S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
81 gourdes pour un dollar : le calvaire du peuple haïtien se poursuit

81 gourdes pour un dollar : le calvaire du peuple haïtien se poursuit








L’année 2018 a été particulièrement éprouvante pour Haïti. Après une année de bouleverse qu’a connu le peuple haïtien en 2018, le grand calvaire de ces descendants d’Africains continue de s’aggraver dans le pays pour le début de l’année de 2019, en raison de la perte de valeur de la monnaie nationale. Pour ce mardi 29 janvier 2019, se procurer d’un dollar américain dans certaine institution bancaire de la capitale, il vous faut 81 gourdes. Tandis que, pour l’année 2018, soit de janvier à décembre 2018, la gourde était passée de 63.20 gourdes à 77.54.

Bien que le président de la Republique a procédé au changement de son gouvernement, et organisé son premier forum sur le pacte de gouvernabilité, mais jusqu’à date les problèmes Reeves du pays qui devraient intéresser les décideurs politiques ne sont pas encore débattus pour remonter la barre.

Pour le mois de janvier 2019, on constate que la dépréciation de la monnaie nationale ne cesse de s’accélérer. De 1 à 100 dollars à la Unibank le taux était fixe à 81 gourdes, à partir de 101 jusqu’à 500 dollars USD, il vous faut 81.50 gourdes. Face à l’escalade incessante du taux de change, les prix des produits de première nécessité connaissent de grandes augmentations, partout dans le pays, les gens peinent à s’en procurer. Une hausse significative est ainsi enregistrée au niveau de tous les prix des produits de base de la consommation des ménages haïtiens.

Cette situation débouche sur une carence alimentaire variable des produits de première nécessité. Cette situation minant le pouvoir d’achat et contribuant à aggraver la vulnérabilité alimentaire surtout chez les catégories sociales à bas revenu, même ceux qui travaillent ne sont pas épargnes, et ce, quelles que soient les branches d’activités exercées. Car, pendant que la gourde ne fait que perdre de sa valeur face au billet vert, le salaire des employés qui étaient déjà irraisonnables face au coût de la vie reste inchangé. Ceux qui n’exercent aucune activité économique ont du mal à se nourrir. Force est de constater que la montée du dollar vient aggraver le calvaire du peuple haïtien qui vivait jadis dans des conditions infrahumaines.

Tenant compte de la dégringolade de la monnaie locale, l’on se demande si ce n’est pas le meilleur moment pour l’État haïtien de se pencher sur les vrais problèmes du pays, notamment l’insécurité alimentaire, l’inflation, le manque d’emploi, la crise politique, le problème du secteur agricole peinant à prendre de bonnes mesures visant à améliorer le sort de la population haïtienne.

Dans le cas contraire, l’on se demande de combien la gourde va encore perdre de valeur. Et l’on se demande également à quand la fin du calvaire des Haïtiens dans le pays.

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2369]