RTPacific Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Salon des livres d’économie en Haïti : un levier pour appuyer l’éducation financière !

Salon des livres d’économie en Haïti : un levier pour appuyer l’éducation financière !



Derrière la contribution renouvelée et de plus en plus renforcée des chroniqueurs et analystes économiques les plus connus, cités ou en vue dans les médias traditionnels et sur les réseaux sociaux, comme Kesner Pharel, Claude Beauboeuf, Dr Eddy Labossière, Etzer Emile, Riphard Serent, Emmanuella Douyon, entre autres, en dehors de la corporation des professionnels de la Presse formés dans les finances au cours des dernières années, parmi d'autres firmes ou agences, il existe à date une mine de réflexion sur l’économie et la finance, qui sommeille entre les librairies, les bibliothèques publiques, privées et les rares bibliothèques spécialisées de la place. Comment permettre à la population et aux jeunes écoliers et universitaires ou des professionnels en particulier, de profiter de ces essais, rapports, revues et d’autres publications sur la finance et l’économie par une plus large diffusion de ces savoirs ? Quels sont les ouvrages sur l’économie et la finance qui manquent terriblement pour des lectrices ou lecteurs particuliers comme les filles, les enfants, les policiers, les politiciens ou les entrepreneurs du chaos en Haïti, qui savent au moins lire ? Après deux reports depuis l’année 2019, en raison des troubles dans le pays, en route vers la première journée des Livres d’économie en Haïti !

Dans le système éducatif haïtien actuel, quels sont les ouvrages de référence sur l’économie et la finance qui pourraient mieux informer, former et responsabiliser un écolier, un universitaire ou un professionnel qui souhaitent investir et s’investir en Haïti ? Quelle place occupent véritablement les derniers ouvrages sur l’économie publiés au cours des dernières décennies en Haïti dans une démarche d’éducation financière en dehors de la culture financière ? Quels sont les auteurs disposant de solides projets de publication sur l’économie réelle et informelle en Haïti, malheureusement en panne de financement pour enrichir la littérature économique et les débats pertinents sur la finance dans le pays ? Quels sont les principaux contributeurs parmi les plus prolifiques dans la littérature financière, à honorer en Haïti, en fonction de la pertinence des nombreuses publications d’ouvrages ou d’articles sur l’économie qui portent leurs signatures ?

De « La reconstruction de la Gourde » de Fréderic Gerald Chéry, en passant par : « Haïti :une économie de violence » de Fritz Jean, « Vie chère et politique économique en Haïti », « Pourquoi Haïti peut réussir » de Enomy Germain, « Haïti a choisi de devenir un pays pauvre » d’Etzer Emile, « Économie Haïtienne : radiographie d’un désastre » de Thomas Lalime, « La décote de la gourde face au dollar » de Jean Éric Paul, « Haïti : économie politique de la corruption » de Lesly JR Péan, « Haïti: malade de son système financier et de sa bureaucratie fiscale » de Gary Olius, « Haïti, la CARICOM et la Caraïbe » sous la direction de Watson Denis, sont parmi les nombreux titres parmi tant d’autres qui abordent ce sujet aussi sensible et impose à négliger dans la quête des solutions à court, moyen et long termes pour penser les maux d’Haïti.

Des titres et des auteurs contemporains et des classiques se croisent dans un même décor, pour tenter de confronter les écoles de pensées et les tendances économiques, d’établir des relations, de compléter ou de remettre en question certaines vérités et contre vérités sur les véritables leviers économiques qui conditionnent la réalité haïtienne. Quels sont les secrets à décrypter dans ces ouvrages portant la signature de bon nombre des spécialistes de l’économie et de la finance parmi les mieux formés et les plus expérimentés ? Comment l’organisation d’une telle journée sur les livres d’économie pourrait-elle sensibiliser jusqu'à pousser d’autres brillants spécialistes dans l’ombre, ou des responsables à publier dans les limites de l’éthique et des devoirs de réserve que leurs fonctions leur imposent, les véritables réflexions suivant des approches pédagogiques, qui manquaient autant dans la gouvernance de nos institutions que dans la motivation des jeunes et des familles en Haïti, pour devenir plus responsables ?

Derrière les nombreuses publications périodes des principales institutions financières du pays, comme les rapports annuels, les cahiers et de rares revues distractives, techniques ou scientifiques abordant l’économie haïtienne, il faudra également prendre en compte la série des publications sur l’histoire économique et les collections telles : « Les billets de banque de la République d’Haïti » et le « Guide de numismatique haïtienne » Joseph Guerdy Lissade, publiées par la banque centrale, en dehors des autres thématiques aussi pertinentes comme : « Le code monétaire et financier » de Max Étienne, « PetroCaribe : mon combat pour la réédition des comptes », de Youri Latortue, « Haïti : les recherches en sciences sociales et les mutations sociopolitiques et économiques » sous la direction de Louis Naud Pierre, « Manuel d’Introduction à l’économie » de Frantz Jeanty, ou les rapports des colloques et de forum comme : « Penser et lutter vers une Haïti sans pauvreté ».

Dans le contexte de crise sociopolitique et économique que traverse Haïti, on ne saurait négliger la contribution des spécialistes et acteurs avisés des sciences sociales, en particulier des économistes qui observent, analysent, conseillent et décident au sommet de la République d’Haïti. Cet État, qui, dans ses états les plus misérables, se renforce de plus en plus dans la dépendance. Qui sont les auteurs peu connus dans les milieux et mentionnés dans les médias dont les analyses et leurs publications sur l’économie sont d’une valeur inestimable ?

Dans une perspective de promotion de l’économie de la connaissance et de l’intelligence collective au travers des prismes de l’intelligence économique et de l’éducation financière, l’organisation d’une journée des livres d’économie pourrait encourager le plus grand nombre de penseurs et d’acteurs du système économique et financier haïtien à présenter les principales collections des ouvrages à la fois récents et des classiques, qui abordent l’économie et la finance dans des angles qui répondent aux besoins de la population, aux enjeux pour Haïti, et participent à la démocratisation des savoirs économiques pour une plus large conscientisation de la conscience financière des acteurs.

Des livres d’économie pour quoi faire ? Quels sont les principaux auteurs qui proposent des réflexions pertinentes pouvant servir autant les élites du pays que les masses, à partir des extraits, des synthèses et des déclinaisons des informations qui seront proposés dans les médias traditionnels et dans les réseaux sociaux ? Comment la journée d’économie pourrait-elle aider la population, et les jeunes professionnels et universitaires haïtiens dans la conjoncture ?

Dans l’attente de la création d’un véritable centre de documentation sur l’économie haïtienne, et à défaut de disposer d’un musée haïtien de la finance, pour présenter l’ensemble des travaux et des collections d’ouvrages et d’autres supports de diffusion sur l’économie, l’organisation de la journée des livres d’économie en Haïti, comme le prône le Cercle Intelligence diplomatique (CID), depuis 2019, suivant le modèle français qui vient d’organiser sa 22e édition le 20 janvier 2021, pourrait grandement contribuer autant à l’éveil de la collectivité sur les questions économiques, ainsi qu’à l’éducation financière des plus jeunes, via les médias, les réseaux sociaux et au sein du système éducatif haïtien.

Dominique Domerçant




Articles connexes


Afficher plus [3090]