S'identifier Contact Avis
 
26.34° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le pacte de gouvernance économique et financière n’a pas encore atteint les résultats escomptés

Le pacte de gouvernance économique et financière n’a pas encore atteint les résultats escomptés








Deux mois après la signature du pacte de la gouvernance économique et financière entre la banque de la République d’Haïti (BRH) et le ministère de l’Économie et des Finances (MEF), les résultats se font toujours attendre. L’accélération de l’inflation, la dépréciation de la gourde face au dollar américain, la rareté du carburant sur le marché local continuent de faire son chemin.

Le 1er février 2019, la Banque Centrale et le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) ont paraphé un protocole d’accord portant sur la gestion de l’exécution des dépenses publiques et des moyens de règlement de la facture pétrolière. Au moment de la signature de ce protocole, le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois et le titulaire du MEF, Ronald G. Décembre ont parlé de la nécessité de contenir les dépenses de l’État dans les limites des ressources, considérant que le rythme des ressources publiques ne coïncide pas toujours avec celui des dépenses publiques, l’opportunité pour l’État haïtien de faciliter l’approvisionnement du pays en produits pétroliers et autres.

À travers ce pacte contenant une douzaine d’articles, la BRH et le ministère de l’Économie et des Finances se mettent d’ accord en vue de lutter pour la stabilisation du taux de change, baisser le taux de l’inflation et résoudre le problème lié à la pénurie du carburant sur le marché. En effet, dans l’article 6 de ce pacte, « le MEF et la BRH ont prévu de mettre en place des stratégies dans l’idée de trouver de devise devant servir exclusivement à régler la facture pétrolière CIF-PAP(l’exclusion de tout autre frais), après l’examen du bureau de la monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD). »

Cela fait déjà 2 mois depuis que ce pacte a été signé entre le MEF et la BRH. Les résultats concernant ce pacte ne sont pas encore palpables. De ce fait, en ce qui a trait aux produits pétroliers, au cours de cette semaine on a constaté une rareté de l’essence sur le marché haïtien. Tandis que dans le protocole d’accord sur la bonne gouvernance économique et financière ces deux organismes étatiques comptent trouver une solution pour empêcher que ce problème soit reproduit.

Il importe de faire remarquer que jusqu’à présent ce problème n’est pas encore résolu. Dans une note datée du mercredi 3 avril 2019, Le BMPAD tente de rassurer la population. « Le BMPAD informe les consommateurs de produits pétroliers qu’entretemps, 165.000 barils de gazoline arriveront dans la baie de Port-au-Prince à partir de soir, d’une part des navires transportant respectivement 65.000 barils de diesel, 255. 000 barils de gazoline, de jet et de diesel ainsi que 140.000 autres de diesel arriveront à Port-au-Prince les 4,7 et 15 avril », lit-on.

L’accélération du taux de change et d’inflation continue en dépit de la signature du pacte de la gouvernance économique

Lors de la signature du protocole d’accord sur la gestion de l’exécution des dépenses publiques et des moyens de règlement de la facture pétrolière de l’État haïtien entre le MEF et la Banque de la République d’Haïti , le gouverneur de la plus grande banque du pays , Jean Baden Dubois et le ministre de l’Économie et des Finances , Ronald Décembre, ont fait savoir que la décote de la gourde par rapport au dollar US et la hausse du taux de l’inflation sont dues en raison du financement monétaire. Pour faire face à cette situation, ces deux hauts fonctionnaires de l’État comptent mettre des mécanismes en place.

En ce sens, dans ce pacte MM. Dubois et Décembre ont opté pour l’établissement d’un plan de trésorerie sur la base d’un programme trimestriel des dépenses publiques élaborée de concert avec les autres ministères. « À la fin de chaque trimestre, le total des avances doit être compatible avec le niveau du financement monétaire au 31 janvier 2019 », a-t-on mentionné, soulignant que le MEF s’engage à veiller au maintien d’une bonne adéquation entre les ressources disponibles et les dépenses de l’administration centrale.

En dépit de ces dispositions, on a observé une hausse du taux de l’inflation pour ces derniers mois. Maintenant, le taux d’inflation estimé à 17%. Un taux de l’inflation que le pays n’a jamais atteint au cours des 10 dernières années. Il faut souligner aussi que la gourde ne cesse de se déprécier par rapport à la devise américaine.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2285]