RTPacific Contact Avis
 
24° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Crescat s’investit dans la formation des jeunes pour les inciter à prendre de meilleures décisions sur le plan financier

Crescat s’investit dans la formation des jeunes pour les inciter à prendre de meilleures décisions sur le plan financier



Dans le cadre de « Global money week en français, Semaine mondiale de l’argent », Crescat a organisé le weekend écoulé, une séance de formation en éducation financière et en entrepreneuriat au Collège Canado au profit des dizaines de jeunes écoliers et étudiants haïtiens. Par cette séance de formation qui a été animée par des professionnels en économie et en psychologie, le staff de Crescat voulait inculquer aux jeunes des notions de base leur permettant de prendre de meilleures décisions sur le plan financier.

« Prenez soin de vous, prenez soin de votre argent », a été le thème mondial de cet évènement organiser à l’intention des jeunes, pour, non seulement les inciter à apprendre davantage sur l’argent, les économies, la création de moyens de subsistance, l’accès à l’emploi, et comment devenir entrepreneur, mais aussi de les doter des compétences nécessaires pour qu’ils puissent en mesure de prendre des décisions adéquates.

À cet effet, quatre spécialistes ont fait le déplacement pour aborder des sous-thématiques différentes. Tout d’abord, cette séance de formation a débuté avec la présentation de Cassandra Lafalaise une jeune qui a fait ses études aux États-Unis dans plusieurs domaines. Dans son exposée portait sur « Poser les pions de son bien-être dès aujourd’hui », elle a prodigué des conseils au public constitué d'écoliers et d'étudiants haïtiens venant des différents établissements scolaires et des centres universitaires différents. Aussi, bien, elle a partagé 10 trucs qui peuvent aider à construire un petit monde d’abondance.

Parlant de l’abondance, l’intervenante a fait savoir que, pour construire un monde d’abondance, il faut « capables de dépasser la peur, capables d’entreprendre ce que nous voulons, capables de distinguer ce qui mérite nos efforts de ce qui est superflu et capable d’être généreux».

L’autonomie, la maitrise de l’environnement, le développement personnel, les relations positives, donner du sens à la vie et l’acceptation de soi sont d’après Cassandra Lafalaise, les éléments qui peuvent aider à quelqu’un d’avoir un bien-être psychologique ou un bien-être de soi.

Toutefois, elle a tenu à expliquer que le bien-être de soi se base sur plusieurs aspects. D’abord, il faut engranger des vitamines mentales, déconnecter aux éléments stressants, cultiver l’optimisme, faire le bilan de vos besoins, faire le bilan de ce qu’on a déjà, fixer des objectifs pour combler les besoins, faire le bilan de vos ressources internes, établir des plans d’action, partager ce que l’on a et contribuer dans des activités positives dans votre communauté sont les10 trucs qui peuvent aider à construire un petit monde d’abondance, a fait ressorti la présidente de Equilibrium Counceling.

Gestion du budget

Après la présentation de Mme Lafalaise, la directrice exécutive de Crescat, Marie Evadie Daniel, a pris place dans le panel pour présenter plusieurs notions de base portant sur la gestion d’un budget. Celle-ci a été faite dans l’idée de permettre aux participants d’apprendre davantage sur l’argent, aux fins de devenir des citoyens économiques autonomes tout en faisant des choix économiques rationnels.

Selon Marie Evadie, pour avoir un comportement plus responsable du point de vue financier, il faut toujours élaborer un budget, rationaliser les dépenses et faire une bonne gestion de du temps pour pouvoir atteindre des objectifs fixés. Dans cette même logique, le représentant de Crescat en Haïti a préconisé des techniques qui peuvent aider à mener une vie équilibrée, notamment la règle 50- 30- 20, l’utilisation des enveloppes, la règle des 24h. Pour clore sa présentation, elle a attiré l’attention des participants, déclarant que « L’argent n’est qu’un outil, il vous conduira où vous voudrez, mais il ne vous remplacera pas en tant que conducteur ».

Rôle de la BRH dans le secteur financier haïtien

« Rôle de la BRH dans le secteur financier haïtien », a été également l’un des sous-thématiques abordées dans cette séance de formation organisée pour célébrer ensemble la semaine mondiale de l’argent. En ce sens, la BRH a délégué Djemsy Delphin pour traiter ce sujet.
Lors de sa présentation, M. Delphin a fait l’historicité du secteur bancaire dans le pays, présenté la mission de la BRH et fait le panorama des institutions financières haïtiennes. Selon ses dires, l’économiste de profession a fait comprendre que la première institution bancaire qui a opéré en Haïti a été connue sous le nom de Banque Nationale d’Haïti. Cette dernière était opérationnelle suite à une concession signée en juillet 1880 avec la Société Générale de Crédit industriel et commercial de France sous la présidence de L. Salomon.

Mais, quelques années plus tard, on a annulé le retrait de la concession en octobre 1910 en faveur d’un consortium composé de Français, d’Allemands et d’Américains pour la création de la Banque Nationale de la République d’Haïti (BNRH), a rapporté Djemsy, expliquant qu’au début des années 70, avec l’essor de la sous-traitance et des industries d’assemblage, plusieurs banques à capitaux privés haïtiens ont vu le jour et plusieurs banques étrangères se sont installées dans le pays. La BNRH est scindée en deux: BNC et BRH (loi du 17 août 1979).
Si l’on en croit les propos de l’économiste, la BRH a quatre missions fondamentales. Défendre la valeur interne et externe de la monnaie nationale; assurer l’efficacité, le développement et l’intégrité du système de paiements; assurer la stabilité du système financier; agir comme banquier, caissier et agent fiscal de l’État sont les responsabilités de la Banque des banques.

À la fin de cette journée, Wilford Souffrant a été invité pour débattre « Pourquoi et dans quoi investir lorsqu’on est jeune en Haïti ? »

Peterson Jean Gilles




Articles connexes


Afficher plus [3090]