S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Insécurité alimentaire : la situation s’annonce difficile pour Haïti

Insécurité alimentaire : la situation s’annonce difficile pour Haïti



Dans son dernier rapport, le Réseau international des systèmes d'alerte précoce contre la famine (FEWS NET) a présenté la situation du secteur agricole en Haïti. En effet, selon cet organisme financé par l’USAID, les récoltes de printemps qui sont inférieures à la moyenne, auront un effet négatif sur celles d’été, d’automne et d’hiver.


Selon le dernier rapport de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), les conditions climatiques demeurent encore favorables pour une campagne de printemps réussie. Par contre, les bonnes prévisions climatiques ne sont pas suffisantes à la réussite d’une campagne agricole. En ce sens, la CNSA a tenu compte des mauvaises performances agricoles récurrentes dues notamment à une sécheresse répétitive. De fait, dans son dernier bulletin concernant Haïti, le Réseau international des systèmes d'alerte précoce contre la famine a mentionné que les récoltes de printemps auront des impacts négatifs sur celles d’été.

Cette situation, d’après le FEWS NET, réduira la performance de ces campagnes, malgré des pluies régulières et normales prévues jusqu’à octobre. « Les prix des denrées alimentaires de base restent supérieurs aux prix de l’année dernière et à ceux des cinq dernières années, les rendant très peu accessibles», a prévenu le réseau dans ce rapport.

Plus loin , selon ce réseau , les récoltes de juillet et d’août, bien que faibles, amélioreront temporairement la disponibilité alimentaire et ainsi stabiliseront pour une courte période les prix des produits locaux ,notamment le haricot et le maïs.« Une insécurité alimentaire en Crise (Phase 3 de l'IPC) est toutefois attendue dans le haut Artibonite, le haut plateau, le Bas Nord-Ouest, le Nord-est, les Nippes, certaines parties de l’Ouest, du Sud-est, du Sud et de la Grand’Anse. Les autres régions (Bas Artibonite, Bas Plateau, Plaine des Cayes, etc., où les récoltes s’annoncent plus ou moins bonnes, resteront en Stress (IPC Phase 2)», a attiré l’attention de plus d’un à travers ce document.

«Malgré la décision des autorités haïtiennes d’ouvrir officiellement sa frontière terrestre, du côté dominicain, la frontière demeure toujours fermée. Une situation qui renforce le commerce informel entre les deux pays et provoque une augmentation des prix des produits», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, cette instance a fait remarquer que le climat économique en Haïti continue de se détériorer. Il importe de souligner qu’entre janvier et juillet 2020, la gourde avait perdu plus de 22% de sa valeur. Pour ce lundi 3 aout 2020, il vous faut plus 119 gourdes pour un dollar US.

Selon la CNSA, des appuis sont planifiés à l’attention des agriculteurs du pays pour la campagne agricole de printemps 2020, ils ne sont pas encore perceptibles. « Par contre, bien qu’ils soient en retard, ils permettraient d’éviter une détérioration de la situation de sécurité alimentaire déjà précaire. Dans le contexte de la crise du COVID-19, où la tendance est à la fermeture des frontières, il serait pertinent de profiter de ce contexte pour investir massivement dans le secteur agricole », lit-on dans ce communiqué.

Cluford Dubois




Articles connexes


Afficher plus [3066]