S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Pandémie et insécurité alimentaire : où sommes-nous en Haïti ?

Pandémie et insécurité alimentaire : où sommes-nous en Haïti ?



Depuis l’arrivée de la pandémie due au Covid-19, les Haïtiens sont aux aguets et croisent leurs doigts pour que le ciel épargne le pays, pour une fois, de cette adversité tant difficile. Et le mal est fait puisque le président Jovenel Moïse, lors d’une conférence de presse au Palais national entouré de ses ministres, vient d’officialiser la présence de deux cas sur le sol haïtien. Cette confirmation, même si tout le monde le présageait, irrite encore plus les Haïtiens qui avaient déjà leurs nerfs à fleurs de peau, car nous sommes tous devant le fait accompli d’absence d’un hôpital de standard international pouvant nous prodiguer des soins adéquats.

Cet état d’urgence sanitaire déclaré par le gouvernement sur tout le pays implique pas mal de changement notamment avec la fermeture des ports et aéroports à partir minuit de la nuit du 19 au 20 mars 2020. Par contre, la question brûlante, qui est sur les lèvres de tout le monde, est comment allons subvenir à nos besoins de première nécessité qui étaient déjà très difficile avant même la présence du coronavirus et cette question n’a trouvé aucune réponse lors de l’allocution du président.

Avec une économie qui tournait déjà au ralenti pour ne pas dire complètement à l’arrêt avec les séquences de pays lock, le pays est à son plus bas niveau de capacité de réponse à l’insécurité alimentaire qui sévit dans le pays depuis plusieurs décennies selon les rapports de la CNSA. Et aujourd’hui nous sommes dans l’obligation de fermer nos frontières si on veut éviter le pire en dépit que notre balance commerciale fût déjà déficitaire.

Selon la BRH, entre novembre 2018 et octobre 2019, le déficit commercial d’Haïti est en moyenne US 236 millions de dollars par mois et le déficit commercial moyen enregistré au cours des dix dernières années est de US 2,9 milliards de dollars alors que ce déficit était de US 2.2 milliards de dollars en 2012 selon le FMI. Tout ceci pour mettre en évidence une balance commerciale chroniquement déficitaire malgré que tous les voyants sont au vert pour adopter cette mesure en dépit que les exploitations agricoles ne produisent qu’environ 45% des produits de consommation alimentaire du pays (FAO, 2020)[1].

Avec un pays où tout s’achète chez nos voisins depuis la carotte, le mirliton, l’aubergine, les choux, le piment, les œufs, le salami, les morceaux de volailles jusqu’au riz, qui constitue la base de notre consommation quotidienne, peut-on maintenir pendant longtemps cet isolement ? Aujourd’hui, près de 55% des produits alimentaires consommés en Haïti sont importés, selon le ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) ce qui ne cesse d’augmenter depuis le séisme du 12 janvier 2010. Cette dépendance est caractérisée par une baisse de la production nationale et une augmentation de la croissance démographique très importante.

Avec ce faible niveau de production du pays, les politiques néolibérales appliquées ne pourront qu’aggraver notre dépendance vis-à-vis de l’extérieur vu que nos agriculteurs ne peuvent pas concurrencer les produits importés avec de faible frais de douane (3% seulement sur le riz avant les décisions du gouvernement Moïse Céant de le supprimer complètement sur 12 000 tonnes de riz importé) sans oublier la contrebande sur la frontière avec la République dominicaine.

Les constats effectués des deux côtés de la frontière sont les mêmes. La production haïtienne est incapable de satisfaire la demande interne du marché et les producteurs dominicains capitalisent sur cette faiblesse de plus en plus. Alors on se demande tous, pour combien de temps nos frontières sont fermées avec autant de dépendance de l’extérieur ? N’est-il pas le moment idéal pour bâtir cet état de droit tant prôné par le régime en place ? N’est-il pas encore le moment idéal pour relancer la production agricole et préparer le lendemain de cette pandémie ? On aimerait tous avoir ces réponses, Messieurs les dirigeants.

Evens JOSEPH
evens.joseph@hotmail.com




Articles connexes


Afficher plus [2874]