

Dans une publication en date du 28 septembre 2019, encore disponible sur le compte Facebook « Ambassador Marli », on peut lire : « Jenerasyon pa m nan konprann nan divizyon pa gen anyen. N ap jwe ak travay ansanm pou n ka transfòme #Ayiti cheri nou an. Mèsi a tout moun ki kwè nan tèt ansanm e ki kontinye travay pou LAPÈ ak REKONSILYASYON. Ayiti nou bezwen an, se nan…».

Dans une image des plus illustratives, qui accompagne ce texte on peut voir des jeunes adolescents très souriants et solidaires. Ces derniers portent des ballons tout en faisant la promotion de : « Baskèt pou lapè ». Leurs maillots affichent visiblement les noms divers groupes parmi les plus influents qui dominent les sciences sociopolitiques en Haïti tels : « Pitit Desalin », « Petwo tchalenjè », « PHTK », « Lavalas », « Sektè popilè demokratik », Elit ». Il n’y a pas mieux pour inviter ces acteurs cités, connus et très influents à se mettre ensemble afin d’offrir des jours meilleurs à la population haïtienne.

Dans une autre publication, deux jeunes filles en compagnie de Marli exposent leurs grands sourires éclatants, pendant que l’ambassadrice rappelle à ces lecteurs que : « Rekonsilyasyon ap pèmèt nou viv a kè kontan, l ap ede peyi nou jwenn bonè l. An n envesti nan tèt ansanm ».

Des critiques et des propositions, des invitations et d’autres formes motivations alimentent le discours de sensibilisation et de responsabilisation de la majorité des Haïtiens, par l’ambassadrice Marli, de plus en plus suivie par des milliers de fans sur les réseaux Facebook et YouTube.

Des médias traditionnels dans la ligne de mire de cette femme leader incisive et inspirante à la fois. On peut citer un des derniers messages en date, publié au début du mois de décembre 2020. «Medya ayisyen detwi pwodiksyon konsyans nasyonal la. Se pa de dega sektè sa a fè nan peyi a. Nan KOPYE REVANN, yo enpòte anpil vye machandiz mantal k ap demantibile sosyete nou an. Se yo ki limen dife gang ak kidnaping nan peyi a. E jodi a gras a teknoloji, y ap vann Ayiti pou degouden sou medya sosyal. Fòk Ayisyen ki nan medya a resezi yo. Tanpri, sispann gate konsyans nasyonal la!».

Des piqures de rappel qui touchent plus d’un, sans faire de mal. Une nouvelle vidéo portée par « Ambassador Marli », utilisant la langue de la majorité des Haïtiens fait tache d’huile. « Tout jounen w ap pran pòz ou sansib pou fanm ak ti fi. Depi ki lè w sipòte yon òganizasyon k ap travay pou ede yo? E timoun nan lari yo? E andikape yo? E peyizan/kiltivatè yo? E granmoun yo ak tout lòt frè ak sè n ki pa gen repondong yo? TANPRI sipòte sa k bon ak byen k ap fèt pou peyi ak kominote w.».

Décision politique majeure, qui devrait mobiliser le plus grand nombre de secteur, y compris les institutions engagées dans la préparation des ressources qui vont aménager et gérer les infrastructures sur tout le territoire national, Marli prend position : « M renmen ide kouran 24/24 la. Men kèk bagay ki anpeche m dijere l: m pa tande konbyen jèn enjenyè/elektrisyen k ap fòme, M pa tande kantite travay k ap kreye e m pa tande tou mwayen k ap kreye pou pèp la ka peye pou li. L ap enpòtan pou n sispann fonksyone avèk yon bann ti plan san yon GRAN VIZYON ».


Dans une publication antérieure, cette personnalité publique et figure féminine populaire sur Facebook a eu l’idée d’inviter les membres de son réseau à : « Pale m de sa k bon nan premye dam nou an, Martine Moïse? #AyitiSosyalmanPozitif. Jodi a se dezyèm jou Ayiti soyalman pozitif. Youn nan 3 jou, de 1-3 novanm, pou n pale sèlman de tout sa k bon nan nou ak peyi nou sou tout medya sosyal yo».

Détachée du luxe et du confort dans sa stratégie de communication de masse, l’ambassadrice Marli ne renie pas ses racines, encore moins son histoire et sa culture. Elle profite des sujets qui fâchent comme des dates phares dans l’histoire d’Haïti pour remobiliser la fierté populaire et la conscience nationale. «Èske w fè pati moun tankou m yo ki jennen pou w pale de zansèt yo, paske jounen jodi a peyi n pa nan wotè istwa l? M vle di w, pa rete nan wont sèlman. Men pito, M ap ankouraje w pou w kontribye nan travay pou #RevolisyonMantal la. Yon revolisyon ki te dwe fèt lontan sa, pou konplete sa zansèt yo te kòmanse a, men malerezman ki pa janm fèt. Ou gen yon opòtinite pou ede l fèt jodi a.…».

Derrière la diffusion des messages écrits et des vidéos de cette femme d’influence, les dizaines, centaines et milliers de réactions des membres de son réseau offrent une véritable base de données pour apprécier certaines tendances, pour mieux mesurer le niveau de conscience et d’incohérence, de connaissance et d’ignorance, de tolérance, de méfiance ou d’intelligence, manifesté par ces hommes et ces femmes, s’exprimant sur la plupart des sujets abordés par Marli. L’histoire et l’économie, la politique et l’éducation, les technologies et la culture, en passant par la langue nationale et le Vodou, les médias et la production nationale, en passant les valeurs, la vision et la volonté par l’action, sont parmi les nombreux sujets d’actualité et de société, qui trouvent une place sur la page de cette dame, pour provoquer dans beaucoup de cas des débats animés.

Définitivement, « Tout moun jwen » avec l’ambassadrice Marli, comme nous rappelle la célèbre publicité des cubes « Maggi, nan tout sòs ». Cette femme leader confirmée, au sourire rayonnant et au charisme de plus en plus imposant, qui vit entre la diaspora et sur les chantiers solidaires en Haïti, ne cesse de lancer des S.O.S aux jeunes, aux parents, aux familles, aux dirigeants, aux femmes, aux élites, et à toutes les couches de la société haïtienne et des membres de la diaspora pour un éveil collectif citoyen et des actions durables pour le changement.

Dans le profil de cette diplomate de la culture du vivre ensemble, on retient comme message phare : « M vle enfliyanse jenerasyon sa a pou l renmen ak travay pou Ayiti. E enspire lòt jenerasyon an pou l fè mèvey ».

Démocratiser l’éducation populaire, l’éveil à l’éthique et la responsabilité citoyenne via les réseaux sociaux semble servir de boussole à l’ambassadrice Marli. En combinant en toute simplicité, son charme naturel et ses actions solidaires autour des discours actuels et factuels, « Ambassador Marli », est devenu un nom, une marque, un symbole du leadership féminin pour le changement, sur Facebook.


Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [5236]