S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Mikerly Mistral Joseph: premier diplômé en Agroéconomie Campus Henry Christophe de Limonade

Mikerly Mistral Joseph: premier diplômé en Agroéconomie Campus Henry Christophe de Limonade



Six ans après sa création, le Campus de Limonade compte aujourd’hui en son sein environ 8 facultés ou filières. Ce campus, dernier né de l’Université d’État d’Haïti (UEH), a déjà certifié deux cohortes d’étudiants des cycles de 4 ans. Cette année, c’est au tour de la première promotion de la Faculté d’Agronomie de boucler son cycle de 5 ans d’études universitaires. Après des années de difficultés, seulement 32 sont parvenus à recevoir leurs certificats de fin d’études en mai dernier en Agroéconomie.


Le jeudi 18 juillet 2019, le jeune étudiant Mikerly Mistral Joseph a présenté avec brio son mémoire de fin d’étude par-devant un public poussé par la curiosité intellectuelle et un jury très rigoureux pour devenir désormais le premier d’ingénieur-agronome spécialisé en Agroéconomie et développement durable du Campus de Limonade. Son sujet de mémoire a particulièrement retenu l'attention, car il est un des sujets brûlants de l'actualité. Son sujet est intitulé comme suit : « Effet de la dollarisation de l’économie haïtienne sur les fluctuations des prix des produits agricoles et ses impacts sur la sécurité alimentaire. 2000 à 2017. (Cas du riz et du poulet) ». Interpellé par cette dépréciation ininterrompue de la gourde, l’augmentation de la part du dollar dans l’agrégat monétaire au sens large et la hausse de prix des produits agricoles de 2000 à 2017, Mikerly entendait comprendre la logique de cette baisse du niveau de vie et d’insécurité alimentaire en Haïti dans sa dimension monétaire. Ce travail de recherche n’est pas dénué d’intérêt. La curiosité intellectuelle et la conscience citoyenne de l’étudiant ont fait de ce travail un outil important pour l’appréhension des phénomènes économiques liés à la masse monétaire, l’inflation et la question de l’alimentation en Haïti.

Mikerly. Encadré par le Professeur Lonege Ogisma (Maitre en économie), a constaté dans cette recherche, la réelle existence d’une relation entre la dollarisation et les variations des prix du riz et du poulet en Haïti à travers des estimations économétriques. À partir de cette recherche, l’étudiant a effectué des analyses sur l’impact du taux de change sur la sécurité alimentaire en Haïti, mesurée à l’aide de l’indicateur de Bonilla. Effectivement, plusieurs recherches en économie ont démontré que le taux de change avait un impact considérable sur la sécurité alimentaire particulièrement dans les pays en développement. Le jeune agroéconomiste a démontré à partir de cette analyse théorique que le taux de change et le faible niveau des exportations sont des facteurs contribuant à l’insécurité alimentaire en Haïti.

Cette recherche a abouti normalement à des résultats plutôt concluants. Parmi lesquels, le jeune diplômé montre que l’indice de la dollarisation dans la masse monétaire M3 augmente avec la dépréciation du taux de change. Il y a encore le douloureux constat de notre dépendance à l’importation dans les domaines du riz et du poulet particulièrement aux produits provenant des USA.

Toutefois, ce qui permet de déterminer toute la pertinence du travail de Mikerly Mistral Joseph ce sont, de toute évidence, les recommandations faites par celui-ci par rapport à cette situation susmentionnée. D’abord, il propose le développement des filières d’exportation à haut rendement dans le pays. Ainsi, cela permettra de financer les importations alimentaires et l’entrée de dollars dans le pays. Ensuite, il va pour la prise des mesures considérables pour la production de riz et de poulet et d’autres produits agricoles dans le pays pour combler l’indisponibilité alimentaire et freiner la fuite de devise. En effet, une trop grande partie de la somme de capitaux produits dans le pays fuit notre économie dans l'importation de produits alimentaires en raison de notre faiblesse de production dans ce secteur qui constituait notre force par le passé; d'où cette expression que nous répétons tout le temps: Haïti est un pays essentiellement agricole. Il termine en recommandant l'adoption des politiques monétaires et budgétaires pouvant agir sur les sources d’entrée et de sortie des devises dans le souci de réduire la dollarisation en ramenant la confiance dans la gourde par la stabilisation de l’inflation tout en limitant l’ascension du dollar. C'est, en effet, l'un des enjeux majeurs auxquels nous faisons face actuellement : faire baisser l'inflation dans le souci de pallier au problème de la chute du niveau de vie des citoyens haïtiens.

Par ailleurs, malgré le travail incontestable de Mikerly, il convient de ne pas oublier d’autres variables importantes telles que les faibles investissements étrangers, les irrégularités au niveau des droits de douane et l’instabilité politique chronique qui influencent certainement le niveau de sécurité alimentaire.

Avec ce travail, Mikerly Mistral Joseph, fraichement diplômé en agroéconomie et spécialiste en développement durable, entrepreneur (co-fondateur de Light Motion Studio) et leader communautaire, vient de montrer qu’avec une volonté inébranlable et une discipline rigoureuse, on peut parvenir à accomplir de grandes choses non seulement pour soi, mais aussi pour son pays.

Jean Reynald Saint-Hubert




Articles connexes


Afficher plus [2702]