S'identifier Contact Avis
 
26.11° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
L’injection de 150 millions de dollars américains sur le marché des changes, pour quel résultat ?

L’injection de 150 millions de dollars américains sur le marché des changes, pour quel résultat ?








« Le choix fait par la Banque de la République d’Haïti(BRH) d’injecter 150 millions de dollars américains sur le marché des changes n’aboutira pas à des résultats escomptés », laissent croire les économistes Eddy Labossière et Jean Poincy.

Suite à l’annonce du Gouverneur de la Banque centrale, Jean Baden Dubois, faisant croire que la BRH va injecter 150 millions de dollars US sur le marché local dans l’idée de stopper la dépréciation « vertigineuse » de la gourde face au dollar vert, des débats très houleux s’effectuent dans la société. Des économistes professionnels, des politiciens et d’autres disent que c’est une mesure conjoncturelle. Celle-ci ne permet pas de résoudre la dégringolade de la gourde.

Pour le président de l’Association haïtienne des économistes, Eddy Labossière, à travers cette mesure, on ne peut pas espérer grand-chose. « L’injection des millions de dollars US sur le marché des changes peut ralentir la décote de la gourde par rapport au dollar américain pendant un court temps. Ce n’est pas la première fois que la Banque Centrale a pris cette voie, a-t-il fait remarquer. Mais quels sont les résultats obtenus? », s’interroge le professeur Labossière lors d’une entrevue accordée au journal Le National, le lundi 3 juin 2019.

Plus loin, il a souligné que les grands agents économiques du pays vont accaparer ce montant. Eddy Labossière a également ajouté que cette mesure rentre dans la politique conjoncturelle de la BRH. Car, dit-il, cette démarche n’entre pas dans un cadre structurel.

Le professeur Jean Poincy aborde dans le même sens que l’économiste Eddy Labossière. Pour ce dernier, mettre disponibles des millions de dollars américains par la BRH sur le marché local rentre dans le cadre de la stratégie monétaire de ladite banque.

En ce qui trait à l’une des mesures de la BRH de faire obligation aux banques commerciales de respecter le taux de référence de la Banque centrale, pour Jean Poincy, c’est l’incohérence totale de la part du gouverneur. En ce sens, avance-t-il, la BRH n’est pas habilitée à fixer le taux de change.

« Le numéro un de la Banque centrale, Jean Baden Dubois dans la majorité de ses interventions a laissé croire que la BRH ne fixe pas le taux de change sur le marché », a-t-il rappelé tout en ajoutant que la BRH va être dans l’obligation pour forcer ces banques à respecter le taux.

L’instabilité politique n’est pas la cause profonde de la dépréciation de la gourde

Dans son intervention le jeudi dernier, le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois avait fait savoir la situation politique actuelle du pays est responsable de la décote de la monnaie locale face à la devise américaine. Au cours de l’interview, le professeur Eddy Labossière a partagé l’avis du gouverneur.

Cependant, l’économiste croit les crises politiques auxquelles fait face le pays en ce moment n’est pas l’unique cause de la dépréciation de la devise locale par rapport au dollar vert. L’absence des investissements publics dans des domaines clés du pays, dit-il, est aussi responsable de cette dépréciation.

Par ailleurs, pour pallier la situation, monsieur Labossière invite l’État central à œuvrer pour une politique visant le développement durable. « Cette politique doit favoriser la production nationale dans l’idée de permettre de trouver de devise », a-t-il conseillé.

L’économiste Jean Poincy a poursuivi dans la même voie qu’Eddy Labossière. De ce fait, il appelle les autorités en place à encourager la production nationale et la mise en place d’une politique commerciale visant à protéger les producteurs haïtiens.

En outre, il a souligné que la BRH, à elle seule, ne peut pas freiner la dépréciation de la gourde face aux devises étrangères.« il faut que le ministère de l’Économie et des Finances et le ministère de la Planification et de la Coopération externe jouent également leur rôle », a-t-il exhorté.

Il convient de souligner que dans le cadre de la mise en œuvre des mesures annoncées la semaine dernière, 40 millions de dollars américains seront injectés sur le marché de change au cours de cette semaine. Dans un avis du 31 mai, la BRH a annoncé que vingt-cinq millions seraient disponibles dès le mardi 4 juin alors que 15 autres millions dollars seront injectés le jeudi 6 juin en vue d'aider à stopper la décote de la gourde.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2290]