S'identifier Contact Avis
 
28° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Carnaval, une mine d’or mal exploitée en Haïti

Carnaval, une mine d’or mal exploitée en Haïti








Le carnaval est l’une des manifestations les plus unifiantes et d’une fantaisie culturelle et créative somptueuse fêtée dans des pays. Au fil des années, il est devenu une industrie économique mondiale viable et durable, soutenue par le talent, l’expertise, des aptitudes et des connaissances. Dans des pays comme la Guadeloupe, la Martinique, le Brésil et Trinidad et Tobago, il y a un flux économique qui se dégage à travers l’organisation du carnaval, surtout à l’arrivée des visiteurs. Des rapports indiquent que dans lesdits pays cités, des millions de dollars proviennent du carnaval. Comparativement à Haïti, tenant compte des rapports, on voit que ce grand évènement culturel est toujours mal exploité en Haïti.

Trouvé ses origines sociales et historiques dans la région européenne, notamment durant le temps du carême, le carnaval est considéré comme l’une des plus importantes exportations culturelles, car il est une manifestation culturelle qui permet de mettre en exergue la musique, la danse, la chorégraphie, la mode, les costumes, l’apparat et le spectacle. Bien que le carnaval soit fêté dans toute la Caraïbe sous des styles variés et des appellations légèrement différentes, il implique un intérêt commun qui est l’expression d’un pluralisme culturel entre ses participants.

Cette grande manifestation sociale et culturelle, qui est attendue chaque année en Haïti par tous les secteurs de la vie nationale, notamment dans l’industrie musicale et artistique haïtienne, apporte des revenus énormes aux acteurs de ces secteurs, plus précisément, aux musiciens, aux chanteurs, aux compositeurs, aux chorégraphes, aux stylistes, aux maquilleurs professionnels.

À part des opportunités d’affaires offertes aux professionnels de la culture, l’industrie du carnaval génère en même temps une activité économique significative dans une série de secteurs de l’économie locale, tels que ceux du divertissement, du tourisme, de l’accueil et du commerce de détail. Il entraîne la croissance et le développement de micro, petites et moyennes entreprises (PME), permettant au secteur privé d’accroitre son chiffre d’affaires. En période du carnaval, les fabricants et les commerçants s’investissent pour faire la promotion de leur produit et attirer d’éventuels clients.

Intervenant à l’espace « Café Philo », Pradel Henriquez, ex-directeur général de la Télévision nationale d’Haïti (TNH), explique que le carnaval est un patrimoine culturel où l’argent circule. Lors de la période du carnaval, il y a toujours une panoplie d’activités économiques qui se font et offrent la possibilité aux corps de métiers qui n’ont jamais eu la chance de travailler durant l’année de générer des revenus durant l’organisation du carnaval. « Le carnaval reste l’unique occasion pour certains professionnels de la culture, de l’art de travailler. Même ceux qui font du commerce dans l’informel tirent avantage de cet évènement », a souligné M. Henriquez en disant qu’il y a des personnes qui paient leur loyer grâce aux activités commerciales effectuées durant la période du carnaval.

De plus, l’écrivain estime que le carnaval est une activité qui peut servir à faire fonctionner le tourisme, moyennant si la promotion des sites touristiques est faite dans l’idée d’aider les visiteurs à retrouver et tirer les potentiels touristiques du pays. Reconnu pas seulement comme un événement social, mais aussi comme une activité économique importante. Par ailleurs, le professionnel de l’art pense que vu l’opportunité économique qu’il y a, il faut révolutionner le carnaval en Haïti à l’instar des pays qui font des merveilles à celui-ci en exploitant ses opportunités. C’est-à-dire donner une autre directive à l’organisation du carnaval afin qu’il puisse générer des profits dans l’économie haïtienne.

Régulariser le secteur du transport, aménager les sites touristiques, préparer des chambres d’hôtel et contrôler la sécurité sur tout le territoire géographique du pays sont, entre autres, les différents éléments qui doivent être pris en compte par les autorités centrales pour que le carnaval soit orienté vers la promotion touristique culturelle. En effet, Pradel Henriquez souhaite voir disparaitre ce système mafieux qui empêche de tirer les avantages économiques qu’il offre.

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2261]