S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Françoise Elizée, through twelve prototypes, pays a vibrant tribute to Haitian Women

Françoise Elizée, through twelve prototypes, pays a vibrant tribute to Haitian Women



Françoise Elizée[/caption] When, in 1804, Haiti acquired its independence, its newly adopted flag's blue and red bands were sewn together by a woman. This gesture was the harbinger of the critical role women were to assume throughout Haiti's bumpy road toward prosperity. Haitian women are known throughout the world as the backbone of the economy, the cornerstone of their households, the unfailing providers for their children, while, all along, dealing with systemic discrimination and marginalization. This contribution did not escape Francoise Elizée's artistic sensitivity, despite her having left the country at the tender age of 13. She felt compelled to take a hiatus from a successful designing career, one which has earned her feature articles in magazines such as In Style, Elle and Glamour, to fly back home with photographer Pipe Yanguas in tow, and document the path, challenges and ultimate odd-defying success of twelve women who are representative of the proverbial Fanm peyi dayiti. Françoise Elizée had a talk with our Miami Bureau Chief, Frandley Denis Julien as she prepares for a book signing event of her book, Haiti Rediscovered, in Miami on March 4.LN: Please introduce yourself to our readers?FE: My name is Françoise Elizée.  I am a Haitian born currently residing in South Florida.  I relocated to Miami at the age of 13 with my family.  I attended the University of Miami and earned a Bachelor’s degree in Marketing and a Master’s degree in International Business.  Straight out of university I began working as a product research and development specialist at the family business “RIKA” – a food commodities brand on the Haitian market.  Despite my new job, I always had a creative side that needed to be developed.  In 2009, I launched my fashion label “Françoise Elizée.” A brand that focuses on exotic skin handbags and accessories.  For the past two years, I have been working on my latest creative project “Haiti Rediscovered.”  My first published book.  In light of what was reported in the news a few weeks ago, its release date could not have been at a better time.LN: What prompted you to write this book?FE: While having an afternoon of cocktails amongst friends, I was congratulating Pipe on his photography work which I was closely following on social media; and I told him he should have a book with his name on it.  At that moment, Pipe turned to me and said the magical words “Why don’t we do a book on Haiti?”My creative side was tempted of course.  We met many times afterwards to research topics that were yet to be explored about Haiti; hence came about manufacturing, Haitian made products, export, and women.LN: Tell us about your collaboration with photographer Pipe Yanguas on the project.FE: Our friendship goes back over 15 years.  I have always been fascinated by Pipe’s work.  He focuses on documenting the “passions” of people through his photography.  Pipe travels the world to photograph his clients and documents their life over a period of years.  The topic of this book was perfectly aligned with this style and Pipe did an amazing job at bringing out these women’s passion, work and the fruit of their labor.LN: Who are the selected women, and what were the criteria leading up to their choice?FE: We selected women from different walks of life who had an amazing story to be told.  They are involved in a variety of industries; may it be craftsmanship, home accessories, fashion and even food.  As an entrepreneur myself, I understand the need to promote export and to create jobs.  We focused on businesses that are ready to export and be exposed to the international marketplace.  Most importantly, they qualified by producing great products ready for international buyers.LN: Why 12 women?FE: I believe women are the matriarch of their families and focus on the betterment of their children.  We wanted to feature more “Haitian Made” products but unfortunately, we were limited.  A hardcover coffee table book of this quality and refined presentation not counting the 260 pages is very expensive to make.  However, I am sure there will be future editions.LN: Did you start the project with a clear idea of what you would be discovering, or did you let the project lead you to uncharted territories?FE: I learned a lot about these women and what it takes to run a business in Haiti.  They face challenges every day and have a lot of responsibilities.  They developed personal relationships with some of their employees, providing them with healthcare and helping with their children’s education.  Working on “Haiti Rediscovered” I find that Haiti has a lot of potential to manufacture more and it is up to us to promote our resources.LN:  Will you be signing the book in Haiti?FE: The Haiti book signing will be on Friday, May 25, in celebration of mothers’ day weekend.More details will be announced soon.LN: Tell us about the March 4 event in Miami.FE: The institute of Contemporary Art will host the official book signing in Miami on May 4th.  The evening will begin at 6:30 PM with a panel discussion and Q&A session along with Anna Dolce the moderator, Pipe and myself.  Four of the women featured in the book will also be present; A cocktail reception and book signing will immediately follow.LN: What do you want to accomplish with this book?Le National : Comment peut-on contribuer à la cause? Kerta Georges: Toute personne désireuse de contribuer doit se rendre sur le site de gofundme.com et taper “send our team to the world cup.” Le lien pour votre site web est le suivant: https://www.gofundme. com/send-our-team-to-the-world-cup.Propos recueillis parJ’ai appris également (corollaire de ce qui précède) que Rousseau a raison. L’homme naît bon, la société le déprave. Ou plutôt, l’homme naît neutre. Durant la période utopique de Mai, tous ceux que j’ai côtoyés étaient devenus bons. Spontanément.Mais les mots me manquent. Il est des expériences inexprimables.Je cède ici la parole à Rimbaud, vrai fils de Mai avant la lettre, qui vous dira mieux que moi ce que j’ai ressenti après la fête :« Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale, je suis rendu au sol, avec un devoir à chercher et la réalité rugueuse à étreindre. Paysan. »En 2018, le Rêve est mort, tué par des politiciens lâches et sans coeur.Sous les pavés, la haine ! Voici venu le temps des petits hommes.P.L. : Le premier poème d’Épaule d’ombre.

Vertige

Avec ton éveil à la joie,

Avec ta course irréfléchie,

Avec ta robe dans le vent,

Avec ton sourire émergeant

Comme une menace à mon inquiétude,

J’éternise mon feu comme une ferveur.

Avec mes sursauts énervants,

Avec mon rire de proscrit

Qui grince, heurtant ton extase-hébétude,

Et mes os exhumés de l’ossuaire,

Au scandale des châtelaines

Qui m’offrirent leur nudité

Ébroué de nul frisson,

Impassible à des yeux tourmentés d’aurore.

[sismale,

Je compose un songe d’enfer

Pour frôler ton corps,

Électriser ta gorge consentante.

Certain jour de faste attendra l’abordage du

[Paquebot

Amenant l’exilé sorti de prison.

Je te prendrai par les cheveux

Ah ! Fiévreusement,

Pour te montrer,

Pendu,

Giflé,

Sifflé,

Affolé,

Égaré,

Et seul

Cyniquement seul,

Livré à la faim,

Dans la baie des puanteurs,

Devant les maisons de corruption

Où l’on fabrique

Des faiseurs de complots,

Des postulants au forçat,

Des enfants du salut dans la faim,

Par la faim,

En haillons,

En ulcères,

Et des hommes pour voyager en première,

Des hommes pour aller pieds nus,

Des hommes pour le home,

Des hommes pour la hutte ;

Et puis des femmes,

Des femmes pour les boudoirs,

Des femmes pour les fumoirs,

Des femmes pour les bordels,

Des femmes pour causer des tueries, la

[Banqueroute,

Des femmes pour l’anxiété des bijoutiers,

Des femmes pour la pitié ...

Je te dirai tout l’aboi des mornes,

La plainte des ruisseaux endormis,

Inoculé par les premières aiguilles d’hélium.

Je te conterai l’avortement

De chaque fruit

Sur la terre impassible, et

Dosant, supposant chaque corps pour l’engrais de ses mamelles tentaculaires.

Je te ferai contempler

Une fenêtre ouverte sur la grève ...

La terre tournera autour

De nos bras polaires

Et nous aurons le vertige des gravitations

le privilège de fixer

le changement des saisons,

L’influence de tes yeux sur les raz-de-marée,

Le sommeil des pêcheurs,

le cauchemar de germination des alluvions,

Tu chanteras devant l’extase

Car tu ne construiras pas

Sur l’inquiétude et la soif.

Les chevaliers insoumis,

Les coursiers de déserts communicables

inclineront jusqu’à tes pieds en porcelaine

Leurs flèches.

Leurs boucliers.

(Juin 1944)

Ovations nourries (Paul et René sont très émus)

F-A.L. : Paul, René vient de nous expliquer qu’il a choisi la poésie et l’enseignement, une voie d’expression et une carrière. Et vous, comment êtes-vous arrivé à la poésie ? P.L. : Dans mon cas, cela n’a pas été mon choix. La poésie m’a choisi. (Rires). Alors très tôt, sans savoir pourquoi, j’ai commencé à écrire. Je dois dire que j’ai appris mes premiers vers des lèvres de mon cousin germain Fernand Martineau, le poète. Il se voulait le poète exclusif de l’amour. Pour lui comme pour moi, la poésie est une question de vie ou de mort, comme l’amour et comme la liberté.Pour reprendre un peu ce que René vient de dire. René pour moi est un ami de vieille date et à l’époque où nous n’étions pas encore mariés, il vivait chez mon père. Longtemps après, quand nous étions tous en exil, j’ai eu des problèmes avec mon fils aîné et je l’ai envoyé vivre chez René. C’est une vieille amitié qui a commencé peut-être à cause de la poésie, qui s’est entretenue de plus en plus, bien que notre conception de la poésie ne soit pas nécessairement la même. Il y a eu un point de rencontre sur le surréalisme, contenu dans mon livre qui doit paraître à la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. Il s’appellera OEuvres incomplètes. Ce recueil divisé en trois parties comprendra seulement ma poésie d’expression française, pas d’expression créole, pas non plus mes articles sur la politique. La tentation surréaliste, c’est pour moi ce qui a existé, non pas un mouvement surréaliste que nous aurions vécu, mais la tentation surréaliste d’abord par nos lectures et puis la présence cristallisante de Breton. Comme je l’ai dit dans un article « André Breton en Haïti, un témoignage », nous avons réalisé avec Breton les champs magnétiques dans la vie. (Rires).F-A.L. : Si je vous disais à vous deux que je n’étais qu’un simple amateur, un dilettante de roman et que je n’entendais rien à la poésie, que me diriez vous ? P.L. : Eh bien, je vous comprendrais, bien que je n’aie jamais été tenté par le roman de manière personnelle. Il faut avoir le don d’observation pour le roman et ça, je ne l’ai pas. La réalité me pénètre et reparaît sous une forme poétique des années après. C’est un processus parti du fond du subconscient, du fond de mon être.F-A.L. : René Bélance ? R.B. : Je pense que c’est une question de personnalité. Il y a des tempéraments qui sont attirés par tel mode d’expression et d’autres par tel autre. Je dois dire que pour ma part, j’aurais pu aller à différentes activités, dans différents secteurs de l’art. J’aurais pu aller vers le dessin, la peinture et la musique ...F-A.L. : Je comprends. Paul aurait pu faire autant car la poésie englobe tout et touche à toutes les sphères de la vie. Merci de m’avoir accordé cet entretien. Paul Laraque et René Bélance : C’est à nous de remercier.




Articles connexes


Afficher plus [294]