S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’arrêté sur la nouvelle fixation du salaire minimum suscite pas mal de réactions au sein de la société

L’arrêté sur la nouvelle fixation du salaire minimum suscite pas mal de réactions au sein de la société



Après la publication de l’arrêté fixant le nouveau salaire minimum pour les différents secteurs d’activités dans le pays, les réactions continuent d’alimenter l’actualité. Bien plus que le salaire minimum soit revu à la hausse, l’ex-sénateur Steven Benoit, à l’instar du coordonnateur général de la Coordination nationale des ouvriers haïtiens (CNOHA), Dominique Saint Éloi, qualifient le nouveau salaire minimum comme étant un « salaire de tuberculeux ». Tenant compte du taux de l’inflation et du taux de change, ces deux défenseurs font savoir qu’avec le nouveau salaire, les ouvriers ne disposent toujours pas d’un salaire suffisant pour subvenir à leurs besoins et se sortir de la pauvreté.


Pendant que la population est en colère contre la mauvaise gouvernance puis exigeant le départ du président de la République, Jovenel Moise, le pouvoir en place a rendu public en date du 31 octobre 2019, un arrêté fixant le salaire minimum en 8 segments. Le nouveau salaire minimum est varié entre 250 à 550 et il est entré en vigueur depuis le 1er novembre.

Pour les employés du segment A, on a remarqué que leur salaire est fixé à 550 gourdes, ceux du segment B, il est fixé à 440 gourdes par journée de huit heures de travail. Concernant les employés qui travaillent dans les entreprises trouvant dans le segment C, leur salaire minimum est fixé à 385 gourdes. S’agissant des personnels faisant partie du segment E, leur salaire minimum pour huit heures de travail par jour est fixé à 250 gourdes. Pour les ouvriers du secteur textile, segment F, leur salaire passe à 500 gourdes. Et, enfin, ceux du segment G et H, leur salaire est fixe à 440 gourdes.

Après cette publication, des particuliers ont réagi pour exprimer leur préoccupation par rapport à ce que représente ce nouveau salaire pour les employés au regard du coût de la vie en Haïti. En effet, d’après le coordonnateur général de la Coordination nationale des ouvriers haïtiens (CNOHA), Dominique Saint Éloi, l’augmentation du salaire minimum ne peut en aucun cas favoriser une vie meilleure aux salariés. Par conséquent, il a qualifié la nouvelle fixation publiée par le pouvoir en place comme étant un salaire indécent et tuberculeux.

En outre, en vue de pousser les autorités étatiques a la raison, c’est-à-dire, exiger un salaire minimum plus décent susceptible de permettre aux employés de couvrir leurs besoins de base, mais aussi devant leur permettre d’avoir une marge de manœuvre pour sortir de la pauvreté, Dominique Saint Éloi a fait remarquer que les mouvements de protestation vont reprendre.

Quant à l’ex-sénateur de l’Ouest et également l’initiateur de la loi portant sur le salaire minimum en 2009, Steven Benoit, il voit la nouvelle fixation du salaire minimum comme un crime d’État. Pour l’ancien parlementaire, le nouveau salaire accordé aux employés ne représente rien, vu la cherté de la vie. Alors donc, il considère la nouvelle fixation du salaire minimum comme étant une réduction de salaire, tenant compte de la dépréciation de la gourde et le niveau du taux de l’inflation. « Ce n’est pas une augmentation salariale, c’est plutôt une diminution », soutient Steven Benoit.

En décortiquant le présent arrêté, l’ancien candidat malheureux à la présidence des élections de l’année 2010 a dit que pour les employés du segment A, qui ont un salaire de 550 gourdes par journée de huit heures de travail, ils ont environ 5.91 $ avec (1 $= 93 gourdes). Alors, puisqu’Haïti est un pays importateur, il pense que l’Exécutif doit tenir compte du taux de change.

Un regard sur l’analyse faite par Steven Benoit autour du présent arrêté

Montant en gourdes/jour Montant en dollars/jour avec 1 $= 93 gourdes
Segment à 550 gourdes 5,91 $
Segment B 440 gourdes 4,73 $
Segment C 385 gourdes 4,13 $
Segment E (gens de maison) 250 gourdes 2,68 $
Segment F (secteur textile) 500 gourdes 5,37 $
Segment G (agent de sécurité) 440 gourdes 4,73 $
Segment H 440 gourdes 4,73 $

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [2460]