RTPacific Contact Avis
 
24.98° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Impacts de la pêche artisanale sur la pérennisation des ressources halieutiques dans la baie de Caracol

Impacts de la pêche artisanale sur la pérennisation des ressources halieutiques dans la baie de Caracol



Résumé

L’impact de la pêche artisanale dans la baie de Caracol a des enjeux sur les ressources halieutiques. Cela peut en une certaine mesure affecter la biodiversité surtout avec les pêcheurs utilisant des sennes pour l’exploitation et la capture des ressources halieutiques. L’analyse des résultats a montré que cette baie est dans une situation d’urgence et a besoin d’aide-personne afin de rétablir l’équilibre écologique. La mangrove étant est un écosystème qui joue un rôle essentiel dans la stabilité du climat ainsi qu’une zone de refuge pour les ressources halieutiques, notamment les poissons, est complètement exploitée par cette population pour satisfaire ses besoins. C’est vrai que les pêcheurs dans cette communauté ont remarqué la dégradation des ressources halieutiques, mais malheureusement, ils ne peuvent arrêter de l’exploiter par le fait que leur survie dépend en grande partie pour certains d’entre eux de la baie. Enfin, la perception des pêcheurs sur la dégradation des ressources halieutiques varie en fonction de plusieurs paramètres : leurs niveaux de formation, leurs âges et les outils utilisés pour exploiter les ressources halieutiques.

Abstract

The impact of artisanal fishing in Caracol Bay has issues on fishery resources. This can affect biodiversity to some extent especially with fishermen using seines for the exploitation and capture of fishery resources. Analysis of the results showed that this bay is in an emergency situation and needs help from people in order to restore ecological balance. The mangrove is an ecosystem that plays an essential role in the stability of the climate as well as an area of refuge for fishery resources, especially fish, is fully exploited by this population to meet their needs. It is true that the fishermen in this community have noticed the declines in fishery resources but unfortunately they cannot stop exploiting it as their survival depends in large part for some of them on the bay. Finally, the perception of fishermen on the decline in fishery resources varies according to several parameters: their levels of training, their ages and the tools used to exploit the fishery resources.

Introduction

L'exploitation des ressources halieutiques est généralement étudiée dans le cadre d'économies marchandes et concerne des pêcheries installées depuis plusieurs années (Germa, 1986 ; Durand et d.. 1991). L'état de la ressource, à un moment donné, peut ainsi être considéré comme un produit de l'activité halieutique passé et d’un ensemble de facteurs biologiques et économiques actuels parmi lesquels le renouvellement du stock, le prix du poisson, le revenu moyen des consommateurs et les coûts de production des pêcheurs jouent un rôle essentiel. L'objectif de la recherche halieutique est alors d'expliquer et de prévoir les évolutions futures de l'abondance de la ressource en fonction de quelques paramètres simples retenus comme "moteur" du modèle .

À cet effet, A. Zannou (2016) affirme que la diversité de la flore et la richesse de la faune terrestre et aquatique constituent non seulement un important réservoir naturel de la diversité biologique, mais également des atouts considérables pour un développement socio-économique durable, et un équilibre écologique global pour beaucoup de pays.

En Haïti, la pêche est une activité économique importante pour la population plus particulièrement celle riveraine des lacs, fleuves, plans d’eau, mais également dans les baies. Elle est une activité de "cueillette" qui, malgré son caractère artisanal, revêt une grande importance socio-économique pour les populations locales.

La pêche dans la Baie de Caracol, telle que pratiquée actuellement par la population insulaire, ne permet guère une exploitation durable des ressources halieutiques. Depuis quelques années, les besoins en poissons des populations des communes du Nord et du Nord-est se sont de plus en plus accrus (à cause de la consommation de poissons des familles) alors que les captures et les prélèvements ont chuté drastiquement à une vitesse vertigineuse. Cette situation rend très dépendantes les populations locales vis-à-vis des ressources halieutiques. La pêche étant l’une des principales activités humaines qui affectent les écosystèmes aquatiques dans la baie de Caracol est pratiquée jusqu'à présent de manière artisanale. Cela justifie que dans une certaine mesure il n’y a pas vraiment de grands enjeux sur les stocks des ressources halieutiques de cette zone puisque les matériels de pêche et les méthodes ne permettent pas de faire de trop grandes pressions sur les stocks.

En effet, qu’elles soient continentales, lagunaires ou côtières, les pêches artisanales s’exercent presque toujours sur des stocks multispécifiques à partir d’une panoplie d’équipements dont les efforts ne peuvent être facilement standardisés. Par ailleurs, l’influence de la variabilité des milieux qu’elles exploitent sur le renouvellement des stocks est difficilement négligeable. En outre, souvent très dispersées, elles sont particulièrement difficiles à échantillonner à partir des méthodes développées pour les enquêtes.

La plupart des recherches dans le parc national des trois baies incluant la baie de Caracol ont toutefois été menées sur plusieurs aspects comme la destruction des habitats des espèces (IFOS, 2019), et des inventaires de références des espèces de la baie ont été réalisés très récemment en 2016 par les chercheurs de The nature conservancy. Mais très peu de recherches ont été menées dans le but d'estimer l'importance des ressources halieutiques dans la zone, en particulier de celles disponibles pour la pêche artisanale, ni d'analyser les éventuels problèmes ou bénéfices de la pêche artisanale sur la pérennisation des ressources halieutiques dans cette Baie. Ce facteur "ressources" a pendant longtemps pu être considéré en Haïti comme superflu, du fait que la plupart des stocks sont encore très probablement sous-exploités. Cette situation est vraisemblablement persistante malgré les efforts des pêches artisanales et la baisse marquée de certains rendements laisse penser que diverses espèces importantes pourraient être encore bien protégées ou affectées, mais pas à cause de la pêche artisanale.

Dans cette situation, la pêche se traduit pour certaines espèces par une stagnation ou parfois une baisse des captures, ainsi souvent que par une baisse marquée des tailles moyennes capturées. La trop faible biomasse reproductrice risque parfois, dans des cas extrêmes de surexploitation, de ne plus permettre le renouvellement du stock, par suite de l'effondrement du recrutement (nombre de juvéniles) ou à l’inverse la trop forte biomasse peut être la cause de la pêche artisanale pourvu que les pêcheurs n’aient pas vraiment les moyens et les équipements adaptés pour prélever le volume de poissons et autres ressources de la baie. De tels cas pourraient aussi créer d’autres problèmes pour la stabilité et l’équilibre de l’écosystème (sous-exploitation).

À ce contexte, le fait d’étudier les impacts de la pêche artisanale sur les ressources halieutiques de la Baie de Caracol correctement à travers une évaluation du taux d'exploitation actuel des principaux stocks et leurs potentiels constitue donc un objectif prioritaire de la recherche halieutique afin que la population autochtone puisse tirer le meilleur profit économique des richesses halieutiques présentes dans sa zone économique exclusive, tout en préservant ce capital pour les générations futures.

Dans ce contexte, on se pose les questions: la pêche artisanale peut-elle participer et assurer la pérennisation des ressources halieutiques dans la Baie de Caracol ? Quelles stratégies et pratiques de gestion sont déployées par les pêcheurs pour améliorer ou maintenir le niveau des ressources halieutiques? Quelles sont les perceptions des pêcheurs sur les ressources halieutiques ainsi que sur la pêche artisanale?

Matériels et méthodes

Description de l’aire d’étude

Caracol est une commune d’Haïti située dans le département du Nord-est, limitée au nord par l’Océan Atlantique au sud par Trou-du-Nord.
Selon les données datées de mars 2015 de l'Institut haïtien de statistique et d'informatique (IHSI), cette commune a 7 714 habitants, 1889 ménages, une superficie de 74, 91 km2 et une densité de 103 habitants/km2. Ses coordonnées géographiques sont de 19o41ʹ33ʹʹ nord, 72o01ʹ05ʹʹ ouest, de 3 m d’altitude. Caracol possède un climat de savane avec hiver sec selon la classification de Köppen-Geiger, les précipitations sont en moyenne de 786.2 mm.

Figure 1 :

Les sols sont limon sableux, généralement de couleur noire le long de la rivière de Trou-du-Nord et argilo-limon sableux, très profonds en général, riches en matières organiques, mais mal irrigués. L’économie locale repose sur l’agriculture (L’élevage et la pêche).

Collecte de données

Nous avons pris un échantillon composé d’une seule filière (pêche). D’où, l’enquête a été menée sur 45 pêcheurs dans la Baie, mais strictement prélevés à travers les associations de pêcheurs et exploitants. On a vérifié le résultat du coefficient de variation qui ne dépasse pas 30%. Pour que l’échantillon soit représentatif, nous avons considéré plusieurs paramètres : la nature des activités économiques des habitants, le volume de produits exploités et poissons pêchés ainsi que les stratégies de pêches, etc. On a effectué des focus groupes et des interviews individuels en utilisant un questionnaire d’enquête préalablement élaboré à cette fin. Ainsi, certains aspects de cet article ont été traités à partir d’une grille d’observation qui nous a permis de mieux comprendre les impacts de la pêche artisanale sur les ressources halieutiques de la Baie, mais les travaux de the nature conservancy (2016) et IFOS (2019) ont été considérés comme ligne de base pour la conduite de cette étude dans la Baie de Caracol.

Analyse de données

Pour analyser et interpréter les données, le logiciel SPSS 20 a été utilisé pour calculer le coefficient W et déterminer les rangs moyens des stratégies de gestion des stocks et la variation des espèces exploitées. Le classement obtenu sera statistiquement validé si le coefficient W de Kendall est différent de zéro, la valeur de Khi-carré est élevée et la probabilité (signification asymptotique) est inférieure ou égale à 5%. La stratégie de gestion est efficace si son rang moyen est plus faible.

Résultats

Analyse des stratégies de pêche des exploitants de la baie de Caracol

Pour une meilleure analyse des stratégies de pêche adoptées par les pêcheurs de la Baie de Caracol, essayons préalablement d’analyser la fréquence de pêche des différents pêcheurs. Les enquêtes menées auprès de 45 pêcheurs dans la Baie de Caracol ont montré jusqu'à présent que la pêche est strictement artisanale et traditionnelle. Sur les 45 pêcheurs enquêtés, on constate que 24 utilisent une fréquence de plus de 20 fois par mois ce qui représente un pourcentage de 53.33%, suivi de 20 pêcheurs utilisant la fréquence de 10 à 20 fois par mois pour un pourcentage de 44,44%, vient ensuite la catégorie des pêcheurs qui utilisent la fréquence de 1 à 5 qui sont au nombre (1) un pour un pourcentage de 2,23% dans l’échantillon global comme s’est décrit dans la figure 2. À cet effet, il faut aussi voir les saisons utilisées pour effectuer la pêche dans la Baie de Caracol. Les fréquences de pêche adoptées par les pêcheurs à travers les indicateurs de baisse de ressources halieutiques identifiés par ces derniers varient largement d’une catégorie à l’autre.

Figure 2: Analyse des fréquences de pêche

Selon les données obtenues à travers les enquêtes formelles réalisées dans la zone d’étude, l’abondance des poissons varie d’une saison à l’autre et ceci crée automatiquement un calendrier de pêche conforme à cette réalité. Sur ceux, la saison la plus abondante dans laquelle les pêcheurs capturent beaucoup plus de poissons est l’Eté tandis que le printemps a été considéré comme la saison la moins abondante dans la Baie. À titre indicatif, 42 pêcheurs ont affirmé avoir capturé beaucoup plus de poissons en Eté, ce qui représente un pourcentage de 93,33%, suivi de 2 pêcheurs ayant confirmé que l’automne est plus abondante soit 4,44% contre l’Hiver qui représente 2,23% pour un (1) pêcheur. Ces données prouvent en générale que les pêches artisanales peuvent en grande partie affecter la dynamique des stocks de poissons, car la saison où la pêche est plus abondante correspond exactement à la saison de reproduction des poissons dans la Baie de Caracol. Pourvu que l’Été soit plus abondant que les autres saisons ceci montre que dans les saisons automne et l’hiver moins de pêcheurs exploitent la baie ce qui est très avantageux pour ceux qui l’exploite dans les époques ou d’autre préfère de faire plus d’activité hors de pêche au lieu de rester concentrer sur les ressources halieutiques. (Voir figure 3).

Figure 3: Abondance des espèces suivant les saisons

La diminution des poissons varie aussi d’une saison à l’autre et ceci crée un calendrier de pêche relative à cette réalité. A cet effet, la saison la plus difficile pour les pêcheurs de prélever les ressources halieutiques est le printemps. Toutefois, les causes ne sont pas vraiment révélées et les pêcheurs ignorent pourquoi les poissons s’évadent dans la baie dans cette saison. Cette réalité est décrite et présentée au niveau de la figure 4 dans laquelle on voit que 40 pêcheurs affirment avoir capturé les poissons et écrevisses au printemps ce qui représente un pourcentage de 88,88%, suivi de 3 pêcheurs ayant confirmé que l’automne est plus difficile soit 6,66%, contre l’Hiver qui représente 4,46% pour 2 pêcheurs. Ces données prouvent en général que les ressources halieutiques ne sont pas disponibles en grande quantité pendant toute l’année dans la baie. L’une des causes fondamentales de cette évasion c’est parce que certains pêcheurs utilisent trop les seines pendant les périodes ou les ressources sont abondantes, ce qui a des conséquences désastreux sur les stocks particulièrement sur les poissons en état juvéniles dans la baie. Dans les périodes froides, les poissons n’ont pas besoin de se réfugier près de la côte, car ce n’est pas leurs périodes de reproduction. Faut-il bien rappeler que l’un des rôles de la mangrove c’est d’assurer du refuge et fournir un lieu de ponte sûr pour les poissons et d’autres ressources halieutiques.

Figure 4: Diminution des espèces suivant les saisons

Corrélation entre les types de poissons pêchés et la gestion durable des stocks

La pêche artisanale dispose d’importants atouts pour tendre vers une réduction de la pauvreté et du renforcement de la sécurité alimentaire en termes d’utilisation durable des ressources et de préservation des écosystèmes marins et côtiers. La pêche artisanale est une pêche de petite échelle qui rassemble l’ensemble des activités exercées par des hommes et des femmes tout au long de la filière avant, pendant et après capture et qui joue un rôle pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations locales.

La pêche artisanale ferait vivre entre 120 et 185 millions de personnes dans le monde, dont 50 % de femmes actives à tous les niveaux de la filière artisanale (FAO, 2008). Le poisson prélevé représente pour ces populations un apport alimentaire et une source de protéine directe, sans oublier la contribution de la pêche artisanale au développement local, au maintien et à la structuration du tissu social. Beaucoup de ces pêches sont multispécifiques, leurs rejets sont proches de zéro, alors qu’ils atteignent entre 8 et 10 millions de tonnes pour les pêches industrielles.

Les observations et les enquêtes formelles menées dans la Baie de Caracol montrent que la majorité des poissons capturés par la population locale ne sont que des espèces de poissons démersaux et petits pélagiques. Cette pêche cible à la fois les poissons démersaux et les petits pélagiques qui sont de la famille des Clupeidae (Sardinelle maderensis, Ethmalosa fimbriata). Les poissons démersaux sont des familles de Sciaenidae et Palaemonidae (Nematopalae monhastatus). Les poissons démersaux sont capturés par des sennes et des fusils, les petits pélagiques sont capturés par des filets maillants de surface dérivante ou calés alors que les espèces benthiques rarement atteintes sont capturées par des fusils de pêche.

Figure 5: Répartition et catégorisation des espèces de poissons capturés dans la baie de Caracol

Les données montrent que trois catégories d’espèces de poissons sont exploitées par les pêcheurs, il s’agit des espèces démersales 15%, des espèces pélagiques 25% et les espèces benthiques 5%.(voir figure 5)

Perception de la baisse des ressources halieutiques de la baie de caracol

La localisation, en fonction de la profondeur et sur les zones de pêche, des paramètres d'effort de pêche et de capture par espèce apportent à cette étude une dimension spatiale. À l'échelle de la biodiversité, des dimensions de l'abondance des espèces peuvent être construite par année ou par saison, ce qui permet de visualiser l'évolution spatio-temporelle de l'abondance de certains poissons. Cette analyse descriptive est déjà un outil appréciable pour la gestion de l'exploitation des ressources halieutiques hormis les facteurs de dégradation de l’environnement global de la Baie de Caracol.

Le faible caractère migratoire de certains poissons conduit à émettre l'hypothèse qu'elle puisse ne pas être repartie de manière uniforme dans la Baie. Les pêcheurs de la baie ne perçoivent pas la baisse des ressources halieutiques notamment certains poissons de la même manière. Pour une meilleure catégorisation des données sur la perception des pêcheurs sur la baisse des ressources halieutiques, on les a classés suivant : leur niveau d’étude, leurs âges, et la nature des outils utilisés pour capturer les poissons et les autres ressources halieutiques de la baie. Il a été clairement observé que les pêcheurs ayant un niveau de formation plus avancé perçoivent la baisse des ressources halieutiques différemment que les autres ayant un niveau très bas. Ce même constat nous a permis aussi de comprendre que l’âge est un facteur important pour évaluer la perception des pêcheurs sur la baisse des ressources halieutiques dans la baie, car un pêcheur très âgé décrit la situation de la baisse différemment d’un pêcheur très jeune. Le dernier aspect est la nature des outils utilisés pour la pêche artisanale. Les données montrent que les pêcheurs utilisant les sennes perçoivent la situation de la baisse comme une situation de crise liée à la surpêche ce qui n’est pas vraiment vérifié, or ceux qui utilisent les fusils ne perçoivent pas la situation de la même manière, car avec un fusil il prélèvera ce qu’il avait l’habitude de prélever et c’est tout à fait normal pourvu que ses prélèvements dépendent généralement des espèces benthiques.

Discussions

S’il est vrai que la pêche artisanale soutient le développement durable et l’économie de la population locale, il doit être aussi assuré avec normes et principes afin d’assurer la pérennisation des ressources halieutiques. Les stocks halieutiques sont en train de baisser de manière drastique dans la baie de Caracol. La perception des exploitants ont montré divers aspects dans la baisse des ressources halieutiques, mais il faut préciser que certains paramètres écologiques peuvent expliquer cette diminution, car selon les données collectées auprès des pêcheurs les espèces pélagiques sont exploitées en plus grande quantité or la majorité de ces espèces ont des caractères migratoires. Cette approche fait interpeller aussi la fréquence et les saisons de pêches pour évaluer la pérennisation des ressources halieutiques de la baie. Ainsi, il a été clairement démontré que la majorité des espèces prélevées sont des espèces pélagiques et démersales, or, presque toutes ces espèces assurent une migration a un moment donné au cours de l’année ce qui justifie en terme de durabilité la pêche artisanale ne parviendra pas à détruire complètement les stocks. Les communautés marines ont fortement changé dans l’ensemble des Caraïbes. L’ampleur de ces changements est difficile à évaluer en raison du manque de données de références et de données à long terme dans la région notamment dans la Baie de Caracol. Les travaux antérieurs menés en 2016 par THE NATURE CONSERVANCY révèlent que la baie possède une grande richesse en biodiversité surtout axée sur les poissons, mais cette même révélation affirme que la majorité des poissons de la Baie ont des valeurs économiques très faibles. En 1983, lorsque Jacques-Yves Cousteau s’est rendu en Haïti, la surpêche y était manifeste. Dans son documentaire, Cousteau constate une faible abondance de poissons de récifs sur tous les sites de récifs coralliens visités. La surpêche, notamment celle touchant les poissons-perroquets, a très bien été documentée dans beaucoup d’autres endroits en Haïti (Hay, 1984; Reef Check, 2003).

Donc, tous les pêcheurs ont réagi de la même manière sur les aspects de diminution des espèces, mais en analysant la situation on peut constater que certes, il y a une diminution, mais cette diminution est liée à beaucoup d’autres facteurs comme la dégradation de l’environnement et surtout la destruction progressive de la mangrove. Ces facteurs participent dans le dérèglement du cycle biologique de la majorité des poissons d’ailleurs ils dépendent en grande partie de la mangrove comme zone de ponte et nurserie. Il faut même aller plus loin pour comprendre que la mangrove comme zone de refuge ne joue pas actuellement son rôle ce qui augmente le risque de prédation chez certaines espèces. A cet effet, plus il n’existe pas de zones de refuge, plus les alvins seront exposés aux prédateurs et voici au moins une raison de plus pour expliquer que la pêche artisanale n’est pas le seul facteur influençant la baisse des ressources halieutiques dans la Baie de Caracol.

Conclusion

Alors que cet article ne porte que sur les impacts de la pêche artisanale traditionnelle, il convient de noter que les écosystèmes côtiers, qui sont en première ligne des impacts fournissent par ailleurs des services écologiques supplémentaires considérables, notamment pour la prévention de l’érosion côtière et des inondations. Ainsi, il a été démontré que la pêche artisanale soutient en grande partie le développement durable des ressources halieutiques dans la baie de Caracol. En dépit des divers problèmes environnementaux associés à la mauvaise gestion des ressources halieutiques dans la Baie, on a pu constater toute une variabilité dans les perceptions des pêcheurs sur la baisse considérable des produits halieutiques. Enfin, ce secteur qui assure la survie de la population autochtone doit être vu dans d’autre angle avec des approches plus écologiques, car beaucoup d’espèces de poissons est en état de surexploitation (Overkill ) pendant que d’autres est en état de sous-exploitation, ce qui créerait un déséquilibre écologique dans la Baie de Caracol.

Remerciements

Nous tenons à remercier les pécheurs, exploitants, commerçants spécifiques, utilisateurs ou consommateurs, pour nous avoir accordé du temps au cours des entretiens et avoir répondu à nos questions, ainsi que leurs expériences personnelles dans cet écosystème qui nous ont servi dans la collecte des données. Ils ont été d’une utilité remarquable dans l’élaboration de cet article. Vos soutiens sont si précieux que nous espérons trouver des solutions pour vous, car vous aviez mentionné durant les entretiens comment vous voulez changer la manière dont vous vous exploitez les ressources halieutiques. Nos remerciements à nos éditeurs : Edelin JEAN MILIEN, Kesnel NOËL, ainsi que la cellule scientifique de l’Université La renaissance d’Haïti.

DORISCA Edwens , JN-BAPTISTE Jhonnly

Références bibliographiques
The nature conservacy, Inventaire écologique de référence pour le Parc National des Trois Baies, en Haïti, OCTOBRE 2016,151-160p ;
Weiner, J, G Cronin, T May, D Dubois (2013) Rapid Ecological Baseline Assessment Lower Trou du Nord River. Fondation pour la Protection de la Biodiversite Marine (FoProBiM). HA-T1184-SN1. www.FoProBiM.org
Weinstein, MP (2008) Ecological restoration and estuarine management: placing people in the coastal landscape. Journal of Applied Ecology. 45: 296-304
V. Codjo1, A. Zannou1 & G. Biaou, Baisse des ressources halieutiques du lac Toho au Sud du Bénin: Perceptions des pêcheurs et efficacité des pratiques de gestion et stratégies d’adaptation, 2018, 2-4p ;
Fromentin J.M. & Fonteneau A., 2001, Fishing effects and life history traits: a case study comparing tropical versus temperate tunas. Fish. Res., 53, 133-150.
Myers R.A. & Worm B., 2005, Extinction, survival or recovery of large predatory fishes. Phil. Tr . Ro. Soc. Biol. Sci., 360, 13-20.
Eric Baran, Philippe Tous, Pêche artisanale, développement et cogestion durable des ressources : Analyse d’un succès en Afrique de l’Ouest, 2000.

Université la Renaissance d’Haïti, Faculté d’Agronomie, Département de l’environnement et des Ressources Naturelles, Cellule scientifique de la faculté d’agronomie de l’URH, Haïti.
Correspondant : edorisca7@gmail.com
Université la Renaissance d’Haïti, Faculté d’Agronomie, Département de l’environnement et des ressources Naturelles, Haitian Youth Biodiversity Network, Haïti.
Correspondant : johnnlyjeanbaptiste@gmail.com

Hamid Halim, Accompagnement media d’un projet national : le cas du Plan Halieutis au Maroc, Novembre 2020, 15-17p ;
Programme d’Appui Analytique à la Stratégie Changement Climatique du Maroc , P-ESW 113768 Note de Stratégie n. 3, Décembre 2013,




Articles connexes


Afficher plus [3090]