S'identifier Contact Avis
 
30° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

La BRH lance le fonds de soutien aux coopératives d’épargne et de crédit

La BRH lance le fonds de soutien aux coopératives d’épargne et de crédit



Au cours d’une cérémonie qui s’est tenue au Centre de convention et de documentation Rock André ce 23 septembre 2020, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a lancé le fonds de soutien aux coopératives d’épargnes et de crédits. Ce fonds entrera en vigueur dans quelques semaines, selon le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois. Si d’une part, le gouverneur a mis l’accent sur l’importance des coopératives dans le système, d’autre part, il a annoncé que pour deux coopératives, leurs adhérents peuvent tirer leur argent dans n’importe quel ATM (Automated/Automatic Teller Machine).


En présence de plusieurs représentants d’institutions financières nationales et internationales, des cadres du régime en place et autres, la Banque de la République d’Haïti (BRH) a lancé ce 23 septembre 2020, au Centre de convention et de documentation Rock André, le fonds de soutien aux coopératives d’épargnes et de crédits (CEC). En effet, ce fonds a pour objectif de financer les CEC qui sont en difficulté ou qui font face à des besoins de financement, soit pour soutenir leur croissance, soit pour financer un projet.

« L’importance des caisses populaires dans le monde et chez nous n’est plus à démontrer », a fait savoir le gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois dans son discours de circonstance tout en précisant qu’au 30 juin 2020 ces intermédiaires financiers regroupaient 1 million 164 mille 853 sociétaires en Haïti avec un actif total de 17.7 milliards de gourdes dont 8.6 milliards et un passif dépôt de 12.3 milliards. Pour le gouverneur, les progrès sont notables dans cette branche du secteur financier.

M. Dubois a expliqué que des 17.7 milliards de gourdes d’actif le département de l’Artibonite vient en tête de liste avec la plus forte somme, soit 4.5 milliards de gourdes, suivi de du département de l’Ouest. Pour ce qui des prêts ainsi que des trop-perçus, l’Artibonite est le numéro un, ensuite vient le Nord, le Sud-Est et l’Ouest. « Les coopératives ont une importance particulière dans l’écosystème financier », soutient le gouverneur.

Pour Jean Baden Dubois, le fonds de soutien a été mis au point pour « aider les coopératives d’épargnes et de crédit à renforcer leurs opérations et traverser le cycle économique difficile » ainsi que pour leur « fournir un coussin de protection pour leur opération future ». À en croire le gouverneur, le fonds entrera en vigueur dans quelques semaines.

« Ce fonds, dit M. Dubois, est appelé à rassurer les acteurs à maintenir la confiance des sociétaires, à susciter la cohésion dans cette branche d’activité et à raffermir les activités enclenchées par les coopératives d’épargnes et de crédits. J’invite urgemment les dirigeants des caisses et de fédération à adhérer au fonds de soutien en jouant leurs partitions et en faisant montre de leur implication de nature à donner une nouvelle vigueur au secteur ».

Par ailleurs, le numéro 1 de la Banque centrale a également abordé la question d’« opérationnalité » dans le système bancaire. « J’ai le plaisir de vous annoncer que l’opérationnalité est effective depuis un certain temps, mais de manière officielle à partir du 1er octobre ». Par cette question le gouverneur a expliqué qu’avec une carte de débit d’une institution financière, on peut aller tirer son argent dans n’importe quelle banque qui détient un ATM (Automated/Automatic Teller Machine).

« Ce qui me fait le plus plaisir aujourd’hui, exprime le gouverneur, une personne qui a son argent dans des coopératives comme KOTELAM à Port-au-Prince, ou KOPLES se trouvant à Port-de-Paix, avec sa carte de débit, elle peut aller retirer son argent dans n’importe quel ATM des banques de la place ». C’est ce qu’on appelle, dit-il, « inter opérabilité ».

Pour sa part, Louisemane Beaubrun, a tenu à présenter le fonds de soutien aux coopératives au cours de la cérémonie. Selon Mme Beaubrun l’alimentation de ce fonds est assurée par toutes les caisses agréées, fédérées ou non et le montant de la cotisation annuelle est fixé à 10 % des trop perçus. D’après Mme Beaubrun, le fonds peut être alimenté par des apports des bailleurs externes ou internes. Elle a aussi fait savoir que ce fonds sera utilisé sous forme de prêt et la durée n’excédera pas 20 ans. C’est la BRH qui est chargée de collecter ce fonds ainsi que de le gérer.

Les caisses qui sont éligibles pour l’octroi de ce fonds sont celles affiliées à une fédération, les caisses non affiliées, mais agrées ainsi que les fédérations lorsque la BRH le juge nécessaire. En effet, dans le cadre de cette démarche, la BRH a pour rôle, entre autres, d’assurer le suivi des dossiers présenté par les fédérations ou les caisses en ce qui a trait l’acceptation ou le rejet, décaissement , remboursement et autre.

Wisly Bernard Jean-Baptiste




Articles connexes


Afficher plus [2930]