S'identifier Contact Avis
 
36° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
SSBP sensibilise les entrepreneurs

SSBP sensibilise les entrepreneurs








L’association dénommée ‘’Sa se Biznis Pam’’ a réalisé, jeudi dernier, sa deuxième conférence-débat pour sensibiliser ses membres sur la conjoncture économique. L’ancien gouverneur de la Banque centrale, Fritz Jean, le conférencier du jour développe sa thèse autour du thème « Comprendre les goulots d’étranglement de l’économie haïtienne ».

Devant un parterre d’invités et membres de Sa se Biznis Pam, Fritz Jean a ouvert la séance en présentant ce qu’il appelle « les goulots» de l’étranglement de l’économie haïtienne. Tout d’abord, l’ancien gouverneur fait savoir que le système de rente n’est plus à l’ordre dans l’économie mondiale. Il poursuit pour expliquer que les rentes diminuent, les opérateurs économiques s’impliquent directement dans la gestion de l’État. Mis à part, le problème de la rente, il dénonce le mariage entre les opérateurs économiques et l’État. « L’implication des opérateurs économiques dans la gestion des appareils de l’État est une mauvaise chose dans la gouvernance ».

L’ancien gouverneur poursuit en critiquant la passivité de l’État devant les menaces des grands opérateurs de la capitale. Au cours de son intervention, l’économiste a souligné que les relations entre l’État et les opérateurs économiques ont connu une autre mutation en 2015. Il cite en exemple la décision d’interdire l’importation par voie terrestre de 23 produits dominicains. Pour Fritz Jean, cette décision intervient suite à la demande de certains opérateurs de Port-au-Prince qui se sentent menacés devant le volume de produits importés par les opérateurs des villes de province.

L'ancien gouverneur de la BRH explique que cette nouvelle forme de cohabitation fait le malheur de l’économie nationale. Il a fait savoir qu’il existe cinq groupes économiques qui paient seulement 3% sur tout ce qu’ils importent. « Ce ratio de 3% représente les droits de vérification. Mis à part, ce groupe de cinq, les autres importateurs paient eux-mêmes entre 11 à 27% dépendamment des produits », a fait remarquer Fritz Jean, précisant que ces opérateurs économiques se sont imposés au gouvernement pour que celui-ci leur accorde des faveurs bien ciblées.

L’assistance en grand nombre en l’occasion ne s’est pas fait prier pour poser des questions. Les unes plus pertinentes que les autres. Ils questionnent surtout sur une formule de transition économique ou le saut vers un autre système.

Sa Se Biznis Pam (SSBP), une association récemment créée représente maintenant plus de 200 entreprises dans son réseau. SSBP a à son actif plus de 65 émissions de radio diffusées en 2017-2018 et un réseau d’entrepreneurs de la diaspora et du pays connectés par les outils technologiques de l’heure, dont Whatsapp, Slack et Zoom. Il compte à travers des plaidoyers ciblés, exiger aux pouvoirs publics la modernisation du climat des affaires afin de permettre l’éclosion et le renforcement des affaires dans le pays pour une réduction significative de la pauvreté alarmante qui sévit dans le pays.

Hansy Mars



Articles connexes


Afficher plus [2287]