S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Le MEF veut réduire les dépenses de l’État

Le MEF veut réduire les dépenses de l’État








Vu la situation difficile dans laquelle le pays est englué sur le plan économique en ce moment, le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) a interdit formellement à tous les hauts fonctionnaires du MEF d’effectuer des voyages à l’étranger qui seraient financés par le Trésor public.

La situation économique du pays est très critique. Selon un rapport de la direction de l’inspection fiscale du MEF, l’État n’a même pas les moyens d’acquitter ses dettes envers les compagnies pétrolières évoluant sur le territoire national. Toujours d’après le bulletin, l’État fait face à des problèmes financiers graves.

Conscient de ce problème, le ministre de l’Économie et des Finances démissionnaire, Ronald G. Décembre dans un mémorandum daté du 11 juin 2019, a interdit jusqu’à nouvel ordre des voyages à l’étranger financés par des fonds provenant du trésor public. Cette mesure concerne les directeurs généraux, les directeurs généraux adjoints, directeurs et coordonnateurs d’Unités. Une décision qui a été prise, selon le titulaire de MEF, dans l’idée d’assurer une gestion saine, efficace et efficiente des maigres ressources de l’État.

« Vu la l’état précaire des finances publiques et dans le souci d’assurer une gestion saine, efficace et efficiente des maigres ressources de l’État, le ministère de l’Économie et des Finances informe les directeurs généraux, les directeurs généraux adjoints, directeurs et coordonnateurs d’Unités que les voyages à l’extérieur du pays, devant être financés par le Trésor public (hormis ceux dont les retombées économiques et financières sont préalablement identifiées), sont formellement interdits jusqu’à nouvel ordre », explique Ronald Décembre.

Cette mesure sera-t-elle respectée ?

Le 5 février 2019, en conseil des ministres, par l’entremise d’une résolution, l’État central a décrété l’urgence économique. À travers cette résolution, le gouvernement d’alors entendait de réduire les dépenses de l’État et améliorer la condition de vie de la population haïtienne.

En ce sens, ils avaient exigé à « tous les représentants et les grands commis de l’État en mission officielle, à la charge du trésor public, de ne voyager qu’en classe économique. Tous les barèmes des allocations journalières (per diem) de l’Administration de l’État pour les voyages à l’étranger seront publiés chaque année ainsi que la méthode de calcul utilisée pour déterminer ces barèmes ». Après plus de quatre mois de cette décision, on constate que la situation de la population haïtienne s’est empirée et tous les indicateurs économiques sont au rouge. Ce qui explique que la résolution n’a pas été respectée à la lettre.

Il importe de souligner que le 16 février 2019, l’ex-Premier ministre haïtien, Jean Henry Céant avaient pris neuf mesures. Parmi ces décisions, l’ex PM avait parlé de la réduction de la primature de 30 %. Jusqu’alors le budget de la primature reste inchangé.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2397]