S'identifier Contact Avis
 
33° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Les mesures de la BRH pour contrer les effets du ralentissement de l’activité économique dans le pays

Les mesures de la BRH pour contrer les effets du ralentissement de l’activité économique dans le pays



Dans la note de la politique monétaire pour le 1er trimestre de l’exercice fiscal 2019-2020, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a présenté l’ensemble des mesures qu'elle a prises pour contrer les effets du ralentissement de l’activité économique lié aux chocs engendrés par la crise sociopolitique.


Face à la détérioration de la situation économique du pays, la Banque centrale a pris un ensemble de mesures au cours de la première période de l’exercice fiscal 2019-2020. Ces mesures entrent dans l’objectif d’aider des entreprises évoluant dans le pays qui se trouvaient en difficulté à cause de leurs engagements envers le système financier et la détérioration subséquente du portefeuille des banques. De fait, selon la note de la politique monétaire de la banque centrale, pour la mi-novembre, la BRH a procédé à la baisse des taux d’intérêt sur les bons BRH des différentes maturités.

En effet, ces taux d’intérêt sont passés de 10%, 14% et 22% à 5%, 7% et 15% respectivement sur les bons BRH de 7, 28 et 91 jours. Toutefois, cette note a également souligné que la BRH a maintenu sa politique de reprise des liquidités oisives du système à travers les bons BRH, dont l’encours est passé de 3,56 milliards de gourdes à 8,29 milliards entre le 30 septembre et le 31 décembre 2019.

Concernant des interventions sur le marché des changes, la Banque centrale n’a pas procédé à des ventes de devises au cours du premier trimestre de cet exercice, a-t-on appris. Cette décision a été prise, selon la note, en raison de la tendance relativement stable de la valeur de la monnaie nationale sur la période. En revanche, dans le cadre de ses opérations de gestion au niveau du système de paiement, la BRH a eu à acquérir 16,25 millions de dollars américains, d’octobre à décembre 2019, a-t-on précisé à travers ce document.

Au niveau des statistiques monétaires, selon la note de la BRH, la base monétaire, au sens large et au sens restreint, a crû de 10,88% et 12,92% respectivement. « L’augmentation de la base monétaire au sens restreint découle de la hausse accélérée et combinée des dépôts en gourdes des banques à la BRH (+10,44% contre +7,40% au trimestre précédent) et de la monnaie en circulation (+15,68% entre septembre et décembre contre 3,78% entre juin et septembre 2019) », lit-on.

Par ailleurs, selon la Banque centrale, l’évolution de la base monétaire au sens large est imputable à la progression de l’encours des bons BRH, passant de 3,56 milliards au 30 septembre à 8,18 milliards un trimestre plus tard. « Les dépôts en dollars libellés en gourdes des banques commerciales à la banque centrale ont, pour leur part, crû de 4,65% par rapport à septembre 2019, contre 0,97% au trimestre précédent. Cette hausse traduit une augmentation effective du volume de ces dépôts (+6,16%), le taux de change ayant régressé de 1,41% au cours du trimestre », a expliqué la BRH à travers cette note.

En ce qui a trait à l’actif du bilan de la Banque Centrale, les créances nettes sur l’État ont crû de 22,19% au 31 décembre 2019 contre 8,18% au trimestre précédent. En effet, pour leur part, les avoirs extérieurs de la BRH ont augmenté de 3,11% par rapport à septembre 2019 comparativement à une contraction de 0,1% au trimestre passé. Évalués en dollars US, ces avoirs ont selon la BRH, crû de 2,20% contre 0,41% un trimestre plus tôt. Aussi, cette tendance traduit-elle, non seulement une relative stabilité du change au cours du trimestre, mais aussi une gestion prudente des interventions sur le marché des changes, a indiqué la Banque Centrale.

Sur le plan des agrégats monétaires, d’après la BRH, les données provisoires disponibles au mois de novembre 2019 indiquent une contraction de 1,95 % de l’agrégat monétaire M3 par rapport à septembre 2019 pour s’établir à 370,1 milliards de gourdes. « Cette évolution de la masse monétaire est similaire à celle des dépôts en dollars libellés en gourdes qui ont affiché une contraction de 4,98% sur la période alors que les dépôts en gourdes ont augmenté de 2,18% », a-t-on lu.

Cluford Dubois




Articles connexes


Afficher plus [2549]