S'identifier Contact Avis
 
25° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le FMI opte pour une réforme économique dans le pays en 2020

Le FMI opte pour une réforme économique dans le pays en 2020



Dans le cadre de leur passage en Haïti, certains cadres faisant partie du Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) encouragent les autorités haïtiennes à entamer une réforme politique ou économique en 2020. Selon ces cadres, sans une réforme économique majeure la croissance s’accélérerait, mais resterait négative cette année et inférieure à 1,5 % à moyen terme.


La situation de l’économie nationale s’empire de jour en jour. En effet, la dernière note de politique monétaire de la banque de la République d’Haïti(BRH)présente une situation très critique de l’économie du pays. Face à cette situation, certains administrateurs du FMI ont fait des recommandations aux autorités haïtiennes.

Selon ces derniers, il faut qu’il y’ait une réforme économique en profondeur dans le pays. « Faute d’une mise en œuvre soutenue de bonnes politiques et de vastes réformes, les perspectives restent moroses », a-t-on soutenu. Sans cette réforme,persistent-ils, les perspectives risquent plutôt d’être révisées à la baisse, mais la stabilité politique pourrait constituer un facteur d’amélioration important.

« Une résolution de la crise actuelle, la nomination d’un nouveau gouvernement déterminé et capable de mettre en œuvre des réformes, et le retour de l’aide de la communauté internationale pourraient entraîner une hausse de l’investissement et une accélération de la croissance potentielle »,conseillent les responsables du FMI aux autorités haïtiennes.

En outre, ils ont souligné qu’il est urgent de rétablir la stabilité politique et macroéconomique. En ce sens, avancent-ils, ces deux choses peuvent s’attaquer à la pauvreté et aux inégalités, de combattre la corruption et de réaliser le potentiel d’une croissance bien plus vigoureuse et plus inclusive.

Pour aboutir à une stabilité réelle dans le pays, les cadres du fonds monétaire international invitent toutes les parties prenantes à chercher à établir un large dialogue national. Par ailleurs,les administrateurs du FMI demandent aux autorités en place à continuer de coopérer étroitement avec les donateurs et le FMI.

Limiter le financement monétaire du déficit budgétaire

Selon la banque de la République d’Haïti, au cours du premier trimestre de l’exercice fiscal 2019-2020 le pays a enregistré un déficit budgétaire avoisinant 15 milliards de gourdes. Pour le fonds monétaire international, l’État central doit limiter le financement monétaire du déficit budgétaire. « Les fortes contraintes budgétaires nécessitent de déplacer les rares ressources des dépenses non prioritaires vers les programmes sociaux et l’investissement. Il est important de limiter le financement monétaire du déficit budgétaire et de préparer un budget notionnel pour l’exercice 2020 », suggère le FMI.

Par ailleurs, les cadres du FMI encouragent l’État central à réformer la gestion et la performance de l’Électricité d’Haïti, à collaborer avec les parties prenantes pour réduire les coûts de l’électricité, à améliorer la fiabilité et l’efficience de l’approvisionnement en énergie et à réduire la charge budgétaire qui s’y rapporte.« La réforme du secteur de l’énergie pour assurer la viabilité des finances publiques et accélérer la croissance : la réforme doit s’accompagner d’une communication claire et de mesures qui en atténuent l’impact sur les groupes vulnérables », ont-ils suggéré.

« Il est nécessaire d’opérer des réformes structurelles plus générales pour améliorer la compétitivité de l’économie : il s’agit notamment de simplifier les réglementations, d’éliminer les goulets d’étranglement dans les infrastructures, de renforcer les droits de propriété et d’améliorer la gouvernance», estiment les administrateurs du FMI.

Plus loin , ils demandent aux autorités de privilégier des mesures visant à accroître les recettes intérieures et à réduire les exemptions à court terme, tout en cherchant à renforcer l’administration de l’impôt, à préparer un plan de règlement des arriérés budgétaires et à renforcer la gestion des finances publiques.

Ils ont également ajouté qu’il est nécessaire d’appliquer le système de déclaration et de mener des audits réguliers des entreprises et autres entités publiques.

Laisser le taux de change s’ajuster

Les cadres du FMI croient que l’État doit laisser le taux de change s’ajuster de manière ordonnée. En ce sens,ils invitent aux autorités haïtiennes à établir un objectif monétaire quantitatif et encouragent les autorités monétaires à faire avancer les autres réformes institutionnelles.

Par ailleurs, Selon les prévisions de ces cadres, l’inflation devrait fléchir légèrement avant de finir par tomber en deçà de 10 % d’ici 2025.

Cluford Dubois




Articles connexes


Afficher plus [2550]