S'identifier Contact Avis
 
30.95° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
« Il n’y aura pas d’appui budgétaire pour Haïti pour cet exercice fiscal », selon l’ambassadeur de l’UE

« Il n’y aura pas d’appui budgétaire pour Haïti pour cet exercice fiscal », selon l’ambassadeur de l’UE








L’ambassadeur de l’Union européenne en Haïti, Vincent Dégert, a annoncé, lors de la cérémonie de clôture de la semaine de l’Europe en Haïti, que sans un cadre macroéconomique transparent, il n’y aura pas d’appui budgétaire pour Haïti pour cet exercice fiscal. Une déclaration qui a soulevé la colère du président de l’Association haïtienne des économistes (AHE), Eddy Labossière. Selon lui, cette déclaration est d’une arrogance de la part de l’UE de parler d’une pitance appui budgétaire évalué à 20 millions de dollars US.

À chaque exercice fiscal, l’État central reçoit des appuis budgétaires de la part de plusieurs organismes internationaux, dont l’UE. Pour cet exercice, la chose tourne très mal pour le pouvoir central. En effet, l’Union européenne pose des conditions pour pouvoir fournir des supports au gouvernement en place dans ce budget. « Cet appui budgétaire ne peut se faire qu’à partir du moment où il y a un cadre macroéconomique qui “rassure” sur une gestion bon père de famille des ressources de l’État », voilà l’une des conditions posées par l’UE à travers son ambassadeur accrédité en Haïti, Vincent Degert. Il a aussi évoqué que l’UE a suivi avec attention la négociation du gouvernement de Jean Henry Céant avec le Fonds monétaire international (FMI) autour d’un accord sur un certain nombre de principes macroéconomiques.

Dans une entrevue accordée au journal Le National, ce mercredi 15 mai 2019, l’économiste Eddy Labossière dit croire que la déclaration de la diplomate est une gifle pour le pays. Pour lui, le montant donné à Haïti par l’UE dans le cadre de l’appui budgétaire ne représente presque rien dans l’économie du pays. C’est ainsi que sur son compte Facebook, M. Labossière a qualifié la déclaration de l’ambassadeur comme une arrogance de l’Union européenne vis-à-vis à Haïti. « Quelle arrogance pour une pitance de 20 millions de dollars US d’appui budgétaire », a-t-il scandé.

Aux dires du Dr Labossière, le gouvernement haïtien est responsable de cette situation. « Nos dirigeants n’ont pas la volonté de travailler pour le développement du pays. Ces derniers ont favorisé la corruption », a fait remarquer l’économiste. Il invite le gouvernement à travailler pour éradiquer la corruption dans le pays. À cet effet, dit-il, c’est à nous de résoudre les problèmes de corruption qui empêchent le développement d’Haïti.

L’UE et le FMI n’ont jamais participé dans le processus du développement d’Haïti

Depuis tantôt des années, l’économiste Camille Chalmers s’est positionné contre un rapport entre Haïti, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM). Selon lui, ces institutions sont responsables de la situation économique du pays. Une position appuyée par le professeur Eddy Labossière. « L’UE et le FMI ne s’intéressent pas au développement économique et social du pays. Leur présence date depuis plusieurs années et le pays s’enfonce davantage dans la pauvreté et la misère », a souligné le président de l’AHE, tout en saluant la détermination du peuple haïtien dans la lutte pour défendre leur dignité. « Le pays a suffisamment de ressource pour être un pays émergent dans les prochaines années », attire l’attention de plus d’un.

Il importe de faire remarquer qu’en ce moment l’économie du pays fait face à de sérieux problèmes, notamment l’accélération du taux de l’inflation et la dépréciation exagérée de la monnaie nationale face au dollar américain.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2261]