S'identifier Contact Avis
 
25.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
« La rareté de carburant dans le pays est due au retard de paiement des compagnies pétrolières », déclare le DG du BMPAD

« La rareté de carburant dans le pays est due au retard de paiement des compagnies pétrolières », déclare le DG du BMPAD








Le directeur général du Bureau de monétisation des Programmes d’aide au Développement (BMPAD), Fils-Aimé Ignace Saint Fleur, a declaré que la rareté de carburant dans le pays est due au retard de paiement des compagnies pétrolières. Ces dernières ont avancé, selon le DG du BMPAD, le problème de dollars américains pour honorer leurs contrats. Par ailleurs, Ignace Fils-Aimé St-Fleur a profité de l’occasion pour expliquer et rassurer les consommateurs de produits pétroliers face à cette rareté d’essence.

Face à la crise de carburant observé dans le pays depuis ces dernières semaines, le directeur général du Bureau de monétisation des Programmes d’aide au Développement (BMPAD), Fils-Aimé Ignace Saint-Fleur, à travers un communiqué de presse tient à informer le public en général et les consommateurs en particulier que toutes les dispositions appropriées sont prises par l’Etat pour assurer l’approvisionnement régulier du marché. « Un bateau contenant de 150 000 barils de diesel devant approvisionner le pays est accosté dans la rade de Port-au-Prince, en train de décharger sa cargaison dans les terminaux de Thor Le Volant, de Tevasa Varreux et de Trista à Martissant », a-t-il déclaré.

Fils-Aime Ignace Saint-Fleur a avoué que la rareté de carburant dans le pays est due au retard de paiement des compagnies pétrolières qui disent toujours qu’elles n’ont pas de dollars pour payer pour honorer leurs contrats. « Bien que ces compagnies écoulent leurs produits pétroliers, mais elles ne paient jamais leurs factures au BMPAD dans le délai de paiement prévu qui est 45 jours», explique M Saint-Fleur.

Selon le DG, de vendredi 29 au dimanche 31 mars 2019, ce bateau a livré dans les terminaux de Thor une quantité d’essence. En effet, les compagnies qui ont leur bureau à Thorlande tel que DINASA et SOL ont commencé à être alimentées via leurs stations de carburants respectifs depuis le 1er avril, explique M. Saint Fleur.

Toujours les explications fournies par le DG, ce même bateau a laissé le terminal de Thor pour se diriger vers le terminal de Tevasa Varreux (Cité Soleil) pour livrer à partir du 3 avril les autres compagnies en l’occurrence de TOTAL, CAP INVEST, KIMAZOU et DNC. Après la distribution auprès de terminal de Tevasa Varreux, ce bateau se tourne depuis le mercredi 3 avril vers le terminal de Trista à Martissant pour donner le reste de cargaison aux compagnies DNC, CAP INVEST et KIMAZOU, poursuit le titulaire du BMPAD.

Par conséquent, la direction générale du BMPAD appelle la population au calme et à ne pas céder à la panique, car toutes les dispositions appropriées sont prises pour assurer l’approvisionnement régulier du marché par les autorités compétentes.

D’après le directeur général Saint Fleur, le problème est résolu. Il a ainsi informé que plusieurs barils de gazoline, de jet et de diesel arriveront dans le pays dans les jours avenirs. « À partir de ce jeudi 4 avril, 65 000 barils de diesel arriveront dans le pays pour le compte de la compagnie de SOL ».

« Le 7 avril 2019, des navires transportant 255 000 barils de produits pétroliers, dont 150 barils de diesel, 75 000 barils de gazoline et de 30 000 barils de jet (Kérosène) pour le compte de DINASA. Puis, 140 000 autres barils de diesel arriveront à Port-au-Prince entre 10 et 15 avril pour le comte de TOTAL, DNC, CAP INVEST et KIMAZOU», déclare le numéro 1 du BMPAD.

Tout en réitérant son engagement envers le public et les consommateurs, le BMPAD demande au grand public à veiller tant à la qualité qu’à la disponibilité en tout le temps des produits pétroliers sur toute l’étendue du territoire national.

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2285]