RTPacific Contact Avis
 
24.98° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Libeller les prix en monnaie nationale, le MCI est-il dépassé?

Libeller les prix en monnaie nationale, le MCI est-il dépassé?



En date du 25 novembre 2020, le gouvernement haïtien par le biais du ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI) a publié un décret fixant les règles relatives à l’obligation d’affichage des prix, au paiement en gourde et à la part des marges bénéficiaires dans la détermination des prix. En dépit de ces nouvelles dispositions, des entreprises et des institutions de la place trompent la vigilance de l’État et refusent de respecter ledit décret.

Depuis son installation à la tête du MCI en mars 2020, Jonas Coffy a déjà pris pas mal de mesure dans le souci de combattre la spéculation illicite et de faire libeller les transactions commerciales sur le territoire national dans la monnaie nationale, afin de freiner la dépréciation de la gourde aux dépens du dollar américain.

En mars 2020, dans l’objectif de combattre le marché noir et de protéger les consommateurs contre la spéculation illicite, trois brigades d’inspection du MCI ont été dépêchées dans la région métropolitaine. Cinq mois plus tard, soit en mois d’août, le ministère du Commerce et de l’Industrie a publié un communiqué pour rappeler l'obligation qui est faite aux commerçants de libeller et d'afficher les prix dans la monnaie nationale conformément aux articles 1er et 3 de l'arrêté du 18 septembre 2018.

Après la publication de ce communiqué qui visait à pousser les contrevenants à respecter les lois haïtiennes en ce qui a trait à la vente des biens et services sur le territoire national, ce même ministère dans un nouveau communiqué publié le 31 août 2020, avait accordé un délai de 72 heures à ces derniers pour se conformer. En dépit de ces mesures, on a constaté que des entreprises refusent de respecter la décision des autorités, à propos de l'obligation qui leur est faite de libeller et d'afficher les prix des services et biens dans la monnaie nationale.

Incapable de faire appliquer toutes ces mesures, en novembre 2020, le numéro 1 du MCI a publié un décret, fixant les règles relatives à l’obligation d’affichage des prix, au paiement en gourde et à la part des marges bénéficiaires dans la détermination des prix. Par ce décret, les autorités disaient vouloir protéger les consommateurs contre la hausse inconsidérée des prix, protéger les investisseurs et renforcer l’économie nationale.

Au cours d’une conférence de presse tenue le jeudi 25 mars aux locaux dudit ministère, Jonas Coffy a rappelé aux commerçants l’obligation qui leur est faite en ce qui a trait de libeller et d'afficher les prix des services et biens dans la monnaie nationale. Lors de cette rencontre avec la presse, le ministre dit constater que les gens refusent d’obtempérer. Ces derniers violent le décret, a regretté le ministre, visiblement dépassé par la situation.

Pourtant, dans les articles 8 et 9 du décret portant la signature du président la République et les membres du gouvernement, le MCI prévoit des peines et des amendes à tous les contrevenants qui ne respectent pas le décret en vigueur.

Au lieu de faire appliquer les décisions prises par le MCI dans les articles 8 et 9 du décret du 25 novembre 2020, et sanctionner toutes les personnes qui sont en rébellion aux mesures du gouvernement, Jonas Coffy s'en plaint comme tout le monde. Et les prix des produits sont en hausse dans tous les centres commerciaux.

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3090]