S'identifier Contact Avis
 
29° C
  à Port-au-Prince
Radio Pacific 101.5 fm - En direct
Le Journal Dernière heure Actualité Édito Tribune Société Économie Culture Diaspora Sport rpacific101.5 FM  
× Immobilier Appartements Maisons Locaux commercial Locaux pour Bureau Terrains Véhicules Voitures Camions Tout Terrains Minibus Motos Divers Animaux Articles ménagers Ordinateurs et pièces Équipement électronique Équipement industriel Équipement lourd Diverses études Légal Bijoux et montres Smartphone et tablettes Vêtements Jeux video

Cinq années sur la route

Cinq années sur la route



Les défis nous attendent en quantité industrielle après - s’il en aura- la Covid-19. Même en étant incapables de tirer des leçons de nos failles, les échéances politiques à venir vont exiger des décideurs au moins de maintenir une forme olympique. Oublions les projets morts-nés, biaisés, détournés de reconstruction du pays, de refondation de la nation et autres malentendus après chaque grande catastrophe pour anticiper ce qui nous attend dans les semaines et les mois à venir!

Avant la crise, le président de la République faisait ouvertement un plaidoyer pour la reprise du chantier constitutionnel. Dans les négociations entre les acteurs politiques pendant la période, très brève, de pays lock et la pandémie du coronavirus, énormément de points étaient posés sur la table dont le renouvellement du personnel politique à travers l’organisation des élections.

Il faut admettre que la pandémie de coronavirus n’est pas l’apocalypse. Elle peut être un point de rupture ou un outil capable de galvaniser les consciences, mais pas la fin de tout. Le basculement total. Même dans la peur la plus vile, la plus déshumanisante, les gens, frères, sœurs d’ici et d’ailleurs, réaffirment leur foi dans l’avenir. Comme si demain état un autre jour que l’on mérite. Pour affronter les grandes échéances politiques des prochains mois.

Au journal Le National, depuis cinq ans déjà, nous essayons de forger l’avenir en prenant le temps qu’il faut pour scruter et questionner les lendemains de notre pays commun : Haïti. À travers des reportages et des articles de fond, la rédaction de Le National s’est toujours dévouée au traitement, le plus impartial qui soit, de l’actualité. Depuis le 15 mai 2015, Le National accompagne les communautés haïtiennes d’ici et d’ailleurs tout en offrant aux lecteurs une publication pertinente et indépendante.

Pour ce cinquième anniversaire, le National, incapable de faire la fête en temps de confinement dû à la Covid-19, se propose de s’engager à fond pour défendre l’avenir d’Haïti pendant et après la Covid-19. Les raisons sont évidemment nombreuses et justes. Nous avons ce besoin d’ « oser inventer l’avenir » comme l’avait dit Thomas Sankara alors qu’il était président du Burkina Faso.
Dans l’inquiétude qui nous occupe et nous préoccupe. Dans la compassion pour les victimes, d’une façon ou d’une autre, de la pandémie, le National grandit avec ce besoin d’aller vers les autres et de partager l’essentiel, soit le rêve de participer à la construction d’un pays juste, généreux et démocratique.

Depuis 5 ans, Le National est un témoin privilégié des hauts et surtout des bas de notre pays. Le journal a foi en l’avenir et prendra position pour tout ce qui peut apporter stabilité, croissance et paix au pays. Avant les prochaines élections et tout ce qu’elles vont charrier, l’échéance de la prochaine saison cyclonique ne peut pas être repoussée.

Il y aura beaucoup et tant à faire avant ou pendant la Covid-19.




Articles connexes


Afficher plus [1108]