S'identifier Contact Avis
 
30.15° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La situation de l’insécurité alimentaire en Haïti, de jour en jour, est plus complexe

La situation de l’insécurité alimentaire en Haïti, de jour en jour, est plus complexe








En Haïti, l’insécurité alimentaire frappe plus de deux millions de personnes. Pour le mois d’octobre au décembre 2018, on a constaté une augmentation du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire par rapport à l’année 2017 qui était de 1.3 million d’Haïtiens. Dans le dernier rapport de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), pour le mois de décembre 2018, on a révélé que sur 11 millions d’Haïtiens, environ 2.6 millions de personnes se trouvent dans une situation d’insécurité alimentaire dans le pays.


En dépit de diverses interventions de l’État central, la situation reste tendue en ce qui a trait à l’insécurité alimentaire en Haïti, selon certaines données disponibles. Plus de 2 millions d’Haïtiens font face à ce problème. Dans son dernier rapport, la CNSA attire l’attention des autorités actuelles concernant le nombre de personnes qui se trouvent dans la situation d’insécurité alimentaire pour le dernier trimestre de l’année de 2018. Selon les données fournies dans ce bulletin, il existe une détérioration significative de la sécurité alimentaire et de la situation nutritionnelle des ménages ruraux en Haïti pour le mois d’octobre au décembre 2018. « 2.2 millions de personnes confrontent une insécurité alimentaire aiguë dont 386,000 dans une situation d’urgence alimentaire en phase 4 », peut-on lire.

Dans ce rapport, on fait référence à deux phases. Il s’agit de la phase stress pour trois départements concernés : Nord, Centre et l’Ouest (1,3 à 2,1 millions de personnes) ; la phase crise concerne six départements concernés : Grand’Anse, Sud, Nippes, Sud-Est, Nord-Ouest, Nord-Est (2 à 2,6 millions de personnes). « D’octobre 2018 à janvier 2019, certaines zones de moyens d’existence resteront en Stress (phase 2 de l’IPC) ; d’autres en Minimale (phase 1). « Certains ménages, touchés par la sécheresse (dans le Nord et le Nord-Est) s’ils ne se remettent pas entièrement des chocs antérieurs, pourraient se retrouver en crise (IPC phase 3) », a-t-on souligné. Si cette situation est toujours de mise, 571 mille autres personnes seront dans une situation d’urgence alimentaire entre mars et juin 2019.

En outre, dans le bulletin du mois d’avril 2018 de la CNSA, on avait fait remarquer que la situation de la sécurité alimentaire allait connaître une amélioration en mai de cette même année dans certaines villes à partir du début des récoltes de la campagne de printemps. Toujours selon ce rapport, une détérioration de la situation de sécurité alimentaire dans le département du Centre, en particulier dans le haut Plateau central. Il importe de souligner que ce bulletin a aussi fait état de la hausse des prix des produits, soit de 8.6 % pour le premier trimestre de l’année 2018 par rapport au premier trimestre de l’année 2017. Le rapport de classification de l’insécurité alimentaire, selon « l’IPC » publié en octobre 2017 par la CNSA, a classé les départements du Nord- Est et les zones montagneuses de la Grand-Anse en phase de crise, tandis que le reste du pays était classé en phase de Stress.

Peut-on combattre l’insécurité alimentaire en Haïti ?

L’insécurité alimentaire, liée au manque de denrées agricoles et au faible pouvoir d’achat de la population, s’est accrue depuis la saison sèche et le passage des tempêtes tropicales « Isaac, Sandy et Mathieu » sur Haïti. En effet, tous les derniers rapports de la CNSA prouvent que la situation est alarmante concernant l’insécurité alimentaire dans le pays. Les autorités haïtiennes devraient prendre ce problème à coeur. En vue de combattre ce fléau, dans le cadre d’une coopération entre l’Union européenne (UE) et l’État haïtien 35 millions seront décaissés au cours de l’année 2019 pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Haïti. Cependant, certaines personnes pensent qu’on devrait prioriser l’agriculture pour essayer de réduire le nombre de personnes faisant face à l’insécurité alimentaire. Pourtant le gouvernement actuel semble être peu préoccupé par ce sujet. D’ailleurs, dans le budget 2018- 2019, seulement 6.8 % est réservé à l’agriculture un des secteurs clés de l’économie haïtienne.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2189]