S'identifier Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La subvention de l’EDH, un mal pour l’économie nationale

La subvention de l’EDH, un mal pour l’économie nationale



Chaque année l’État haïtien perd des millions de dollars à cause de la subvention accordée à l’Électricité d’Haïti (EDH). Face à cette situation, le ministre a.i de l’Économie et des Finances, Jouthe Joseph, a fait savoir que le pouvoir central va cesser la subvention de l’EDH.


Lors de la signature du protocole d’accord sur la gouvernance économique et financière entre la Banque de la République d’Haïti (BRH) et le MEF, le titulaire du MEF, Jouthe Joseph, a fait un état des lieux de la situation économique du pays. Selon lui, la situation économique du pays est critique. Pour y remédier, l’État central entend prendre des dispositions. Dans l’idée de diminuer les dépenses dans l’administration publique, il fait savoir que l’État va stopper la pratique de subvention de l’EDH.

À cet effet, selon lui, l’Électricité d’Haïti (EDH) va devoir se débrouiller pour fonctionner. «Si l’EDH n’arrive pas à trouver des moyens pour fonctionner, elle devra céder sa place. C’est dans cette voie que nous allons », a-t-il prévenu tout en faisant savoir que le chef de l’État et le Premier ministre partagent cet avis.

Plus loin, il a affirmé que la subvention de l’EDH et des produits pétroliers pesait trop lourd sur le Trésor public. En ce sens, il a confié que le montant de la subvention de cette institution s’élève à 250 millions de dollars américains chaque année. Aux dires de Jouthe Joseph, l’élimination de la subvention accordée à l’EDH entre dans le cadre des engagements pris par le pouvoir central dans l’objectif d’assainir les finances publiques.

Un budget intérimaire pour l’exercice en cours

Le pays a déjà deux ans sans un budget voté par le Parlement. Une situation qui préoccupe plus d'un. En effet, au cours de son intervention, le grand argentier de la République a annoncé que le pays serait doté d’un budget intérimaire pour l’exercice fiscal 2019-2020. « Au cours de la première semaine du mois de décembre, le public en général sera au courant des grandes lignes de ce budget », a-t-il annoncé.

Questionnant la légitimité du gouvernement démissionnaire pour entamer une telle démarche, le ministre n’a pas pu répondre. « Le Parlement existe encore », a lâché Jouthe Joseph pour tenter de répondre aux questions des journalistes sur la légitimité du gouvernement actuel.

De plus, concernant la mauvaise note de l’économie nationale au cours de l’exercice 2018-2019, le titulaire du MEF accuse l’instabilité politique comme étant responsable de cet état de fait. Un avis partagé par le gouverneur de la Banque centrale, Jean Baden Dubois. Selon lui, c’est la première fois que l’économie du pays a connu un tel choc.

Par ailleurs, il reconnait qu’aucune politique n’a été mise en place pour la création d’emploi dans le pays. Jean Baden Dubois dit croire que c’est une nécessité de créer des moyens pour la création des emplois dans le pays qui, selon lui, va permettre de favoriser la croissance économique. « C’est en ce sens que la BRH a choisi de rédiger un agenda monétaire pro-croissance. Cet agenda devrait permettre aux entreprises de trouver des crédits pour les aider à créer beaucoup plus d’emplois et de richesse dans le pays », a déclaré M. Dubois tout en disant que la BRH est très touchée par rapport aux difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises du pays.

Cluford Dubois




Articles connexes


Afficher plus [2482]