S'identifier Contact Avis
 
29.35° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Des syndicalistes transporteurs haïtiens entament des discussions pour la levée de la grève

Des syndicalistes transporteurs haïtiens entament des discussions pour la levée de la grève








En signe de protestation contre l’arrestation de Jean Orile Cénat, un chauffeur assurant le trajet Malpasse/Jimani, le point frontalier Malpasse/Jimani est fermé depuis le 1er août 2019, en raison de la grève observée par les syndicalistes transporteurs haïtiano-dominicains (Syn-Trans-Haido). Ces derniers réclament la libération de leur pair pour que les activités puissent être reprises à la frontière. En effet, des pourparlers sont engagés depuis plus de trois jours entre les syndicalistes transporteurs haïtiens, la compagnie d’assurance et les autorités dominicaines, a affirmé le secrétaire général dudit syndicat, Jean Willio Simeon, lors d’un entretien accordé au GARR (Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés).

Suite à un accident le 26 avril 2019, causant la mort de cinq ressortissants dominicains, le chauffeur haïtien, Jean Orile Cénat a trouvé son arrestation en République dominicaine. Selon les informations rapportées par le GARR, l’accident s’est effectué suite à un choc de collision opposant le véhicule de M. Cénat et celui des ressortissants dominicains. Depuis lors, le chauffeur haïtien est arrêté et détenu en prison préventive en territoire dominicain.

Face à cette situation, les responsables du Syndicat de transport haïtiano-dominicain (Syn-Trans-Haido) ont annoncé avoir déjà remis, le 7 août 2019, une somme évaluée à cent soixante mille (160,000) pesos aux autorités dominicaines sur deux cent mille (200,000) pesos réclamés par la compagnie d’assurance dominicaine pour la libération du transporteur haïtien, a communiqué le GARR.

Toujours dans l’optique de libérer le transporteur haïtien, depuis plus de trois jours, des discussions sont entamées entre les syndicalistes transporteurs haïtiens, la compagnie d’assurance et les autorités dominicaines, a fait savoir, le secrétaire général dudit syndicat, Jean Willio Siméon au GARR, qui selon lui, c’est un grand pas vers la levée de la grève des syndicalistes transporteurs haïtiens à la frontière Malpasse/Jimani.

« Ces rencontres ont permis au syndicat d’aboutir pour le moment à une réduction de 10 % sur la somme de deux cent mille (200,000) pesos exigée par la compagnie d’assurance dominicaine », a avancé le syndicaliste Jean Willio Simeon, précisant que ce montant réclamé par les autorités dominicaines vise à indemniser les parents des victimes de l’accident de circulation survenu à Azua le 26 avril 2019, au cours duquel cinq ressortissants dominicains ont été tués suite au choc causé par la collision de leur véhicule avec celui du transporteur haïtien.

Toutefois, le secrétaire général du Syndicat de transport haïtiano-dominicain a de plus souligné que, tant que Jean Orile Cénat n’est pas libéré, les activités resteront paralysées à Malpasse/Jimani. « Les activités ne reprendront pas à Malpasse/Jimani qu’après la libération de Jean Orile Cénat », a-t-il soutenu.

Faut-il souligner que, le jeudi 8 août 2019, ce point frontalier est resté toujours barricadé à l’aide de deux camions qui empêchent l’entrée sur le territoire haïtien de véhicules dominicains. Quant à la douane haïtienne de Malpasse, elle n’a pas fonctionné, a observé Geordanis Joseph, responsable communal du GARR à Ganthier. Plus loin, il a expliqué que, du côté de Jimani (République dominicaine), le marché frontalier continue de fonctionner. Des petit-es commerçant-es provenant d’Haïti ont eu l’accès à ce marché en faisant à pied la traversée en vue de s’approvisionner.

Peterson Jean Gilles



Articles connexes


Afficher plus [2360]