S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
La BRH injectera 150 millions de dollars américains sur le marché des changes en juin prochain

La BRH injectera 150 millions de dollars américains sur le marché des changes en juin prochain








La Banque de la République d’Haïti (BRH) va injecter 150 millions de dollars américains sur le marché pour la fin de l’exercice fiscal 2018-2019, a annoncé le gouverneur de ladite banque, Jean Baden Dubois. À travers cette action, la BRH vise à augmenter l’offre du dollar sur le marché des changes.

En vue de faire face à la « dégringolade » de la monnaie locale face au dollar américain, lors d’un point de presse donné, le jeudi 30 mai 2019, au Centre de Convention de la BRH, le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, a dévoilé les trois mesures prises par ladite Banque. Ces mesures, selon les propos de M. Dubois, sont d’ordres administratifs et règlementaires, de politique monétaire directe et d’ordre incitatif.

Concernant les mesures prises par le gouverneur Dubois, la BRH a sorti deux circulaires et quatre avis. L’un de ces avis entre dans le cadre des mesures visant à augmenter l’offre du dollar sur le marché local des changes. En ce sens, la BRH prévoit d’injecter 150 millions de dollars américains sur le marché des changes. Cette somme d’argent sera décaissée pour le reste de l’exercice fiscal 2018-2019, soit le 3 juin 2019.

Toujours dans le but d’apporter des solutions, la BRH fait obligation aux banques et aux caisses d’épargnes et de crédit de « s’assurer que toutes les opérations effectuées par les clients sont conformes au profil de risque de ces derniers tel qu’établi lors de l’entrée en relation d’affaires ». « Elles doivent également s’assurer que le profil de risque de chaque client est à jour et reflète fidèlement les catégories et l’importance de transactions, habituelles ou occasionnelles, que peuvent réaliser les clients », a poursuivi Jean Baden Dubois

En cas d’anomalies, Jean Baden Dubois demande de « veiller à ce qu’un rapport sur les modalités de l’opération soit dûment élaboré et archivé, et produire une déclaration de soupçons à l’UCREF (Unité centrale de renseignements financiers) ». Conformément aux lois et règlements en vigueur, toute institution qui piétine cet avis, selon les dires du numéro un de la Banque des banques, aura à faire face à des sanctions administratives».

Toujours dans cette optique, la Banque de la République d’Haïti entend lutter contre le financement du terrorisme, du blanchiment des capitaux, aux activités associées à la criminalité financière et au crime organisé. De ce fait, la BRH et le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) exigent aux agents économiques que les institutions autorisées par la Banque centrale soient habilitées à effectuer des transactions de change. « Le non-respect des mesures réglementaires et administratives sur les devises est sanctionné par le refus du permis d’exportation ou le retrait de l’autorisation de fonctionnement, pendant une période d’une année, à appliquer par l’administration compétente sur rapport de la BRH, ce, sans préjudice des autres sanctions prévues par la loi », lit-on dans cet avis.

Concernant la circulaire, la BRH va ajuster le taux moyen d’acquisition (TMA) du début à la fin de la période de détention du certificat. « Les réserves obligatoires, les dépôts à terme en gourdes portant un taux d’intérêt de base supérieur ou égal 7 % », a-t-on informé. Plus loin, aux dires de M. Dubois, la BRH a augmenté le taux d’intérêt de mise en pension du bon BRH de 27 %.

Par ailleurs, le gouverneur accuse l’instabilité politique comme responsable de la dépréciation de la gourde et l’accélération du taux de l’inflation. Car, dit-il, on ne peut pas avoir la croissance économique dans l’instabilité. En ce sens, Jean Baden Dubois invite les acteurs à trouver une solution durable pour la bonne marche des cadres macro-économiques.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2403]