S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video
Quelques mesures qui ont été prises par la BRH pour empêcher une dépréciation beaucoup plus exagérée de la gourde

Quelques mesures qui ont été prises par la BRH pour empêcher une dépréciation beaucoup plus exagérée de la gourde








Le gouverneur a. i de la banque de la République d’Haïti (BRH), Jean Baden Dubois lors de son installation a présenté les différentes mesures qui ont été prises par la BRH au cours de ses quatre dernières années pour empêcher une dégringolade « beaucoup plus exagérée de la gourde ». Selon lui, le cout d’opportunité de ces mesures est plus important qu’il ne le serait dans un contexte de sérénité.

Au cours de ces quatre dernières années, la gourde a connu une dépréciation « exagérée ». Face à cette situation, la BRH ne reste pas sans rien faire. En ce sens, un ensemble d’actions dans le cadre de la politique monétaire de ladite banque ont été posées pour empêcher que la situation devienne beaucoup plus grave.

De ce fait, plusieurs mesures ont été prises dans le cadre de la politique monétaire de la BRH pour les quatre dernières années. « Nous avons augmenté les taux de réserves obligatoires et changé le mode de constitution de ces dernières en nous exposant au courroux de nos partenaires du système financiers qui, comme banques commerciales surtout, ne visent pas nécessairement les mêmes facteurs d’optimisation que la Banque centrale », a relaté le gouverneur de la BRH.

Toujours dans cette optique la BRH, suivant les dires de M. Dubois, avait tiré la sonnette d’alarme et obtenu l’accord d’une gestion conjointe des autorisations de dépenses budgétaires, au risque d’irriter l’autorité fiscale. « Nous avons puisé dans nos réserve internationales, malgré l’avis contraire de nos partenaires multinationaux pour casser les emballements spéculatifs dans les conjonctures de forte irrationalité favorisée entre autres, par des turbulences sociopolitiques », a ajouté le gouverneur ai de la banque des banques.

Plus loin, il a mentionné que la BRH a augmenté le taux des directeurs pour resserrer les conditions monétaires. À part cette mesure, la banque a aussi fait des swaps, des contrats de rachat. « Le cout d’opportunité de ces mesures est plus important qu’il ne le serait dans un contexte de sérénité », a expliqué M. Dubois.

Par ailleurs, la BRH a initié plusieurs projets au cours de ces quatre dernières annees.il s’agit de, encore d’après M. Dubois, l’agenda de croissance économique, la modernisation du système financier, du développement des marchés financiers, l’implémentation de la stratégie nationale d’inclusion financière et la promotion de partenariats formels avec les ministères clés, le secteur privé et les intuitions internationales.

« Les 4 dernières années n’ont pas été faciles. Les défis à révéler furent nombreux et lourds dans un contexte sociopolitique très complexe. Une situation qui a conduit à un financement monétaire record de l’ordre de 4 % du PIB au cours de l’exercice fiscal 2017-2018 et, pour l’exercice en cours, à un financement comparativement moins important au vu des statistiques disponibles », reconnait le gouverneur de la banque centrale.

En outre, selon le patron de la BRH, l’exacerbation des paramètres de crise a affaibli drastiquement l’efficacité de l’administration de collecte d’impôts et, par conséquent réduit sévèrement la pression fiscale. « Les emballements subséquents des marchés ont été contenus dans les limites qu’autorisait la gravité des moments les plus pénibles de la conjoncture », a-t-il souligné.

Pour faire face à ces emballements, des mesures ont été prises. « Les mesures utilisées pour contrer ces emballements ont connu des taux de change dans des moments de conjonctures très graves et à des épisodes de stabilités courtes et fragiles dans des moments de moindre gravité. Les anticipations pessimistes qui réduisent de ce processus ont alimenté les facteurs d’inertie dans la détermination des prix sur le marché des biens », a fait remarquer Jean Baden Dubois.

Cluford Dubois



Articles connexes


Afficher plus [2400]