S'identifier Contact Avis
 
27° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

L’arrestation de deux responsables de CANEZ Construction : les chambres de commerce montent au créneau

L’arrestation de deux responsables de CANEZ Construction : les chambres de commerce montent au créneau



Lors d’une visite d’inspection au niveau de la zone métropolitaine, le ministre du Commerce et de l’Industrie, Jonas Coffy accompagnant d’un juge du parquet de Port-au-Prince, a procédé à l’arrestation deux responsables de l’entreprise Canez S.A. 24 heures après les associations et chambres de commerce représentantes du secteur privé formel des affaires ont condamné cet acte, qu’elles qualifient d'arbitraire.


Dans une note de presse en date du mercredi 14 octobre 2020, la chambre de commerce et de l’industrie de l’Ouest (CCIO), l’AmCham , la chambre franco-haïtienne de commerce et d’industrie et l’association des industries d’Haïti(ADIH) ont réagi suite à l’arrestation de deux responsables de l’entreprise Canez S.A. «Les associations et chambres de commerce représentantes du secteur privé formel des affaires, signataire de la présente, ont appris avec la stupéfaction les actions, menaces et déclarations à caractère diffamatoire du ministre du Commerce et de l’Industrie et des officiers de la justice en date du 13 octobre 2020 qui ont eu des conséquences fâcheuses pour des entreprises commerciales et l’arrestation de l’un de leurs propriétaires », peut-on lire dans cette note.

En ce sens, ces chambres de commerce et associations disent condamner l’arbitraire qui accompagne ces actes qui portent atteinte aux fondements de la libre entreprise. Selon cette note, l’État central a pris l’engagement de protéger l’investissement.

« Nous , signataires de la présente , renouvelons notre engagement sur l’affichage des prix convenu dans le mémorandum d’accord signé le 22 septembre 2020 et rappelons aux autorités compétentes que l’article 1 dudit mémorandum avait fixé les conditions d’applicabilité de ce principe notamment la stabilisation du taux de change de façon raisonnable et prévisible », ont-ils écrit. Selon eux, les évènements d’hier n’ont pas tenu compte des complexités administratives et logistiques qui découlent les variations quotidiennes du taux de change ainsi que des mécanismes de fixation des prix.

Pour résoudre le conflit existant entre le MCI et ces entreprises, les membres de ces associations et chambres de commerce appellent au dialogue. « C’est pourquoi, nous , associations et chambres de commerce signataire de la présente, exhortons les pouvoirs publics, en l’occurrence , le Premier ministre , le ministre de l’Économie et des Finances à un dialogue constructif afin d’établir ,hors menaces ,insultes et diffamations et en toute transparence , des règles et procédures claires et publiques à appliquer en matière de contrôle d’affichage des prix et de freiner la montée des tensions néfastes à la bonne marche des entreprises »,lit-on.

Cluford Dubois




Articles connexes


Afficher plus [2921]