S'identifier Contact Avis
 
29.44° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Lancement d’AGUF Pro, le réseau des femmes professionnelles en Haïti

Lancement d’AGUF Pro, le réseau des femmes professionnelles en Haïti








L’Association de la Gent universitaire féminine (AGUF) a lancé le 26 avril 2019 à Banj sa section professionnelle : ‘‘AGUF Pro’’. Cette activité a accueilli des femmes professionnelles d’horizons différents qui ont pu rencontrer les membres du comité de lancement et assister aux différentes interventions autour de la thématique de la Femme professionnelle en Haïti.

AGUF Pro est une entité qui se veut être l’espace de promotion et d’épanouissement des professionnelles évoluant en Haïti ou à l’étranger. Sa stratégie de valorisation est axée autour de trois valeurs fondamentales : le professionnalisme, la solidarité et la diversité. Cette entité vise ainsi à mettre sur pied un réseau d’entraide qui offrira l’opportunité aux femmes de se dépasser et d’atteindre leurs objectifs professionnels. Dans son discours d’ouverture, la Coordonnatrice générale d’AGUF Pro, Madame Ruthlande Borga Dorvilier, a souligné la nature innovante de leurs activités qui, par une approche dynamique et personnalisée, contribuera à impacter significativement la vie professionnelle des femmes.
Par la suite, un panel composé de Madame Vanessa Abdel-Razak, de Madame Martine Denis Chandler, de Madame Phaidra Laraque et de la modératrice Madame Naed Jasmin Désiré, a eu à débattre de sujets autour des défis liés à la vie professionnelle, mais également de la difficulté à concilier cette dernière à la vie familiale.

Madame Désiré a su brillamment orienter le débat au fur et à mesure que ce dernier prenait de l’ampleur, vers des thématiques cruciales à l’évolution de la femme en milieu professionnel. Nos trois panélistes ont reconnu bien qu’elles n’aient pas été confrontées à des obstacles majeurs tout au long de leur carrière, elles ont compris, dès leur début, la nécessité de valoriser leurs compétences et d’avoir confiance en elles. Et c’est ainsi que les femmes peuvent espérer s’intégrer et se faire respecter de leurs collègues. Par ailleurs, Madame Razak a soulevé la non-considération du harcèlement au travail (définition juridique et mesures de répression) dans les textes de lois, ce qui complique toute démarche de dénonciation et d’obtention de justice. À cela, s’ajoute ce que madame Laraque, psychologue, nomme les bénéfices secondaires. Ces derniers désignent toutes les raisons qui poussent les femmes à ne pas dénoncer le harcèlement dont elles sont victimes parce qu’elles espèrent en tirer profit d’une certaine manière. Et, concernant l’attitude à adopter dans une telle situation, les panélistes se sont entendues sur l’importance de dénoncer un tel phénomène, mais également en vue de le prévenir, d’imposer ses limites aux collègues masculins et de s’y tenir. Et enfin, quant à la question d’allier vie professionnelle et vie familiale, Madame Chandler a insisté sur l’indulgence que les femmes doivent avoir envers elles-mêmes. L’essentiel est d’accorder du temps à chaque aspect de sa vie et pour faciliter cela, la présence et l’implication du mari sont primordiales d’où l’importance pour une jeune femme de bien choisir son futur époux.

Par la suite, Monsieur Ralph Emmanuel François a prodigué des conseils aux participantes sur le pouvoir des mots et sur la posture à prendre pour dégager du charisme. Il a su captiver l’assemblée en décortiquant tour à tour la posture et les discours des personnages politiques les plus emblématiques de l’histoire. La dernière présentation a été celle de Madame Katie-Flore Fils-Aimé et portait sur la manière d’atteindre l’équilibre entre la vie professionnelle et sociale. Madame Fils-Aimé a partagé son expérience en tant que citoyenne très active dans les projets communautaires et cadre dans un travail assez prenant. Le maître mot, selon elle, est l’organisation.

Pour clôturer l’activité, les membres du comité de lancement, composé d’Ednie Lafleur, de Medginah Lynn Alexandre et de Winnie Petit-Paul, ont réaffirmé leur engagement à accompagner les femmes dans la poursuite et l’atteinte de leurs objectifs professionnels. Elles invitent toutes les femmes professionnelles de tous les secteurs d’activités à intégrer AGUF Pro, à rompre leur isolement en favorisant des rencontres autour d’objectifs professionnels et à s’enrichir par un échange d’expériences sur les difficultés rencontrées et les réponses apportées par les unes ou les autres.

Il importe de rappeler les conditions suivantes pour devenir membre d’AGUF Pro : avoir bouclé au moins le cycle d’étude universitaire ou professionnel en Haïti ou à l’étranger, être intégrée sur le marché du travail ou être à la recherche d’un emploi.


EDNIE LAFLEUR
AGUFPROFESSIONNELLE@GMAIL.COM




Articles connexes


Afficher plus [2329]