S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Crise alimentaire et pandémique: le MARNDR via le projet « TPR », au chevet de la population des Nippes

Crise alimentaire et pandémique: le MARNDR via le projet « TPR », au chevet de la population des Nippes



Dans le cadre du projet « Territoires productifs résilients», plus de 3 000 paysans au niveau du département des Nippes sont sélectionnés pour bénéficier l’accompagnement du ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), dans le but de leur permettre de préparer la campagne agricole de l’été. Ce projet qui est financé par la Banque mondiale (BM), a permis de distribuer, le mercredi 22 juillet 2020, 70 tonnes de semences de pois de souche besebas, de pois inconnu, des boutures de manioc, patate, drageons de banane, afin d’aider les paysans à produire de la nourriture et à rétablir leurs moyens d'existence, face à la pandémie du coronavirus dans le court terme.


Le département des Nippes est l’un des départements de la région du Grand Sud qui a été dévasté par le passage de l’ouragan Matthew dont les moyens d'existence, basés sur l'agriculture, l'élevage et la pêche, ont été presque complètement anéantis. D’après les habitants, la sécheresse que connait le pays depuis des années affecte considérablement ledit département qui auparavant était très riche en matière de denrées agricoles.

Quelques années plus tard, le ministère de l’Environnement et celui de l’Agriculture se mettent ensemble pour réfléchir sur les impacts environnementaux et sociaux de la région du Grand Sud. À travers, le Cadre de Gestion environnementale et sociale (CGES), ils mettent l’accent sur les infrastructures et activités agricoles.

Accroitre la résilience de l’agriculture et des écosystèmes dans certains bassins versants (BV) du département des Nippes et de permettre au gouvernement de répondre rapidement et efficacement à la situation d’urgence actuelle, est le vœu des responsables dans le cadre du projet TPR. Par conséquent, sous la directive du coordonnateur local du TPR, Edmond Bernard, 2 000 hectares de terre sont en train d'être labourées dans les communes d’Anse-à-Veau, Paillant et Petite-Rivière de Nippes.

Après des travaux de labourage, des tonnes semences de pois de souche besebas, de pois inconnu, des boutures manioc, patate, drageons de banane, ont été distribués, le mercredi 22 juillet auprès d’environ 3000 bénéficiaires de trois communes citées, et ce projet poursuivra sur les autres communes du pays, a indiqué l’Agr Bernard, précisant que le projet TPR s’inscrit dans la vision du gouvernement visant à répondre rapidement et efficacement à la situation d’urgence, d’un côté. Et de l’autre côté, il vise à aider les agriculteurs à préparer la campagne agricole d’été.

Mises à part les semences, des milliers de plantules fruitières et forestières, dont des citrus, bananier, cèdre, manguier, ont été distribuées aux paysans dans plusieurs sections communales d’Anse-à-Veau, afin de leur permettre de reboiser le département du Sud qui a perdu son capital écologique suite aux dégâts causés par le passage de l’ouragan Matthew en 2016.

Pour le président de l’Association d’irrigants d’Anse-à-Veau, le geste du MARNDR à travers le projet TPR est très louable, car dit-il, c’est une démarche visant à transmettre aux générations futures un cadre de vie agréable. « Je remercie les responsables du projet TPR d’avoir pris l’engagement pour permettre au département des Nippes de retrouver sa grande couverture végétale».

De leur côté, Jisette Jean Pierre et Bernade Prosper, deux bénéficiaires de la phase du projet pilote, se sont montrés contents pour un tel projet dans leur localité. Si auparavant, leur rendement agricole était faible, grâce au projet, ils ont fait savoir qu’ils vont gagner beaucoup de l’argent cette année et ils auront de quoi à nourrir.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [2768]