S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Le Fonds pour l'environnement mondial octroie 4,5 millions de dollars américains à Haïti pour aider les communautés vulnérables à faire face au problème de l’eau

Le Fonds pour l'environnement mondial octroie 4,5 millions de dollars américains à Haïti pour aider les communautés vulnérables à faire face au problème de l’eau



Dans le cadre d’un projet de résilience climatique, le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) a approuvé au début du mois de juin, un nouveau financement de 4,5 millions de dollars US permettant à 90 000 Haïtiens d'avoir accès à l'eau potable. Ce projet vise également à protéger les communautés vulnérables des effets du changement climatique et empêchera la propagation des maladies, a informé le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), dans un communiqué.


Mis en œuvre par le ministère de l'Environnement (MDE), ce projet de 60 mois soutenu par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) développe des capacités, des outils et des infrastructures qui permettront à 86 communautés d'avoir un accès fiable à l'eau potable tout au long de l'année.

Selon les informations révélées, ledit projet bénéficie d'un cofinancement de 30 millions de dollars US de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de 1,1 million de dollars US de contributions en nature du gouvernement haïtien.

« Ce projet est en droite ligne avec les priorités nationales identifiées dans le cadre programmatique du ministère de l’Environnement, en matière de gestion des bassins hydrographiques. Il soutient notre vision d’améliorer le cadre de vie des communautés vulnérables par rapport aux risques potentiels du changement climatique, en augmentant l'accès à l'eau potable de manière durable », a déclaré le ministre de l’Environnement, Astrel Joseph, qui par ailleurs, précise, en protégeant les bassins hydrographiques et l'environnement en général, le projet encourage l'adoption de meilleures pratiques de gestion intégrée et de conservation des ressources en eau dans la région Sud-est d’Haïti, petit état insulaire en développement.

Pour montrer l’importance d’un tel projet, les responsables ont fait savoir « Haïti a beau se situer sur la plus belle île des Caraïbes, elle est aussi la plus vulnérable au changement climatique, ainsi qu'aux problèmes économiques et sociaux, incluant des difficultés d’accès à l'eau potable. Un tel problème ne fera que s'aggraver avec la hausse des températures, la diminution des précipitations et l'augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes ».

Plus loin, ils ont souligné que la question de l'eau affecte la sécurité et la santé des Haïtiens et peut être attribuée, en partie, à l'épidémie de choléra qui a débuté en 2010 ainsi qu'à la diminution de la résistance pour empêcher la propagation d'autres maladies bactériennes et virales. D’après les chiffres publiés, plus de 80 % des Haïtiens ont un accès limité à l'assainissement, tandis que 18 % n'ont aucun accès aux services d'assainissement. Seul un Haïtien sur quatre a accès aux services d'eau de base, alors que 22 % n'y ont pas accès du tout.

"Des services sûrs et fiables en matière d'eau et d'assainissement sont essentiels pour réduire la propagation de maladies telles que la COVID-19 et le choléra. En travaillant en coordination avec d'autres initiatives nationales sur l'eau et le climat, ce projet innovant contribue à faire progresser les objectifs de développement durable et les cibles définies dans l'Accord de Paris pour un développement à faible émission de carbone et résistant au climat", a déclaré le représentant résident du PNUD en Haïti, Bruno Lemarquis.

La lutte contre les effets du changement climatique

En Haïti, selon eux, les précipitations sont prévues de diminuer de 5,9 à 20 % d'ici 2030. Le peuple haïtien en ressent déjà les effets, les graves sécheresses de 2013 et 2016 mettant en danger des millions de personnes. Les incendies, les inondations et les glissements de terrain liés au changement climatique auront également un impact supplémentaire sur la disponibilité de l'eau, indiquent-ils.

Le projet "Renforcement de la résilience climatique du secteur de l'eau potable dans le Sud-est d'Haïti" se concentrera sur l'amélioration de la compréhension des vulnérabilités sous-jacentes du secteur de l'eau, le renforcement des réglementations et des politiques, et l'identification et la promotion de meilleures pratiques de conservation et de gestion, lit-on.

Les résultats du projet comprendront la protection des bassins hydrographiques et zones de recharge des aquifères, le reboisement des périmètres rapprochés et immédiats des sources d'eau, ainsi que la construction des infrastructures de stockage comme : des citernes, des bassins de rétention, des puits et des mesures visant à promouvoir une gestion intégrée des ressources en eau de manière durable. Des systèmes de captage d'eau (impluviums) seront installés sur les toits afin de capter les eaux de pluie, incluant l’installation des filtres, pour permettre le recyclage des eaux grises.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [2717]