S'identifier Contact Avis
 
25.99° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sports rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
En dépit de la mauvaise note de l’économie haïtienne, le système bancaire a connu une bonne performance

En dépit de la mauvaise note de l’économie haïtienne, le système bancaire a connu une bonne performance








« Les ressources du système bancaire ont été marquées par une hausse du volume des dépôts passant de 267,5 à 273 milliards de gourdes de septembre à octobre 2018, soit une croissance de 2 % », lit-on dans la note sur la politique monétaire la Banque de la République d’Haïti (BRH) pour la première période de l’exercice fiscal 2018-2019. Dans cette note trimestrielle de la BRH, on a aussi mis l’accent sur une bonne performance qu’a connu le système bancaire pour cette première période de l’exercice.

Pour le mois de janvier 2019, dans une note trimestrielle, la Banque centrale a fait un état des lieux de l’économie haïtienne pour le 1er trimestre de l’année fiscale en cours. Les chiffres communiqués dans ce document traduisent une réalité sombre et assez contradictoire de l’économie du pays. En effet, si la majorité des secteurs économiques ont connu des résultats néfastes, ce n’est pas le cas pour le système bancaire haïtien. Ce secteur a connu une bonne performance dans toutes ses composantes, si l’on croit les données mises en reliefs par les autorités monétaires.

D’après ces données disponibles, les ressources bancaires ont connu une accentuation. « De septembre à octobre, les dépôts sont passés de 267,5 à 273 milliards de gourdes. Les dépôts à vue représentent la catégorie de dépôts ayant davantage crû (+1,93 %) de septembre à octobre 2018, en raison uniquement de la progression des dépôts en gourdes (+5,9 %), puisqu’un repli de 0,7 % des dépôts en devises a été observé sur la période », a-t-on précisé.

En ce qui concerne la variation mensuelle, la structure financière du système indique que le ratio avoir des actionnaires en pourcentage de l’actif a augmenté de 4 points de base pour s’établir à 8,86 %, tandis que celui des dépôts en pourcentage de l’actif a aussi décru de 5 points de base (81,25). Concernant les ratios de rentabilité, celui du ROA pris en variation mensuelle pour octobre 2018 a connu une évolution relativement défavorable.

Toujours selon ces chiffres, le produit net bancaire (PNB), se chiffrant à 1,7 milliard de gourdes en octobre 2018, a augmenté de 24 % en glissement annuel. « Ce résultat est possible à cause des évolutions respectives des revenus nets d’intérêt (+25,5 %) et des autres revenus (+22 %) », a-t-on affirmé.

Cependant, pour la 1ere période de cet exercice à cause de l’augmentation plus que proportionnelle du produit net bancaire par rapport aux dépenses d’exploitation, le bénéfice net du système, établit à 370,6 millions de gourdes en octobre 2017, a crû de 48,4 % sur un an pour atteindre 549,9 millions de gourdes. « Cette performance est surtout drainée par deux principaux secteurs « Commerce de gros et détail », « Immobilier résidentiel et commercial » dont les poids respectifs sont de 26,92 % et 22,22 %. En rythme trimestriel, les prêts accordés à ces secteurs sont respectivement passés de 4 % et 2,31 % pour s’établir à 30,14 et 24,9 milliards de gourdes », peut-on lire dans cette note.

Pour sa part, les ratios financiers clés du système ont atteint 2,3 % en octobre 2018, contre 2,77 % et 2,55 %, respectivement en octobre 2017 et septembre 2018. « Les ratios financiers clés du système, celui des prêts improductifs en pourcentage des prêts bruts, mesurant la qualité de l’actif ont évolué favorablement à la fois en glissement annuel et en rythme mensuel », a-t-on lu.

« Le 1er trimestre de l’exercice fiscal 2019 passant de 61,32 % en septembre 2018 à 60,97 % un mois plus tard, entraîné uniquement par le comportement des dépôts à vue. Inversement, le ratio du portefeuille de prêts nets en devises converties en pourcentage des prêts nets totaux a progressé de 74 points de base en variation mensuelle, à 47,51 % », a-t-on ajouté.

S’agissant du rendement des fonds propres (ROE), celui-ci a affiché la même évolution défavorable que le ROA en rythme mensuel. Ainsi, pris en octobre 2018, a-t-il atteint 22,36 % contre 27,59 % un mois plutôt. Par ailleurs, en glissement annuel, une amélioration de 6,26 % a été constatée. En octobre 2018, un affaiblissement de la dollarisation du système bancaire a été observé au regard de deux des trois principaux ratios utilisés pour mesurer ce phénomène.

Toujours selon cette note, les données du système bancaire sur la répartition du crédit par secteurs d’activité ont connu une croissance de 4,48 % en septembre 2018. « Le crédit par secteurs d’activités arrivant à septembre 2018, établissent le portefeuille à 111,97 milliards », a-t-on confié.

Les autorités monétaires ont en outre souligné que « Pour le 1er trimestre de l’exercice fiscal 2018- 2010, conséquemment, le ratio « Prêt net/Dépôt total», un indicateur d’intermédiation bancaire, s’est fixé à 38,5 % en juillet 2018, soit une évolution favorable de 30 points de base vis-à-vis du mois précédent.»

Ils ont également indiqué que l’actif en devises converties représente près de 52.98 % de l’actif total en octobre 2018, contre 53,1 % un mois plus tôt, soit une chute de 12 points de base. Selon eux, cette situation est due à la hausse du taux de change.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2145]