S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le déficit budgétaire et ses multiples conséquences

Le déficit budgétaire et ses multiples conséquences








« Le déficit budgétaire est la cause fondamentale de la dépréciation de la gourde face au dollar américain et l’accélération du taux de l’inflation », a déclaré le ministre de l’Économie et des Finances, Ronald Grey Décembre lors de la signature du protocole d’accord sur la gestion de l’exécution des dépenses publiques et des moyens de règlement de la facture pétrolière entre le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et la banque centrale.

Pour le premier de l’exercice fiscal 2018-2019, le déficit budgétaire est estimé à plus de 10 milliards de gourdes. Certains économistes haïtiens ont déjà prédit un déficit budgétaire environnant les 36 milliards de gourdes pour la fin de l’année fiscale 2018-2019. Une situation qui va avoir de graves conséquences sur l’inflation et la dévalorisation de la gourde.

Lors d’une conférence de presse or¬ganisée le vendredi 1er février 2019 dans le cadre de la signature du pacte de gouvernance économique et fi¬nancière, le titulaire du MEF, Ron¬ald G. Décembre a attiré l’attention de la population haïtienne sur ce que représente le déficit budgétaire dans l’économie haïtienne. En ce sens, il a indiqué que l’accélération du taux de change et de l’inflation est due au déficit budgétaire.

« Pour le premier trimestre de l’exercice fiscal 2018-2019, on a constaté un déséquilibre entre les dépenses et les recettes de l’État. Le rythme croissance des dépenses ne correspond pas au rythme crois¬sance des recettes. En effet, cette situation nous conduit vers le fi¬nancement monétaire », a confié le numéro 1 du MEF, soulignant que ce mécanisme a des répercus¬sions sur le taux de change et de l’inflation.

Pour freiner la dégringolade de la gourde et l’accélération du taux de l’inflation dans l’économie

Le vendredi 1er février 2019, le MEF et la BRH ont signé un pacte de gou¬vernance économique et financière. Ce pacte a été signé en présence du ministre de l’Économie et des Fi¬nances, Ronald G. Décembre, et le gouverneur de la Banque de la Ré¬publique d’Haïti, Jean Baden Du¬bois.

Ce pacte de gouvernance a été élaboré en Conseil des ministres en présence du gouverneur de la Banque centrale. Ce document con¬tient environ une dizaine d’articles. À travers le pacte de gouvernance économique et financière, l’État central a mis en place des balises pour stopper l’accélération du taux de change et de l’inflation. En effet, en vertu de l’article 1er, le pouvoir en place entend s’engager à assurer la gestion efficace des dépenses pub¬liques et des moyens de règlementer la facture pétrolière.

Pour M. Décembre, cette décision est prise en vue d’apporter des so¬lutions aux problèmes auxquels est confrontée l’économie. Cependant, il reconnait qu’il existe un prob¬lème de rareté du dollar US sur le marché. La rareté du dollar, selon M. Décembre, est la base de la pé¬nurie du carburant sur le marché local.

Pour faire face à ce problème, l’article 6 du pacte de gouvernance économique et financière prévoit : « compte tenu de la nature stratégique des produits pétroliers, la BRH de concert avec le MEF s’engage à tra¬vailler avec ses partenaires du sys¬tème financier à la mise en place d’un mécanisme d’acquisition de devise devant servir exclusivement à régler la facture pétrolière CIF-PAP, après examen des factures pré¬alablement soumises au MEF un jour ouvrable suivant l’adjudication par le BMPAD. »

En outre, l’on a ajouté que « le MEF s’engage à établir un plan de tré¬sorerie sur la base de la program¬mation trimestrielle des dépenses élaborées de concert avec les autres ministères. » Concernant le finance¬ment de l’administration centrale, l’article 7 de ce pacte prévoit que « la BRH fournira des montants estimés de financement de l’administration centrale de l’État, selon la mé-thodologie arrêtée par les parties. »

Il faut souligner, selon les dires de M. Décembre, que de septembre 2018 à nos jours le taux de change a augmenté de 15.8 %. Il importe de faire remarquer que ce protocole d’accord est conclu pour une péri¬ode de huit mois.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2369]