S'identifier Contact Avis
 
26° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Intelligence artificielle dans le secteur agricole : de bonnes pratiques peuvent aider à résorber la fracture numérique et à améliorer la sécurité alimentaire

Intelligence artificielle dans le secteur agricole : de bonnes pratiques peuvent aider à résorber la fracture numérique et à améliorer la sécurité alimentaire



Lors d'une manifestation organisée le jeudi 24 septembre à l'Académie pontificale pour la vie, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), IBM et Microsoft ont réitéré leur engagement en faveur de la mise au point de formes d'intelligence artificielle (IA) qui soient inclusives et promeuvent des moyens durables de concrétiser la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

L'objectif de cette manifestation en ligne, intitulée Intelligence artificielle, nourriture pour tous. Dialogue et expérience, était de renforcer l'Appel de Rome pour une éthique de l'intelligence artificielle, approuvé par le pape François et cosigné par la FAO, IBM et Microsoft lors d'une conférence organisée en février par l'Académie pontificale, et d'y donner suite.

Par ailleurs, les débats d'aujourd'hui ont porté sur les moyens concrets de s'appuyer sur l'IA pour réaliser l'objectif qui consiste à nourrir une population mondiale de près de 10 milliards de personnes à l'horizon 2050, tout en préservant les ressources naturelles, en relevant les défis liés notamment au changement climatique et en faisant face aux chocs, tels que le COVID-19.

Des pratiques optimales en matière d'utilisation de l'IA et des technologies numériques dans l'agriculture, qui sont accessibles librement sous la forme de biens publics numériques, ont également été présentées.

«Le recours à des technologies visiblement occidentales dans la production et la transformation des aliments a une forte incidence sur les cultures alimentaires des populations de la planète. Nous devons nourrir tout le monde, mais cela ne signifie pas que tout le monde doit manger la même chose, a expliqué Monseigneur Vincenzo Paglia, archevêque et Président de l'Académie pontificale pour la vie. Nous devons concentrer notre attention sur la préservation de la biodiversité (diversité humaine, végétale et animale), qui doit guider l'ensemble du processus, de l'élaboration (conception éthique) jusqu'à la manière dont les produits sont proposés et diffusés dans différents contextes sociaux et culturels», a-t-il ajouté.

«Pour transformer nos systèmes alimentaires, nous devons trouver des solutions novatrices qui permettent de garantir à tous la sécurité alimentaire et une bonne nutrition, a déclaré Monsieur Qu Dongyu, Directeur général de la FAO. Nous devons exploiter le pouvoir transformateur des technologies numériques, y compris l'intelligence artificielle, pour rendre les systèmes alimentaires plus efficients, plus durables et plus inclusifs.»

«Nos sociétés sont actuellement aux prises avec une crise sanitaire alarmante et le recours à la technologie face au COVID-19 ne fait que souligner en quoi l'Appel de Rome pour une éthique de l'intelligence artificielle et les principes qui le sous-tendent sont si cruciaux pour l'avenir de l'humanité, a indiqué Monsieur John E. Kelly, Vice-Président exécutif d'IBM. Il n'y a qu'en plaçant les personnes, leurs intérêts et leurs valeurs au centre de notre réflexion sur l'avenir de la technologie que nous pourrons tous ressortir grandis des défis mondiaux tels que la pandémie et l'insécurité alimentaire.»
«Chez Microsoft, nous sommes convaincus que la technologie peut aider à trouver des solutions à certains des problèmes mondiaux les plus graves, a ajouté Monsieur Brad Smith, Président de Microsoft. Les technologies comme l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique seront particulièrement utiles pour faire reculer la faim et l'insécurité alimentaire, en particulier dans un monde confronté au changement climatique. Ces outils permettent de prévoir les problèmes qui vont se poser et de les résoudre au moyen de ressources cruciales qui peuvent aider à prévenir les famines et à sauver des vies.»

L'intelligence artificielle dans le secteur agricole: un moyen crucial de concrétiser le développement durable
L'intelligence artificielle a un rôle important à jouer dans la transformation des systèmes alimentaires et dans la lutte contre l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Dans le secteur agricole, elle peut y contribuer de plusieurs manières, notamment en optimisant voire en réalisant certaines activités humaines, comme le semis et la récolte, ce qui permettrait d'accroître la productivité, d'améliorer les conditions de travail - en réduisant le temps et la quantité de travail nécessaires - et d'utiliser les ressources naturelles de manière plus efficiente, y compris grâce à une meilleure gestion des connaissances et une meilleure planification.

Plus particulièrement, les technologies qui sous-tendent l'agriculture électronique progressent rapidement et l'intelligence artificielle dans le secteur agricole se développe selon trois grands axes: robotique agricole, suivi des sols et des cultures, et analyses prédictives. Les avancées réalisées dans ces domaines peuvent, dans le contexte du changement climatique, de l'accroissement démographique et de l'épuisement des ressources naturelles, jouer un rôle considérable dans la conservation des sols et des eaux, éléments de plus en plus cruciaux pour concrétiser la sécurité alimentaire de manière durable.

Au cours de la manifestation d'aujourd'hui, deux exemples de pratiques optimales concernant l'utilisation de l'intelligence artificielle dans l'agriculture ont été présentés:

Le Portail de données en libre accès pour la productivité de l'eau de la FAO, qui suit la productivité de l'eau dans le secteur agricole en Afrique et au Proche-Orient et fournit des informations à ce sujet. Il donne accès librement à une base de données sur la productivité de l'eau et aux milliers de couches cartographiques qui l'étayent, et permet d'effectuer des recherches directes, d'obtenir des analyses de séries chronologiques et des statistiques par zone, ainsi que de télécharger des données sur les principales variables associées aux évaluations de la productivité de l'eau et des terres;

Le Système d'indice de stress agricole est un indicateur rapide élaboré par la FAO, qui permet un suivi précoce des zones agricoles où il existe une probabilité élevée de stress hydrique ou de sécheresse aux niveaux mondial, régional et national, au moyen de la technologie satellitaire. Les sécheresses touchent davantage de personnes que n'importe quel autre type de catastrophe naturelle et sont les plus dévastatrices pour les moyens d'existence, en particulier dans les pays en développement.

Donner une place centrale aux personnes, y compris aux agriculteurs

L'Appel de Rome pour une éthique de l'intelligence artificielle insiste sur le fait que «les systèmes d'intelligence artificielle doivent être conçus, élaborés et mis en œuvre de manière à servir et à protéger les êtres humains et l'environnement dans lequel ils vivent» - notion réitérée par de nombreux participants à la manifestation d'aujourd'hui.
Plusieurs principes essentiels sous-tendent l'Appel de Rome, à savoir: la transparence (les systèmes d'intelligence artificielle doivent être explicables), l'inclusion (les besoins de tous les êtres humains doivent être pris en compte et ceux-ci doivent bénéficier des meilleurs conditions possibles pour s'exprimer et se développer) et l'impartialité (les technologies ne doivent pas créer ni présenter de biais qui profiterait uniquement à quelques personnes).

En accord avec ces principes et dans le contexte de l'utilisation de l'intelligence artificielle au service de l'agriculture, les partenaires et les cosignataires de l'Appel de Rome ont reconnu la nécessité de protéger les droits des agriculteurs et les connaissances que ceux-ci possèdent, en particulier dans les pays en développement. En outre, il faut résorber la fracture numérique: six milliards de personnes n'ont pas accès à l'Internet à haut débit, quatre milliards de personnes sont dépourvues de connexion au web, deux milliards de personnes ne possèdent pas de téléphone portable et 400 millions de personnes sont à l'écart de tout signal numérique. Il existe également de grandes disparités entre les femmes et les hommes, ainsi qu'entre les jeunes et les personnes âgées, pour ce qui est de l'accès aux ressources.

Les partenaires de l'Appel de Rome ont exhorté les pays et le secteur public à exploiter les possibilités offertes par l'intelligence artificielle afin de prêter un appui aux petits agriculteurs et de faire progresser le développement rural, d'éliminer la pauvreté et d'améliorer la sécurité alimentaire. À cet effet, ces acteurs doivent investir dans le capital humain et instaurer des politiques et des réglementations qui réduisent au minimum le risque d'exclusion et d'inégalité.

FAO




Articles connexes


Afficher plus [2916]