S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Pour les trente dernières années, la croissance économique tourne en moyenne de 0,49 %

Pour les trente dernières années, la croissance économique tourne en moyenne de 0,49 %








De 1981 à 2018, la croissance économique du pays a rodé autour de la moyenne de 0,49 %, a révélé le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH), Jean Baden Dubois. Cette situation, selon le gouverneur, montre que l’économie haïtienne crée peu de richesse pour répondre aux besoins de la population haïtienne.

La croissance économique n’a jamais été florissante en Haïti au cours des trente dernières années. De fait, le titulaire de la BRH, Jean Baden Dubois, a affirmé que de 1981 à 2018, la croissance économique en Haïti n’a pas dépassé la moyenne de 0,49 %. Ce taux de croissance est très faible vu la situation actuelle du pays, d’après le gouverneur de la plus grande banque du pays. « Cette croissance, très faible, fait que l’économie crée très peu de richesses pour les citoyens », a souligné M. Dubois lors du lancement du projet baptisé INVEST Haïti qui vise à accompagner les micros, petites et moyennes entreprises dans l’objectif de favoriser la croissance économique dans le pays.

Concernant le PIB per capita aux dires du gouverneur, au cours de l’année 2017, il représentait moins de 800 dollars américains. Pour M. Dubois, cette situation doit interpeller tout le monde. En ce sens, il dit croire que c’est une nécessité de faire des choix rentables et durables. « Face à une situation économique pareille, il nous revient de faire des choix. Nous devons jouer un rôle de catalyseur de croissance en incitant les agents économiques tant nationaux qu’internationaux à investir dans des secteurs porteurs pour l’atteinte d’une croissance forte et soutenable en Haïti », a exhorté le numéro un de la BRH.

À titre de rappel, lors de sa participation à l’émission Rendez-vous économique animée par l’économiste Kesner Pharel sur la radio et télévision Métropole, Jean Baden Dubois s’est montré très critique contre les gouvernements qui ont pris les rênes du pays au cours des trente dernières années à cause de leurs choix économiques. « Nos décisions économiques pendant les trente dernières années sont les sources de désarticulations structurelles de l’économie haïtienne. L’État avait fait le choix de libéraliser le marché local », avait déploré le gouverneur, soulignant que cette situation a permis de financer la consommation.

Prioriser la politique monétaire pour favoriser la croissance économique

Au cours de son intervention au lancement de ce projet, le gouverneur Jean Baden Dubois a présenté l’importance d’une politique monétaire dans les démarches pouvant permettre de favoriser la croissance économique dans le pays. À cet effet, dans la logique d’encourager la croissance continue et durable dans le pays, à travers la Banque centrale, M. Dubois promet de privilégier la politique monétaire.

Il faut souligner, selon les données disponibles, le taux de croissance du PIB a connu une accélération, passant de 1.2 % en 2017 à 1.5 % en 2018. Cette faible accentuation de la croissance, selon un texte paru en avril 2019 sur le site de la Banque mondiale, s’est faite sur fond d’un creusement du déficit budgétaire qui est passé de 1.9 % en 2017 à 4.3 % du PIB en 2018 et qui est de plus en plus financé par la Banque centrale.

En effet, cette situation est à la base de la dépréciation « vertigineuse » de la gourde face au dollar américain et la hausse de l’inflation, soit de 17,7 % pour le mois d’avril. Comme conséquence, les ménages les plus pauvres sont considérablement affectés. Il importe de souligner que selon la dernière enquête auprès des ménages de 2012, plus de 6 millions d’Haïtiens vivent sous le seuil de pauvreté avec moins de 2,41 $ par jour, et plus de 2,5 millions sous le seuil de la pauvreté extrême (1,23 $ par jour). Maintenant, la situation est catastrophique.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2403]